Tranquille – Anne-Marie Garat

Garat - Tranquille

Environ 70 pages, entre court roman et nouvelle, Anne-Marie GARAT s’attache une nouvelle fois aux rapports familiaux, à l’intime, ici aux rapports difficiles entre un fils et un père.

Perdu dans la montagne, pas trop loin de Briançon, le père du narrateur s’est retiré dans une cabane, sans eau et électricité, dans laquelle il vit seul depuis plusieurs années. Le fils vient rarement le voir, le père ne semble pas y tenir d’ailleurs. Les premiers mots sont secs, cinglants. Les personnages ont des blessures évidentes, tellement grandes que l’ensemble des mots et des phrases s’engouffre à l’intérieur, emportant le lecteur dans ce trou noir, entouré de la nature, de la montagne et des silences.

Une ambiance étrange s’installe dès les premières pages, et nous sentons très vite que la rencontre sera aride, comme les sentiments qui semblent habiter le père et le fils. La raison de cette ambiance intrigue, et la curiosité nous saisit réellement, un pourquoi en chassant un autre. Anne-Marie Garat réussit en peu de pages à nous mettre mal à l’aise, à nous questionner, même si certains épisodes amènent un sourire crispé sur le coin de nos lèvres.

J’avoue que je suis restée un peu sur ma faim, et je n’aurais pas regretté quelques développements supplémentaires sur les personnages, que j’avais envie de connaître un peu plus, quelques chapitres supplémentaires, car malgré leur sécheresse, je me suis attaché à eux très vite. Mais il faut avouer que ce parti pris sert positivement son livre.

D’un style dépouillé très différent de celui de sa trilogie romanesque (Dans la main du Diable, L’enfant des Ténèbres et Pense à demain), je pense quand même que vous ne serez pas déçus !

Si vous hésitez, les premières lignes :

 » Pour aller voir mon père, il faut vraiment que je m’invente des raisons. Cette fois-là, je n’avais pas le choix. Depuis le temps, je n’étais pas très sûr en attaquant la montée vers le col de retrouver l’embranchement du sentier qui mène chez lui, les lacets se ressemblent tous dans ces régions forestières ».

Si vous hésitez encore, la présentation Editeur :

Un jour d’automne, c’est rare, le fils pousse une visite à son père, sans prévenir. À quoi bon, vu la nouvelle qu’il porte ? Du reste, le vieux ne relève plus son courrier depuis qu’il vit en solitaire dans ce coin perdu au fond d’une gorge de montagne, un vrai sauvage. De là à l’accueillir au fusil ! C’est qu’il n’y est pas si tranquille, le bougre… Voici une histoire de père et de fils, d’enfance perdue, de rêves et de peurs ; une histoire d’amour et de mort.

Anne-Marie GARAT, Tranquille
Parution : Avril 2013 – Editions In8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *