Une part de ciel – Claudie Gallay

Claudie Gallay - Une part de ciel - Actes sud

Une part de ciel est un livre familial de patience, de temps qui passe et d’attente. Certains côtés sont très beaux, mais c’est très lent et très long.

Le mois de décembre, c’est la période de Noël et des retrouvailles familiales. Carole retourne alors au Val-des-Seuls, dans la région savoyarde de son enfance, pour retrouver son frère et sa soeur, mais surtout son père Curtil, qui a annoncé son retour.

En fait, Carole ne voit pas souvent ce père Curtil, personnage lointain et mystérieux, dont on ne sait pas grand chose. En l’attendant, ces journées défilent entre les moments passés avec son frère ou sa soeur, très différente d’elle, les poses au café La lanterne (tenu par Francky), et sa traduction de la vie de l’artiste Christo.

Disons le clairement, cette lecture a mal commencé pour une chose toute bête : les expressions « la serveuse à Francky », « la fille à Curtil », « la serveuse à Francky », etc. ne passent pas. A tort probablement, mais c’est comme ça.

Ensuite, l’attente de Curtil – qui est annoncée dès le début du roman – est très très longue, et le roman le devient de fait également.

Pour compenser cette attente interminable, aucune histoire parallèle n’est vraiment développée, si ce n’est le quotidien de Carole assez répétitif et assez plat. La piste de la traduction de la vie de Christo était intéressante, mais malheureusement, le livre développe trop peu ce thème.

Alors il reste le côté personnel et intime des relations familiales et de voisinages, qui est le sujet en réalité de l’intégralité du roman, avec certains non-dits qui se dévoilent, et des silences qui en disent beaucoup.

Certains passages sont très beaux, et le livre plaira probablement aux lecteurs qui entreront dans cet univers intime du quotidien, et qui auront la patience nécessaire d’attendre le point final.

En ce qui me concerne, les moments où j’ai réussi à entrer – et surtout à rester – dans cet univers mélancolique de Noël ont été trop rares, les longueurs du roman et l’attente qui n’en finit pas ayant pris le dessus sur la beauté de l’écriture et la douleur de l’intime.

=> Lecture commune avec Eva
=> Et aussi les avis de Sylire, de Fleur, de Jérome, d’Anne et de Galéa.

Prix Littéraire Prix terre de France 2013

Les premières lignes de Une part de ciel :

On était trois semaines avant Noël. J’étais arrivée au Val par le seul train possible, celui de onze heures. Tous les autres arrêts avaient été supprimés. Pour gagner quelques minutes au bout, m’avait-on dit.

La présentation de l’éditeur Actes Sud (ou lien site) :

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…
Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?
Avec une attention aussi intense que bienveillante, Claudie Gallay déchiffre les non-dits du lien familial et éclaire la part d’absolu que chacun porte en soi. Pénétrant comme une brume, doux comme un soleil d’hiver et imprévisible comme un lac gelé, Une part de ciel est un roman d’atmosphère à la tendresse fraternelle qui bâtit tranquillement, sur des mémoires apaisées, de possibles futurs.

challenge-un-pave-par-moisClaudie GALLAY
Une part de ciel
Parution : Août 2013 – Actes Sud

10 réflexions sur « Une part de ciel – Claudie Gallay »

  1. Je comprends tout à fait ton point de vue … j’ai aimé cette lenteur, cette pesanteur aussi … mais je suis une mordue de Gallay … j’aime, que dis-je, j’adore, son écriture.

  2. Bon je vois que pour toi non plus cela n a pas été un gros coup de cœur :-) c est dommage car l auteur est vraiment douée pour créer des atmosphères et faire vivre de petites communautés de personnages …

  3. J’aime beaucoup cette auteur et même si ce n’est pas mon préféré j’ai quand même aimé l’ambiance et les personnages (mais comme toi, j’ai été gênée par le « à Francky » etc ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>