Trashed – Derf Backderf

Derf Backderf - Trashed - Ca et la

Après l’excellent Mon Ami Dahmer, Derf Backderf utilise de nouveau son expérience personnelle pour raconter dans Trashed, non pas l’histoire d’un serial killer, mais celui beaucoup plus ordinaire d’un éboueur.

Comme il l’explique en introduction de la BD, à la fin de ses années d’études, Derf Backderf a travaillé une année comme éboueur. Il avait d’ailleurs commencé une BD basée sur son autobiographie, plusieurs années auparavant, qu’il a finalement retravaillée, dans laquelle il a mêlé de la fiction pour donner plus de peps et de comique à cette expérience de vie, peu enthousiasmante …

Disons tout de suite, autant Mon Ami Dahmer était un coup de coeur, autant Trashed ne l’est pas … L’originalité des dessins et du trait « carré » de Derf Backderf, qui est très caractéristique de son style graphique, ne suffit pas ici à rattraper la faiblesse du scénario et le côté répétitif des planches.

Certes, son but est de montrer l’absence d’intérêt du travail d’éboueur. Et c’est réussi. Ramasser des poubelles par tous les temps, ce n’est pas intéressant, les ordures, ça pue, c’est crade, les américains ne sont pas respectueux et jettent n’importe quoi, certains objets sont trop lourds, d’autres déchets sont étranges, dégoûtants, surprenants … Bref, rien de très nouveau. Les personnes qui font ce travail semblent pour certains être autant des rebuts de la société que les déchets qu’ils trimballent toute la journée.

Le message est compris, mais le problème, c’est que montrer que ce boulot est ennuyeux, rend cette BD, elle-aussi, un peu ennuyeuse et très répétitive. C’est dommage, car Derf Backderf choisit en parallèle de donner des informations concrètes sur les déchets, des chiffres, des explications sur le fonctionnement des machines, qui sont intéressantes.

Les axes humoristiques existent, mais ils sont parfois assez lourds, et souvent axés sur le même style de comique. Recevoir des ordures sur les pieds ou sur les fringues, c’est marrant une fois, mais au bout de la 5e fois, la lassitude se fait sentir. Cela sert le propos et ressemble simplement à la réalité allez-vous me dire. Oui, je veux bien que cette BD donne une image assez juste de son expérience laborieuse, mais la lecture de cette BD a été également, à ma grande déception car j’avais vraiment envie de l’aimer autant que la précédente, un rien laborieuse.

Le Mois americain

Lu dans le cadre du mois américain organisé par Martine.
Derf Backderf est attendu au Festival América 2016.

Les premières lignes :
(lire un extrait de la BD)

Présentation des éditions Ça et là :

A 21 ans, J. B. se retrouve coincé de nouveau chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l’Ohio. Il vient d’arrêter la fac et doit absolument trouver un travail pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle, il est engagé comme éboueur contractuel et est bientôt rejoint par Mike, un ancien copain de lycée. Ensemble, ils vont découvrir les joies du métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelles mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, persécutés en permanence par leur chef, l’infâme Will E.

Après Mon ami Dahmer et Punk Rock & Mobile Homes, Derf Backderf change de registre tout en continuant à nous parler des petites villes de banlieue américaines… Librement inspiré de l’année qu’il a passée à travailler en tant qu’éboueur après sa dernière année de lycée, Trashed est à la fois un truculent récit parsemé d’anecdotes hilarantes, un portrait au vitriol de l’american way of life et un document édifiant sur les dommages collatéraux de la société de consommation.

Challenge RL 2015Derf BACKDERF
Trashed
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Touboul
Ça et là, septembre 2015, 240 p.
VO : Trashed

8 réflexions au sujet de « Trashed – Derf Backderf »

  1. Contrairement à beaucoup d’autres je n’avais pas accroché à Mon Ami Dahmer donc je ne pense pas renouveler l’expérience avec ce titre, surtout vu ce que tu en dis.

  2. Hé bien, j’ai aimé et bien rigolé quand même! Et ensuite j’ai pu m’attaquer à Mon ami Dahmer qui a priori ne me donnait pas envie (et c’était bien aussi!)

  3. Un avis positif et un avis mitigé sur cette BD depuis le début du mois américain, il ne me reste plus qu’à me faire mon propre avis ! Et je note bien entendu « Mon ami Dahmer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>