Total Zoo – Edward Gorey

Edward Gorey - Total Zoo - AttilaCoup de coeur !

The utter zoo alphabet, ou Total zoo un abécédaire d’Edward Gorey, est une petite merveille à découvrir, mais impérativement, sans attendre, immédiatement, TOUT DE SUITE !

Qu’est-ce que c’est exactement ? Un Ovni illustré publié par les éditions Attila/Le Tripode qui m’a totalement scotchée.

Un peu de concret, bon, disons que c’est un abécédaire poétique « haïkuen » illustré à la façon Gorey. Vous allez me dire, oui mais encore.

C’est un abécédaire pour tous les âges, de A jusqu’à Z donc, dans lequel en 26 petites phrases, 26 petits couples de rimes, on va côtoyer des êtres aussi phénoménaux que le Fidknop, le Quingawaga ou encore le Limpflig. Un petit exemple :

« Le Limpflig peine à se retenir
De passer sa vie à dormir »

Impossible de choisir mon préféré, peut être le Scrug ou le Yawfle :

« Le Yawfle a le regard fixe
Et fixe et fixe et fixe »

Et bien sûr, les illustrations à l’encre noire (c’est l’impression que cela donne en tout cas) accompagnent à merveille chaque lettre et chaque personnage fantastique avec une originalité, un plaisir, un truc aérien et léger qui vous donne un grand coup de bonheur, qui vous fait sourire et qui vous emporte dans un autre monde, dans lequel on a envie de rester.

Ca, c’est du pur génie.

Et en prime, une belle postface sur Edward Gorey et une maquette originale, quelle belle idée de rééditer cette perle.

Ma découverte bien trop récente d’Edward Gorey, avec La Harpe Hagarde va se poursuivre, c’est certain. Je viens de lire Total Zoo trois fois d’affilé (ça se lit très vite). J’adore, j’adore, j’adore !

Edward GOREY, Total ZOO
Traduit de l’anglais par Jacques Roubaud
Parution : Novembre 2012, Attila, 60 pages
A partir de 7 ans

__________________________________
(dernière mise à jour : 06/11/2014)

4 réflexions sur « Total Zoo – Edward Gorey »

    • N’hésite pas une seconde, c’est vraiment génial, je me suis même refait une petite lecture ce matin, pour enjoliver ma journée !

      Je vais poursuivre ma découverte des éditions Attila/Le Tripode, et je vais en parler souvent je pense 🙂

  1. Si cela ne s’appelle pas un enthousiasme communicatif, je mange toutes les pommes du fruitier. Impossible de ne pas se ruer sur le sieur Gorey, après un tel article: merci, merci!!!

    • Attention à l’indigestion à venir !! La découverte d’Edward Gorey vaut vraiment la peine, enfin, je n’en suis qu’à deux pour l’instant, mais je vais continuer, ça c’est certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *