Zakuro – Aki Shimazaki

Aki Shimazaki - Zakuro - Actes Sud Babel

Zakuro est le 2e volet du cycle romanesque « Au Coeur du Yamato » d’Aki Shimazaki, qui a commencé avec Mitsuba.

Dans ce volume, qui peut se lire totalement indépendamment du premier, le personnage clé est Tsuyoshi Toda (le collègue de Takashi Aoki) qui va nous faire découvrir son histoire personnelle et familiale, et en même temps, une période assez peu connue de l’histoire japonaise.

En 1942, Tsuyoshi Toda est étudiant lorsque ses parents, frères et soeurs partent en Mandchourie. Mais son père ne rentrera pas avec la famille. En effet, en 1945, la Mandchourie est envahie par les russes, et le père de Tsuyoshi Toda est alors emprisonné dans un camp en Sibérie. Malgré sa disparition, ce père reste dans les souvenirs de toute la famille, et en particulier dans celui de sa femme qui, atteinte de la maladie d’Alzheimer, a oublié et attend désormais patiemment son retour.

La poésie et la légèreté du style d’Aki Shimazaki s’accordent parfaitement bien à cette histoire familiale, faite de souvenirs et de découvertes. La narration se tisse finement grâce aux différents liens des membres de la famille, axée bien évidemment autour de la figure centrale de ce père et mari disparu.

J’ai beaucoup aimé la façon délicate dont Aki Shimazaki s’immisce dans les pensées d’un fils qui s’est façonné et a grandi avec un père absent, mais également la façon dont elle décrit de façon pudique et touchante la relation de ce même fils avec sa mère, qui perd la mémoire, et qui décide de rester le complice de l’espoir de retour auquel elle se raccroche, par amour filial.

Ce petit roman se lit d’une traite, et comme chaque roman d’Aki Shimazaki, derrière une apparente simplicité, on retrouve un sujet original, des relations humaines puissantes et cette sorte d’incandescence bienveillante qui se dégage de son texte, dans lequel on se sent bien, agréablement porté, et dans lequel, une fois terminé, on ne pense qu’à retourner.

Après Mitsuba et Zakuro, à très bientôt avec Tonbo (suivi de Tsukushi et Yamabuki)

Les premières lignes de Zakuro :

Nous sommes dimanche. Il fait beau. Dans le jardin, les chrysanthèmes sont en pleine floraison. Jaune, rose, blanc, orange … Les fleurs brillent, éclairées par la lumière du soleil. Les oiseaux gazouillent dans l’arbre du zakuro, dont les fruits sont mûrs.

La 4e de couverture de l’édition Actes Sud en Babel :
ATTENTION, LECTURE DECONSEILLÉE CAR RACONTE L’HISTOIRE
(ou lien direct Site Actes Sud avec une présentation résumée)

Bânzo Toda est porté disparu en Sibérie depuis la fin de la guerre. Sa femme, sombrant dans l’Alzheimer, s’accroche néanmoins à l’espoir de revoir un jour son mari. Quand Tsuyoshi Toda découvre que son père vit en fait, depuis vingt-cinq ans, dans une ville peu éloignée de la leur, il veut comprendre les raisons de son silence. Dans une longue lettre, le père expliquera au fils les événements qui ont brisé le cours de sa vie à partir du drame survenu à bord du bateau qui devait le ramener près des siens.

Aki SHIMAZAKI
Zakuro. Au coeur du Yamato (2)
Actes Sud, Février 2009, 160 pages
Babel, Février 2014, 144 pages

8 réflexions au sujet de « Zakuro – Aki Shimazaki »

  1. j’avais lu Mitsuba sans être conquise par le style de l’auteur, trop épuré à mon goût. A voir si le 2e tome est à la bibliothèque :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>