Les Soldats de l’Aube – Deon Meyer

Meyer les soldats de l'aube - broché seuil

Les Soldats de l’Aube est un des premiers Deon Meyer. Ce roman policier est porté par son personnage principal, Zapotek Van Heerden, qui est très original et extrêmement attachant.

Ancien policier, il est aujourd’hui détective privé, et nous le retrouvons cinq ans après une longue parenthèse professionnelle, dont on découvrira la raison au fil des pages.

Notre première rencontre nous fait découvrir un personnage qui boit, qui aime se battre, qui sort de prison avec une gueule de bois tenace, après s’être battu la veille au soir à la sortie d’un bar. Jusque-là, rien de très original. Mais en réalité, se battre est simplement son exutoire.

La surprise surviendra petit à petit. Derrière son agressivité apparente, Zapotek est sensible, plein d’humanité, il aime cuisiner, il adore la musique classique, se révolte contre la situation politique de l’Afrique du Sud, ses inégalités, sa violence et ses incohérences. Il est libre, intelligent, déteste les conventions sociales. On craque totalement pour le personnage.

Une avocate lui demande d’intervenir en urgence pour sa cliente, Mademoiselle Van As. Son ami, M. Smit, avec qui elle vivait depuis 11 ans, a été tué d’une balle dans la nuque, après avoir été ligoté à une chaise de cuisine et torturé avec une lampe à souder. Le coffre-fort a été entièrement dévalisé, dans lequel se trouvait le testament rendant destinataire Mlle Van AS de près de deux millions de Rands. Le meurtre a eu lieu depuis dix mois déjà, Mlle Van As ne sait rien et la police n’a rien découvert. La Cour Suprême délibérant dans une semaine, il ne reste que sept jours à Zapotek Van Heerden pour retrouver ce testament, à défaut, Mademoiselle Van As ne pourra être admise à la succession.

D’un chapitre à l’autre, le lecteur va suivre l’enquête qui se décomptera telle un chronomètre quotidien, jours après jours, du jeudi 6 juillet (le 7e jour) au jeudi 13 juillet (le jour J).

Le décompte met sur des charbons ardents et Deon Meyer sait parfaitement maintenir la tension dans le déroulé de son enquête. Mais surtout, il réussit à nous passionner pour la vie de son héros, notamment par l’insertion, un chapitre sur deux, des évènements qui sont à l’origine de la personnalité de Zapotek, racontés par ce dernier à la première personne du singulier, comme si nous lisions un journal intime. On ne devient pas policier par hasard, et ce n’est pas par hasard que Zapotek résoudra cette enquête.

C’est bien écrit, percutant, certaines répliques font sourire, certains développements sur l’Afrique du Sud donnent à réfléchir. On sort de ce livre étonné, et on en redemande !

Les Soldats de l’aube a été récompensé par le Grand prix de littérature Policière, Romans étrangers, 2003.


Les premières lignes :

Il se réveilla brutalement d’un sommeil détrempé d’alcool, ses côtes qui l’élançaient étant la première sensation consciente qui lui vint. Puis ce furent, là et là, son œil et sa lèvre supérieure qui avaient enflé, l’odeur de moisi et de produits antiseptiques de la cellule, celle, aigrelette, de son corps, et le goût salé du sang et de la bière rance dans sa bouche.
Et le soulagement.

Meyer Les soldats de l'aube - pocheLa présentation éditeur :

Inconsolable depuis la mort de son coéquipier, l’ex-policier « Zet » van Heerden traîne sa culpabilité de bar en bar. Un jour, une avocate vient lui proposer un petit travail : retrouver le testament d’un riche antiquaire, un certain Smit. Celui-ci a reçu une balle dans la nuque après avoir été torturé à la lampe à souder. Zet découvre que la victime cachait des secrets … Pour lui, je jeu de piste ne va pas tarder à virer au cauchemar.


Deon MEYER
Les Soldats de l’aube
Traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Robert Pépin
Parution : Mai 2003 – Seuil / Janvier 2004 – Points Policier P1159

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>