Un été à l’Islette – Géraldine Jeffroy

Géraldine JEFFROY - Un été à l'Islette - arléa

Fin du XIXe siècle, Camille Claudel crée La Valse et La Petite Châtelaine, Rodin son fameux Balzac, et pour Claude Debussy, ce sera L’Après-midi d’un faune. Un roman aux accents historiques autour de chefs-d’oeuvre et de trois grands artistes en 1892, lors d’un été à l’Islette.

Le sujet est passionnant, il met l’eau à la bouche et on s’attend à plonger au coeur des mystères de la création, à découvrir des choses inconnues, à voyager dans un château et à trouver un texte qui mêle les destinées et qui explore les relations humaines de ces trois grands êtres exceptionnels.

Ce n’est pas le cas. Il ne s’agit pas d’un roman historique précis, avec une analyse et un développement poussés des faits et des protagonistes. Géraldine Jeffrey reste agréablement en surface, n’entre pas dans le coeur de ses personnages, elle ne creuse pas les liens qui unissent Camille Claudel, Rodin et Debussy, ni aucun des liens humains de son roman.

Avec des personnages aux particularismes et aux caractères si marqués, on aurait pu s’attendre à plus d’intensité. Géraldine Jeffroy fait le choix de la simplicité. La construction, classique et sans fausse note, s’adapte bien à ce roman d’été. La narratrice Eugénie raconte le mois de juillet 1892 au Château d’Islette, son récit étant entrecoupé de lettres échangées entre Camille Claudel et Debussy. C’est romantique, l’écriture fluide et légère dégage de la douceur sur fond d’amour, d’amitié et de curiosité artistique.

Ne pas manquer les quelques pages de la fin, les précisions explicatives et historiques. Sorti du cadre romanesque, le style est plus franc, plus percutant et le résumé final très intéressant.

Dans la sélection des 68 premières fois en catégorie 2e roman.

Géraldine JEFFROY
Un été à l’Islette
Arléa, Août 2019, 128 pages.

4 réflexions sur « Un été à l’Islette – Géraldine Jeffroy »

  1. Ha tiens, j’ai lu un avis très positif chez Dominique … Je vais le tenter quand même à cause du lieu que j’ai découvert cet été et qui a un charme fou !

    • C’est dommage, je ne connais pas l’endroit. Avec le regard d’un charme fou, le livre prendra nécessairement une autre couleur, et côtoyer de grands artistes est toujours agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>