Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam

Maxime Chattam - Que ta volonté soit faite - Albin Michel

Carson Mills serait une petite ville américaine typique de l’après-guerre, avec son shérif, ses bars et ses 4×4, sauf que c’est là que vit Jon Petersen. A douze ans, le caïd de l’école Tyler l’humilie en lui demandant de le sucer devant ses copains et finit par lui pisser dessus hilare sous les rires cruels des jeunes de la bande. Toute la rancœur de Jon va émerger : il le défigurera un peu plus tard.

Pour les habitants de cette petite ville, Jon Petersen porte le mal en lui depuis sa naissance maudite. Renfermé, inaccessible, il est l’incarnation du mal. Il se mariera et aura un fils, Riley. Pour lui montrer la vie, Jon Petersen éclate la tête de son chiot avec une masse lorsque Riley à onze ans : c’est à cet âge qu’on apprend.

Dans cet univers noir admirablement dépeint par Maxime Chattam, des viols vont avoir lieu, une enquête va piétiner, Jon Petersen va grandir, devenir un homme, travailler, tenter de trouver sa place, mais une immense fureur bouillonne dans son corps et dans sa tête, comme dans celle du lecteur qui se trouve totalement happé dans cette ambiance glauque et délétère.

Les descriptions sont très parlantes, les personnages admirablement présents, la folie des actes transpire à chaque mouvement. On a l’impression de lire un vrai roman américain (alors que Maxime Chattam est français), de voir à travers les lignes un film noir sur grand écran. Jon Petersen qui rode seul dans les bois m’a fait penser au père fanatique avide de sacrifices de Donald Ray Pollock dans Le diable tout le temps. Une histoire peut-être plus facile, mais un roman qui ravira les adeptes de la noirceur, plus que les adeptes du thriller. Car l’intérêt ici n’est pas tant dans l’enquête, que dans le personnage totalement flippant de Jon Petersen.

♡ ♡ ♡ Ce livre a tout ce que j’adore dans le genre. Je me suis totalement laissée prendre par cette ambiance malsaine toute en tension, par la violence à fleur de peau de Jon Petersen qui ne demande qu’à exploser, par cette histoire qui s’étend sur plusieurs dizaines d’année. J’étais tendue, à sursauter au moindre bruit, à craindre cette folie humaine, et j’ai terminé ce livre sur une fin originale dont le côté littéraire m’a totalement ravie. J’en frissonne encore de plaisir et de terreur.

Coup de coeur pour Cajou.

La première ligne :

C’était un de ces matins lents, lorsque l’aube grise et humide s’étire sans fin, rampe avec difficulté vers les nuages bas, comme si elle rechignait à éclairer une journée de plus sur la terre des hommes.

La présentation par les éditions Albin Michel :
(ou lien site Albin Michel)

Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis… S’il n’y avait Jon Petersen. Il est ce que l’humanité a fait de pire, même le Diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin. Et là…sans doute réveillera-t-il l’envie de tuer qui sommeille en vous.

Maxime Chattam nous manipule tout au long de ce récit troublant dont le dénouement, aussi inattendu que spectaculaire, constitue l’essence même du roman noir : la vérité et le crime.

Challenge rentrée d'hiver 2015
Maxime CHATTAM
Que ta volonté soit faite
Janvier 2015, Albin Michel, 362 pages

4 réflexions sur « Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam »

  1. Oui, la fin est extra ! et tout ce qui précède aussi !
    Rien à voir avec le seul Chattam que j’avais lu avant celui-ci, « La théorie Gaïa ». Ce genre de virage en épingle à cheveux me surprend tjs chez un auteur…

    • Donc je mets la (Théorie de Gaïa) entre parenthèse, parce que j’ai bien l’intention d’en découvrir d’autre de Chattam. Le seul autre que j’avais lieu est un très ancien, assez culte, dont le titre m’échappe d’ailleurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *