Veracruz – Olivier Rolin

Olivier Rolin - Veracruz - Verdier

Veracruz est un roman polyphonique qui déboussole un peu au départ, mais pour le plus grand bien du lecteur. Difficile de ne pas se sentir happé par cette ambiance sexuelle, chaude et poisseuse, par ce crescendo littéraire d’une grande puissance.

Difficile aussi de parler de ce livre sans trop en dire. Dans cette ville du Mexique, le narrateur, qui vient présenter des conférences sur Proust, va rencontrer une femme mystérieuse et vivre un moment passionnel. Dariana est envoûtante, qui est-elle, d’où vient-elle ? quel est son secret ?

C’est peut-être ce secret que le lecteur va découvrir à travers les récits d’Ignace, de Miller, d’El Griego et de Susanna. Le doute est souvent présent, pour s’estomper progressivement. Des récits sous forme de confessions, de repentirs, de choses qui ne se disent pas, d’aveux qui se cachent, mais qui se dévoilent de manière brutale, sale et souvent violente, sans fard.

Il est rare d’entrer dans un livre, de s’interroger sur son sens et de se trouver totalement embringué dans les filets de l’auteur. La surprise sera présente à plusieurs reprises. Dans la narration, dans la construction, dans les mots et les phrases qui sont d’une grande beauté, même dans les affirmations et les descriptions les plus crues. Le style d’Olivier Rolin est une petite merveille.

Mais non, il n’y a pas de clef, pas de noeud, pas de secret. Ce qui s’est trouvé proche un moment, formant comme une constellation éphémère, l’instant d’après s’est séparé, et il n’y a pas plus de loi qui préside à l’affinité qu’à la dispersion.

Surtout, Olivier Rolin dévoile des pensées sur l’écriture et la littérature, sur la place du lecteur, de l’auteur, de l’histoire, sur sa construction, qui sont absolument passionnantes. On souhaiterait tellement que ses développements ne s’arrêtent jamais. L’envoûtement de sa plume superbe joue pleinement son rôle, et c’est avec regret que s’arrête la lecture de cet ouvrage aussi frappant qu’il est bref. On en voudrait encore et toujours. Une première découverte décapante et profondément marquante de cet auteur.

Les avis enthousiastes de Delphine (que je remercie, je n’aurais probablement jamais lu ce livre sans elle), Jérôme et Joëlle.

Les premières lignes :

Un jour de juin 1990, j’attendais au bar El Ideal, calle Morelos, une jeune chanteuse cubaine qui ne vint jamais. Elle était l’étoile de la revue du Tropicana de La Havane, qui prétendait non sans quelque excès être el cabaret más fabuloso del mundo.

La présentation des éditions Verdier :

« J’avais prolongé mon séjour à Veracruz tant qu’elle avait été là – je l’aurais prolongé jusqu’à la fin du monde, s’il n’avait tenu qu’à moi. Maintenant qu’elle avait disparu, je le prolongeais dans l’espoir de la retrouver, ou au moins d’apprendre quelque chose sur les raisons de sa disparition.
Un jour, un pli me parvint à l’hôtel, expédié par la poste, ne comportant aucune indication de provenance, aucun mot d’accompagnement. Il contenait les quatre récits, brefs et terribles, qu’on va lire. »

Challenge Rentrée littéraire janvier 2016Olivier ROLIN
Veracruz
Verdier, janvier 2016, 128 p.

8 réflexions au sujet de « Veracruz – Olivier Rolin »

  1. Je suis toujours tellement heureuse quand quelqu’un découvre cet écrivain et l’apprécie ! Et ton billet rend vraiment compte de la beauté et du caractère de ce texte qui m’a, tout comme toi, un peu déroutée au départ – et pourtant, je connais bien l’oeuvre de Rolin.
    Si cela peut te rassurer, Laure, Veracruz est loin d’être le premier roman de Rolin (qui a également écrit de magnifiques récits de voyage). Tu n’auras donc qua l’embarras du choix si tu veux retrouver sa plume magnifique.

    • J’ai vu en effet qu’il avait déjà écrit un nombre considérable de livres, et j’ai bien l’intention d’aller plus loin dans sa découverte. J’avais d’ailleurs hésité à lire le Météorologue, et puis cette idée est passée sous la pile des autres, et j’ai oublié cet auteur. Un immense merci de me l’avoir fait découvrir :-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>