Trois fois dès l’aube – Alessandro Baricco

Alessandro Baricco - Trois fois dès l'aube - Gallimard

Ceux qui ont lu Mr. Gwyn, le précédent roman d’Alessandro Baricco, se rappellent probablement qu’ils ont croisé un livre écrit par Akash Narayan et qui s’intitule justement Trois fois dès l’aube.

Mais dans Mr. Gwyn, si le livre a une certaine importance, son contenu n’est pas le sujet. Après le point final de Mr. Gwyn, Baricco a eu envie – comme il l’explique en note au début du livre – d’aller plus loin, et d’écrire ce fameux livre imaginaire.

Attention, il ne s’agit pas d’une suite à Mr. Gwyn. Trois fois dès l’aube peut donc se lire également par ceux qui (comme moi) ne l’ont pas (encore) lu. Pour les autres, cela donne « un regard supplémentaire sur l’étrange histoire de Jasper Gwyn et de son talent singulier« .

Quoiqu’il en soit, ce petit livre est une sorte de recueil de nouvelles croisées plein d’énergie et de surprises. Dans la première histoire, une femme en robe du soir jaune entre dans le hall d’un hôtel. Il est tard, le concierge dort. Mais un homme est là, dans un fauteuil, et la discussion s’engage.

Dans la deuxième histoire, c’est aussi une histoire de couple dans un hôtel. Mais le concierge ne dort pas. Je n’en dirais pas plus, ni sur le contenu de l’histoire, ni sur la façon dont les histoires se mêlent pour garder la magie de l’imaginaire de Baricco.

C’est un livre avec beaucoup de dialogues, mais cela ne dérange pas du tout. Au contraire même, cela s’accorde très bien avec le côté théâtral des rencontres et des échanges. En plus, Baricco réussit très bien à créer une ambiance un peu étrange, qui s’installe très vite, à distiller quelques indices qui mettent la puce à l’oreille.

En peu de mots, il crée une agréable tension nocturne pleine de sous-entendus, développe un mini suspens à doses retenues juste dans les bonnes proportions, et ne cesse de titiller la curiosité du lecteur avec brio.

Ma curiosité a tellement été titillé d’ailleurs, qu’il faut maintenant que je lise à tout pris Mr. Gwyn !

Les premières lignes :

Ces pages racontent une histoire vraisemblable qui, toutefois, ne pourrait jamais se produire dans la réalité. Elles décrivent en effet deux personnages qui se rencontrent à trois reprises, mais chaque rencontre est à la fois l’unique, la première, et la dernière.

La présentation de la 4e de couverture par Gallimard :
(ou lien direct site Gallimard)

Deux personnages se rencontrent à trois reprises.
Un homme commence à parler avec une femme dans le hall de son hôtel et, quand celle-ci a un malaise, il l’héberge dans sa chambre. Leur conversation se poursuit, l’homme s’ouvre à elle mais mal lui en prend.
Un portier d’hôtel aide une jeune cliente à s’enfuir afin d’échapper à son compagnon, un individu violent et dangereux. Plus âgé qu’elle, il lui révèle qu’il a passé treize ans en prison à la suite d’un meurtre.
Malcolm, le personnage de la première rencontre, est encore enfant quand ses parents meurent dans l’incendie de leur maison. Pour le soustraire aux suites de ce drame et l’emmener dans un endroit sûr, une inspectrice de police le conduit chez un de ses amis.
Trois histoires nocturnes qui se concluent à l’aube et qui marquent, chacune à sa façon, un nouveau départ. Trois facettes qu’Alessandro Baricco rassemble en un récit hypnotique et puissant, non dépourvu d’élégance et même de sensualité.

Challenge rentrée d'hiver 2015Alessandro BARICCO
Trois fois dès l’aube
Traduit de l’italien par Lise Caillat
Février 2015, Gallimard, 124 pages
VO : 2012, Tre volte all’alba

14 réflexions sur « Trois fois dès l’aube – Alessandro Baricco »

  1. Je note ! Lu récemment ‘Sans sang’ de cet auteur, très court, très bon.
    Lu ‘Soie’ il y a qqs années, j’ai pas mal oublié…

  2. j’avais lu Soie, que j’avais beaucoup aimé. J’étais lundi à la librairie Gallimard, place de Clichy, et le libraire m’a conseillé « Trois fois dès l’aube » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *