Souvenirs de la marée basse – Chantal Thomas

Chantal THOMAS - Souvenirs de la marée basse - Seuil

Pour la rentrée littéraire 2017, Chantal Thomas change de registre et écrit un livre très personnel sur sa mère et sur ses propres souvenirs. Elle évoque Arcachon, Nice, Menton, dans un texte qui flotte joliment d’une pensée à l’autre dans les vagues du passé.

Le mystère qui entoure Jackie, cette mère lointaine qu’elle connait mal, donne à ce roman autobiographique une tonalité gracieuse et enchanteresse inattendue. On apprendra peu de chose de cette femme trouvant sa joie dans la natation, l’eau, la mer, cette mer synonyme d’indépendance et de liberté.

Les souvenirs s’effacent, il reste les plus marquants. Le portrait esquissé est à l’image des souvenirs de sa fille, il est lointain, délicat et poétique. Un hommage intime et lumineux, ponctué parfois de références historiques de têtes princières ou couronnées, qui en augmente la saveur romanesque.

Chantal Thomas est Directrice de recherche au CNRS et spécialiste du XVIII. En 2002, elle reçoit le prix Femina pour Les Adieux à la reine, son premier roman. Elle a également écrit, en fiction, Le testament d’Olympe et L’échange des princesses.

Dès son premier roman, Chantal Thomas a prouvé qu’elle savait raconter la grande Histoire avec passion et intérêt, dans un style fluide et prenant. Elle démontre avec Souvenirs de la marée basse que ses talents d’écrivains vont bien au delà.

Prix Littéraire :
Sélection Prix Médicis 2017
1ère sélection du Prix Décembre 2017


Les premières lignes :
(Ou lire un extrait plus long)

Ce matin, après deux mois de sécheresse ininterrompue, je me suis réveillée sous des nuages noirs. Je n’ai pas eu besoin de sortir pour le constater. De mon lit, je pouvais apercevoir, dans un éclairage étrangement terne, les palmiers agités par le vent, le vert brillant de leurs palmes assombri de gris.

La présentation des éditions du Seuil :

Nager. Nager pour fuir les contraintes, pour échapper aux vies imposées, aux destins réduits. Nager pour inventer sa sensualité, préserver sa fantaisie. C’est ce qu’a sans doute ressenti Jackie toute sa vie, commencée en 1919 et menée selon une liberté secrète, obstinée, qui la faisait, dans un âge bien avancé, parcourir des kilomètres pour aller se baigner sur sa plage préférée, à Villefranche-sur-Mer. Entre-temps, elle s’était mariée, avait quitté Lyon pour Arcachon, puis, devenue jeune veuve, avait échangé le cap Ferret contre le cap Ferrat, avec sa mer plus chaude, son grand été.
Qu’a-t-elle légué à sa fille Chantal ? Quelque chose d’indomptable, ou de discrètement insoumis, et cette intuition que la nage, cette pratique qui ne laisse aucune trace, est l’occasion d’une insaisissable liberté, comme lorsque jeune fille, au début des années 30, Jackie avait, en toute désinvolture, enchaîné quelques longueurs dans le Grand Canal du château de Versailles sous l’oeil ahuri des jardiniers.


Chantal THOMAS
Souvenirs de la marée basse
Seuil, Août 2017, 224 pages.

4 réflexions au sujet de « Souvenirs de la marée basse – Chantal Thomas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>