Retour à Killybegs – Sorj Chalandon

Sorj Chalandon - Retour à Killybegs - Livre de PocheSorj Chalandon - Retour à Killybegs - GrassetCoup de coeur !

Retour à Killybegs est un roman absolument époustouflant ! On vit au rythme batailleur et rageur de l’IRA, en plein coeur de la bataille, de l’histoire, aux milieux d’hommes et de femmes, mais aussi d’enfants, qui sont prêts à tout pour leur pays.

Mais le roman n’est pas qu’un résumé de l’histoire de l’Irlande; c’est bien plus que cela. C’est une histoire d’hommes, de fraternité, de vengeance et d’honneur. Nous sommes le 24 décembre 2006, à la veille de Noël. Le narrateur, Tyrone Meehan n’est plus le jeune homme qu’il était, hargneux, vif, dur et impassible. C’est aujourd’hui un vieil homme alcoolique, qui retourne dans la maison de son père et revient sur son passé.

Il nous racontera comment il a été enrôlé, quand il a tenu sa première arme, tué son premier homme, passé sa première nuit en prison. Il détaillera les nuits d’angoisse, les risques pris pour poser une bombe, les jours de misère, et la présence de cet honneur et fierté pour l’Irlande.

Cet honneur indéfectible qui sera à l’origine des grèves des couvertures, puis des grèves de l’hygiène, avant celles de la faim au début des années 1981 entraînant la mort de Bobby Sands et de bien d’autres. Ce livre est bien plus qu’un roman, c’est un livre extrêmement bien documenté, les relations humaines sont très fortes, les descriptions sont tellement poignantes, qu’on a l’impression de lire des images, images qui rappellent celles du film Hunger de Steve McQueen (et de la prestation totalement hal-lu-ci-nante de Michael Fassbender).

Franchement, Sorj Chaladon est un grand écrivain du XXIe siècle, ces livres sont superbement bien écrits, la narration ne laisse pas un instant de répit, il dit l’essentiel en restant toujours d’une grande pudeur et d’une grande humanité, comme notamment dans La légende de nos pères et dans Le quatrième mur.

Mais Retour de Killybegs possède une force encore plus grande, qui ne vous lâche pas, qui vous poursuit le livre fermé, qui vous rattrape à la première page, et qui ne peut absolument pas laisser le lecteur indemne : on en ressort totalement sonné … et fasciné, tant par le livre, que par son auteur. Un grand auteur.

Prix Littéraires

Grand Prix du Roman de l’Académie française 2011

Les premières lignes de Retour à Killybegs :

Quand mon père me battait il criait en anglais, comme s’il ne voulait pas mêler notre langue à ça. Il frappait bouche tordue, en hurlant des mots de soldat. Quand mon père me battait il n’était plus mon père, seulement Patraig Meehan. Gueule cassée, regard glace, Meehan vent mauvais qu’on évitait en changeant de trottoir.

Sorj CHALANDON, Retour à Killybegs
Parution : Août 2011 – Grasset (Livre de Poche n°32663)

_____________________________________________________________________________________________
(Dernière mise à jour : 25/01/2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>