Yeruldelgger, de Ian Manook – lu par Martin Spinhayer

Ian Manook - Yeruldelgger - Audiolib

Après la lecture de Yeruldelgger, c’est au tour de l’écoute audio de ce polar mongol aux multiples prix. Eh bien, l’écoute ne passe pas mal du tout !

Une nouvelle fois, comme je l’ai déjà lu, je vous renvoie à mon avis suite à la lecture de ce livre, qui reste identique concernant le livre lui-même.

J’ai cependant trouvé que la lecture de Martin Spinhayer apportait un vrai plus. J’ai retrouvé le personnage de Yeruldelgger exactement comme je l’avais imaginé, blessé par la vie, solitaire et bourru et j’ai vraiment aimé l’entendre réagir face à sa fille, face à toutes les femmes de sa vie d’ailleurs, et se battre fermement (et violemment) pour résoudre cette enquête.

En fait, la voix agréablement grave de Martin Spinhayer donne une vraie épaisseur et une vraie existence au Commissaire Yeruldelgger, presque autant que Philippe Allard réussit à le faire pour le sergent Bowman dans Trois mille chevaux vapeur. Mais les voix de femmes sont également très bien interprétées, toujours de manière naturelle et fluide, sans jamais monter trop haut dans les aiguës. En fait, du rythme à l’action aux dialogues et silences, toute l’interprétation est très bien calibrée.

Cette écoute confirme qu’un livre très bien lu, comme c’est le cas ici, permet d’oublier certains défauts de l’histoire au profit d’une jolie musicalité narrative. Entre le lire et l’écouter, je choisis L’ECOUTER !

L’avis de Enna, Marjo, Sandrine, Saxaoul.

La présentation des éditions Audiolib :

Le corps enfoui d’une enfant, découvert dans la steppe par des nomades mongols, réveille chez le commissaire Yeruldelgger le cauchemar de l’assassinat jamais élucidé de sa propre fille. Peu à peu, ce qui pourrait lier ces deux crimes avec d’autres plus atroces encore, va le forcer à affronter la terrible vérité. Il n’y a pas que les tombes qui soient sauvages en Mongolie. Pour certains hommes, le trafic des précieuses « terres rares » vaut largement le prix de plusieurs vies. Innocentes ou pas. Dans ce thriller d’une maîtrise époustouflante, Ian Manook nous entraine sur un rythme effréné des déserts balayés par les vents de l’Asie Centrale jusqu’à l’enfer des bas-fonds d’Oulan-Bator. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Écosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Ian Manook !

Une interprétation à « coeur battant » qui entraîne l’auditeur dans une histoire pleine de méandres, bouleversante, en immersion totale.

PRIX AUDIOLIB 2015Ian MANOOK
Yeruldelgger
Lu par Martin Spinhayer
Audiolib, Janvier 2015, 15h32

challenge-un-pave-par-moisChallenge petit bac 2015

14 réflexions au sujet de « Yeruldelgger, de Ian Manook – lu par Martin Spinhayer »

  1. En lisant tous les billets assassins sur ce roman, je me dis aussi que la version audio lui apporte un vrai plus ! Le lecteur est génial et fait vraiment bien le boulot, si bien que mon billet est dithyrambique et que je passe pour une fille facile (qu’un roman policier séduit facilement, bien sûr ;) ). Quant à l’auteur, je crois que je suis bien d’accord avec toi :D

    • Je suis souvent séduite facilement par un roman policier, donc je veux bien entrer dans ta catégorie de fille facile ;-) Je suis contente de lire que tu trouves aussi que la version audio est vraiment un bonus à ce livre, et … c’est très bien d’avoir un billet dithyrambique, le lecteur le mérite !

  2. ah! c’est parce que tu es dans un jury que tu écoutes un livre que tu as déjà lu ! Tu me diras que pouvoir comparer les deux doit être passionnant mais je le ferai plutôt pour un classique ou une oeuvre j’ai vraiment beaucoup aimée. L’intérêt est le même finalement que pour l’adaptation d’un livre au cinéma.

    • Oui, sinon, je t’avoue que je n’aurais pas pensé à le faire toute seule. Je ne m’attendais pas du tout à ressentir une différence, dans un sens ou dans l’autre d’ailleurs, entre un livre écouté et un livre lu. Quand on a le choix, c’est mieux en effet de choisir une œuvre qu’on a beaucoup aimée. Pour l’adaptation d’un livre au cinéma, je suis en revanche presque toujours déçue quand j’ai lu le livre avant de voir le film.

  3. J’ai assez bien aimé cette écoute mais pas au point de lire la suite non plus. J’ai trouvé cela un peu long tout de même et un peu trop violent également par moments.

  4. …mais quelle idée de se replonger là dedans ! Pour moi la lecture de ce bouquin avait été une vraie purge (mais qui faisait partie de mes devoirs de jurée ELLe de l’année dernière…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>