La tanche – Inge Schilperoord

Inge SCHILPEROORD - La tanche - Belfond

Pour son premier roman, Inge Schilperoord réussit à mettre en place une tension latente et dérangeante, centrée autour du personnage de Jonathan, qui sort juste de prison. On comprend vite que la pédophilie est la raison de son internement.

Il n’a nulle part où aller, si ce n’est chez sa mère, dans une maison plutôt délabrée, dans un quartier plutôt pourri. Jonathan est seul et veut rester seul.

Dans une ambiance qui rappelle celle du huis clos, Inge Schilperoord dresse un portrait de Jonathan fragile, conscient de ses failles, qui veut réussir à s’en sortir, qui suit les conseils donnés, qui veut faire ses exercices. Mais voilà, une petite fille esseulée le croise et le trouve très sympathique.

C’est cette relation est développée, cette tension qui met mal à l’aise, les rencontres de ces deux êtres seuls, sans soutien familial. S’ajoute la solitude enveloppant Jonathan, le fait que tout semble dégradé ou en phase de le devenir. Jonathan tente de s’occuper d’un poisson, la tanche du titre, mais qui faiblit de jour en jour, au même rythme que Jonathan … Sa mère avec ses silences appuyés ou ses observations bibliques renforce ce côté délétère.

Toujours sur le fil du rasoir, dans une lenteur étudiée et angoissante, le lecteur gêné suit le cheminement de Jonathan, est empli de doutes, hésite. Le dramatique est très bien rendu, à tel point que le malaise ressenti est parfois trop fort, on a envie de poser le livre pour respirer un grand coup d’air sain. Un écrivain qui transmet une telle tension dès son premier roman mérite d’être suivi de près.

Inge Schilperoord indique qu’elle a eu l’idée de La Tanche dans le cadre de son précédent poste de psychologue judiciaire, en contact avec de nombreux condamnés. C’est certainement grâce à cela que son roman sonne si juste.

Prix littéraire :
Sélection du Prix Fémina 2017

Inge Schilperoord :
Inge Schilperoord est rédactrice et journaliste pour des journaux prestigieux en Hollande, Psychologie Magazine, NRC Handelsblad, Het Parool, et le magazine du festival Crossing Border. Elle a également longtemps exercé en tant que psychologue judiciaire. Couronné du prestigieux Bronze Owl Award et finaliste de quatre des plus grands prix littéraires aux Pays-Bas, ce premier roman a également été nommé cinq fois livre de l’année par la presse néerlandaise. Inge Schilperoord se consacre désormais à l’écriture et partage son temps entre La Haye et Gand. (Source : site Belfond)


Les premières lignes :
(Lire un extrait plus long)

Maintenant je dois faire bien attention, se dit Jonathan. Maintenant. Cela commence maintenant. Il posa ses mains tremblantes sur ses genoux et frotta lentement, avec son pouce droit, la phalange de son pouce gauche, dans l’espoir de se calmer. C’était sa dernière matinée de détention.

La présentation des éditions Belfond :

Couronné par le Bronze Owl, nommé cinq fois livre de l’année par la presse, finaliste des plus grands prix littéraires, un premier roman qui a semé le trouble aux Pays-Bas en s’attaquant à un sujet tabou : entrer dans la tête d’un homme en lutte contre lui-même et contre ses pulsions pédophiles. Sombre et captivante, une lecture choc et pourtant nécessaire.
En cette étouffante journée d’été, Jonathan sort de prison. Dans le bus qui le ramène chez sa mère, il se répète ce que lui a dit le psychologue : ce n’est pas lui qui est mauvais, ce sont ses actes. Et s’il parvient à organiser rigoureusement ses journées, il sera un homme meilleur.
Jonathan se le promet. Il va s’occuper de sa mère asthmatique, retourner travailler à l’usine de poissons, promener le chien, aller à la pêche. Il restera seul, il ne parlera à personne, il va s’occuper les mains, l’esprit, tout faire pour ne pas replonger.

Car il le sait, s’il a été libéré, faute de preuves, le psy a parlé d’un taux de récidive de 80 %. Il ne doit pas se laisser déborder à nouveau.

Or, dans ce quartier en démolition où vit sa mère, vivent aussi une jeune femme et sa fillette…


Inge SCHILPEROORD
La tanche
Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
Belfond, août 2017, 224 pages.
VO : 2015, Muidhond

4 réflexions au sujet de « La tanche – Inge Schilperoord »

Répondre à Micmelo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>