Une terre si froide (Sean Duffy #1) – Adrian McKinty

Adrian McKinty - Une terre si froide - Livre de poche 33427

En plein dans la grande Histoire de l’Irlande du Nord, le livre commence avec la mort de Bobby Sands le 5 mai 1981 (suite à sa grève de la faim), dans une ambiance de guerre civile, de présence de l’IRA, de combats paramilitaires et armés au quotidien, de prisonniers politiques. L’inspecteur Sean Duffy est catholique, habite dans une rue protestante. La politique irlandaise est largement présente.

Mais pour la première fois, le crime dont Sean Duffy est chargé est marqué non par l’histoire politique locale, mais par l’homophobie. Un mort est retrouvé exécuté, main droite coupée à ses côtés, dans une voiture volée. Il apparaitra très vite que la main droite n’appartient pas au cadavre. Le second cadavre sera rapidement découvert, et tous deux sont des homosexuels avérés. L’idée d’un tueur en série se fait jour dans les esprits, mais ne plait pas du tout, et il n’est pas facile de mener une enquête criminelle dans une ambiance politique tendue.

La réussite de ce polar résulte tant de l’ambiance historique, de la tension latente, des émeutes en suspens, que du personnage de Sean Duffy. Inspecteur au caractère fort, qui aime se plonger dans la littérature et écouter de la musique pour se retrouver tranquille, dans son canapé, devant une bibliothèque fournie, on ne peut que l’aimer ! Mais ce n’est pas tout. L’enquête, qui piétine, va prendre une tournure inattendue, sans être fantasque, et l’intérêt pour l’intrigue va s’accroître.

S’ajoute une belle plume, des dialogues qui se tiennent, des personnages auxquels on s’attache, des historiettes personnelles parallèles qui ajoutent une agréable substance supplémentaire, un brin de détachement, un soupçon de noirceur qui pimente le tout, c’est crédible, le contexte est passionnant, bref, un premier volume d’une série qui donne largement envie de poursuivre les enquêtes de Sean Duffy avec le 2e opus : Dans la rue j’entends les sirènes.

Sont déjà parus en anglais, en attente de traduction en français, le 3e, In The Morning I’ll Be Gone (2014) et le 4e volume de la série, Gun Street Girl (2015). Vous avez compris, à suivre !

Prix Littéraires
Finaliste du Prix SNCF Polar 2015


Adrian McKinty - Une terre si froide - StockPrésentation des éditions Stock :
(ou présentation un peu différente sur le site de Livre de poche)

1981, Carrickfergus, Irlande du Nord. Le gréviste de la faim Bobby Sands vient de mourir et la région est sous haute tension. C’est dans ce contexte oppressant que le sergent Sean Duffy est appelé d’urgence pour résoudre une étrange enquête : un homme a été retrouvé dans un terrain vague, une main coupée. La victime est un homosexuel notoire. Un mobile suffisant ? Puis une deuxième victime est découverte, présentant les mêmes sévices. Aurait-on affaire au premier serial killer de l’histoire du pays ? Duffy sait toutefois que les apparences sont souvent trompeuses, lui qui incarne un paradoxe en Ulster : il est flic et catholique.
Adrian McKinty réussit le pari de faire vivre la violence de la guerre civile en même temps qu’il nous entraîne au coeur d’une enquête palpitante, maniée avec un humour noir si cher aux Irlandais.


Adrian McKINTY
Une terre si froide
Traduit de l’anglais (Irlande) par Florence Vuarnesson
Stock, mars 2013, 396 pages.
Livre de poche n°33427, avril 2014, 432 pages
VO : 2012, The Cold Cold Ground

16 réflexions au sujet de « Une terre si froide (Sean Duffy #1) – Adrian McKinty »

  1. Ce roman policier a l’air bien ficelé et en savoir un peu plus sur l’histoire contemporaine de Irlande (Magnifique pays par ces paysages) me plairait beaucoup. Je note donc ce titre. Je n’aime pas trop m’engager dans des séries mais après tout, on est pas obligé de tout lire.

    • Aucune inquiétude Lydie d’être frustrée. Le livre a une fin bien à lui, et il n’existe vraiment aucune obligation de lire la suite pour comprendre cette histoire, qui a sa propre fin.

  2. Cette période noire de l’Irlande du Nord m’a marquée, sans doute parce que j’avais 18 ans à l’époque et que ça frappait les esprits, ces grèves de la faim et cette répression terrible. Voilà donc un billet qui me tente beaucoup (et comme c’est en poche…)

    • Ce livre m’a beaucoup moins marqué que le film Hunger de Steve McQueen, avec Michael Fassbender, que je recommande chaudement (il faut s’accrocher, il n’est pas du tout facile à regarder) sur cet événement.

    • Je ne connaissais pas cet auteur non plus, mais je l’ai découvert car le livre était finaliste du Prix SNCF Polar 2015, et c’était un coup de coeur d’une librairie (je ne sais plus laquelle …). Je l’avais donc gardé en tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>