Zone de non-droit – Alex Berg

Berg - Zone de non droit

Ce thriller sur fond de terrorisme dénonce les modalités d’intervention douteuse de la CIA, et la manipulation publique en découlant : c’est glaçant.

L’histoire commence par le début d’une journée assez banale. Hambourg, période de Noël, Valérie Weymann, avocate, emmène ses jumelles à l’école avant de se rendre à l’aéroport, direction Londres pour un rendez-vous professionnel. Arrivée à l’aéroport, elle se fait arrêter, et sa vie ne sera plus jamais la même. Sans comprendre, sans explication, on l’emmène, elle doit monter dans une voiture, on prend ses empreintes. Une seule chose est claire : on la considère comme coupable. Qui ? Les services secrets allemands et la CIA. Pourquoi ? on ne sait pas. Le doute surgit. Puis, on lui montre une photographie de son amie Noor, qui milite pour le droit des femmes au Moyen-Orient et avec qui elle collabore, qui a disparu depuis 15 jours. Des connections se font. L’inquiétude grandit. Enfin, on lui parle d’un attentat ayant eu lieu à Copenhague, dans lequel elle serait impliquée. La panique s’installe.

Le titre est significatif : Zone de non-droit. Le livre est divisé en trois parties, chacune étant introduite par un article de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, respectivement sur la présomption d’innocence, sur la torture et sur le respect de sa vie privée. Que les choses soient claires, aucun des articles cités ne sera respecté.

J’ai été totalement emportée par la première moitié de ce thriller kafkaïen et haletant. Comme Valérie Weymann, le lecteur ne comprend pas ce qui se passe, ce qu’on lui reproche. Il se retrouve totalement embringué dans cette situation, qui empire de page en page, et qui semble lui échapper totalement. Cela dérape tellement que la situation ne paraît plus réaliste, alors qu’au contraire, elle est supposée l’être entièrement. Basé sur des recherches et des témoignages, l’auteur utilise la fiction pour traiter un sujet bien plus grave, celui du respect des droits de l’homme, celui du respect de l’Homme tout court, lorsque des méthodes peu orthodoxes et connues prennent le dessus, lorsque le meurtre et la torture deviennent choses acceptées, pas par n’importe quel pays qui bafoue ouvertement ces droits, mais par les Etats-Unis et l’Allemagne.

J’ai en revanche trouvé la seconde moitié du livre moins réussie, trop manichéenne, et ressemblant plus à une série télévisée ou à un film. L’action accapare soudainement totalement le livre, au détriment du côté psychologique, ce que j’ai regretté. Mais lorsqu’une situation Kafkaïenne devient une situation réelle, cela reste très déroutant et angoissant.

Si vous hésitez, les premières lignes :

La journée mondiale des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre. On y revendique la stricte conformité à la Déclaration, qui a certes évolué, mais qu’on ne respecte pas complètement dans certains pays – même en Allemagne. Dans les Etats Occidentaux industrialisés, les hommes politiques tentent de protéger la liberté en l’abrogeant. Ce qui a jadis commencé avec les massacres de la Révolution française est remis en question aujourd’hui, deux cent trente ans plus tard, avec les lois antiterroristes.

Si vous hésitez encore, la présentation Editeur :

Ça peut arriver à chacun d’entre nous. Tous les jours. Partout. Il suffit d’un malheureux hasard. D’une confusion. Et notre vie n’est plus jamais celle qu’elle a été. Nous passons brusquement de cet état de droit, garant de la démocratie, aux zones troubles du non-droit où seules prévalent les règles de la plus sale des guerres, que certains appellent conflit des civilisations. A Hambourg, les préparatifs du sommet international contre l’armement et pour la protection du climat battent leur plein. Les services secrets ont reçu les premières menaces terroristes. Au même moment, l’avocate Valérie Weymann est arrêtée à l’aéroport de Hambourg. Au terme d’interrogatoires interminables, elle comprend que les agents de la CIA et du BND la suspectent d’être liée à Al-Qaïda. Et puis une bombe explose dans la gare de Dammtor, à Hambourg. Cinq personnes perdent la vie. L’auteur présumé est vite désigné et il s’avère que c’est un ami proche de Valérie Weymann. Vingt-quatre heures plus tard, l’avocate est conduite dans une prison secrète d’Europe de l’Est. Mais Valérie ne baissera pas les bras et se battra désespérément pour sa survie. Un thriller qui ne vous lâche pas porté par un personnage féminin magnifiquement campé.

Alex BERG, Zone de non-droit
Traduit de l’allemand par Justine Coquel
Parution : Janvier 2013 – Jacqueline Chambon
Titre original : 2010, Machtlos

Logo Grand Prix des lectrices Elle

Grand Prix des lectrices ELLE 2014
Sélection Catégorie Policier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *