Soumission – Michel Houellebecq

Michel Houellebecq - Soumission - Flammarion

France 2022. C’est la fin du second mandat de François Hollande, les élections présidentielles sont proches. Le narrateur désabusé écoute à droite et à gauche les avis des uns et des autres, participe peu, se tait souvent, fait des parallèles entre l’actualité, ses pensées, et celles de son auteur fétiche, Joris-Karl Huysmans.

Dans ce futur proche qui ressemble comme deux gouttes d’eau au notre, le Front National se retrouve au second tour au côté du Parti de la Fraternité musulmane, qui devient le parti dirigeant en France.

Pas facile de parler de ce roman…

Le début du livre est assez prenant, le cadre est bien posé, la France électorale semble réelle ; j’ai vraiment cru que j’allais retrouver le même plaisir de lecture que dans La carte et le Territoire (que j’avais adoré). Mais ce ne fut pas le cas.

Est-ce que le livre est provocant ? Il parle de religion certes, un sujet qui fâche, de l’islamisation de la France (une idée qui fâche encore plus) mais avec la polémique médiatique autour de ce livre, je dois dire que m’attendais à bien pire que ce que j’ai lu.

Houellebecq est bien plus direct et cru lorsqu’il parle de sexualité que lorsqu’il parle de religion, mais il mêle les deux de façon insidieuse et cela met mal à l’aise. Il exploite aussi le côté pervers et intéressé de l’homme qui dérange beaucoup.

Mais surtout, le vrai problème de ce livre, c’est qu’il devient vite ennuyeux et peu intéressant. Aucune intrigue n’est vraiment présente, aucune histoire. Les personnages ont des intitulés de fonction, de pouvoir, mais pas de profondeur.

Si j’ai aimé les passages (presque trop rares à mon goût) sur Huysmans, je n’ai cependant pas réussi à m’attacher à cet anti-héros universitaire obsédé, dépressif, solitaire, trop mou et sans aucune force de caractère. Il n’attire pas la sympathie, c’est voulu certes et ça marche. La caricature de l’homme est somme toute assez bien réussie.

Mais le désintérêt et l’ennui se sont installés à partir de la deuxième partie. Ses relations avec Myriam sont fades, puis les propos sur l’islamisation trop manichéens (hommes au pouvoir, polygamie, femmes à la maison et aux fourneaux …). Bref, que le sujet attire ou rebute, il aurait pu faire mieux, rendre son sujet plus intéressant, avec plus de points de vue développés, plus d’échanges sur le sujet.

♡ J’ai vraiment aimé la première partie de ce livre, les passages sur la littérature, les parallèles avec les pensées de Huysmans du XIXe siècle, mais outre le sujet, comme mon intérêt s’est émoussé, ce n’est pas un livre que je recommande particulièrement. Lire Houellebecq oui, celui-là, pas nécessairement.

La première phrase :

Pendant toutes les années de ma triste jeunesse, Huysmans demeura pour moi un compagnon, un ami fidèle ; jamais je n’éprouvai de doute, jamais je ne fus tenté d’abandonner, ni de m’orienter vers un autre sujet ; puis, une après-midi de juin 2007, après avoir longtemps attendu après avoir tergiversé autant et même un peu plus qu’il n’était admissible, je soutins devant le jury de l’université Paris IV – Sorbonne ma thèse de doctorat : Joris-Karl Huysman, ou la sortie du tunnel.

Présentation par les éditions Flammarion :
(lien site Flammarion)

Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s’engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l’enseignement, il s’attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu’à provoquer son effondrement. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve. Le talent de l’auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigu et glissant ; son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions poétiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste. Ce livre est une saisissante fable politique et morale.

Challenge petit bac 2015Challenge rentrée d'hiver 2015
Michel HOUELLEBECQ
Soumission
Flammarion, Janvier 2015, 304 pages

16 réflexions au sujet de « Soumission – Michel Houellebecq »

  1. J’hésite, j’hésite… D’un côté ce roman ne me tente pas, de l’autre on en entend tellement parler que j’ai envie de me faire ma propre idée.

    • Tu sais Ariane, je pense qu’on peut l’aimer ce livre, vraiment, c’est particulier, ce n’est pas son meilleur, mais il existe des tas de livres bien moins bien écrits que celui-là

  2. Ma copine le lisait juste au moment des événements et elle a trouvé ça déstabilisant. Mais elle a dû aimé car depuis, elle a en a commandé un autre de cet auteur. J’avoue qu’au fur et à mesure qu’elle me parait de cet auteur, je me disais qu’il n’était pas pour moi.

    • C’est dommage, l’oeuvre de Houellebecq est « polluée » par son personnage, enfin, c’est bien ce qu’il veut, mais je trouve qu’il a un style et une belle écriture, en tout cas, qui me convient tout à fait. Je pense que ça vaut la peine d’en essayer un, mais pas celui là.

  3. Merci poru ton billet, tu vas m’éviter de le lire ! Je dois bien reconnaître que je m’ennuie chez Houellebecq depuis longtemps mais je voulais me faire un avis sur celui-ci qui déchaîne les passions. Je passe mon tour encore une fois !

  4. Mouais, bof. Je le lirai quand même, je pense, pour me faire mon propre avis, et par curiosité car on en parle beaucoup dans les médias, avec des avis très tranchés, mais sans en attendre grand chose…

    • Je pense que le principal intérêt en effet, c’est de se faire son avis, parce qu’à lire et entendre certains avis désastreux, je me suis demandé s’il n’y avait pas confusion entre l’oeuvre littéraire et l’actualité, et si l’actualité est ce qu’elle est, Soumission reste une fiction, une création littéraire, un roman.

  5. Ce roman ne m’attire absolument pas. J’avais détesté « La carte et le territoire », que j’avais abandonné. Depuis, je n’ai pas envie de me lancer dans un de ses romans…

    • Je n’insiste pas du tout, si tu n’as pas aimé La Carte et le Territoire, cela m’étonnerait que celui là te plaise.

  6. Ça ne me disait rien, aucun de ces romans ne m’a jamais attirée (et je ne les ai donc pas lus !), je ne supporte pas ce type, donc je passe mon tour, et tant pis pour la première partie !

    • Je ne suis pas une adepte de l’homme non plus, mais je trouve que ses livres ont vraiment quelque chose, qu’il a un style et une façon d’écrire qui me convient, mais là, j’ai l’impression qu’il est « en dessous » de ce qu’il aurait pu faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>