Le quatrième mur – Sorj Chalandon

Sorj Chalandon - le quatrième mur - Poche Coup de coeur !

Le quatrième mur est une merveille de la rentrée littéraire 2013. Bouleversant et subtile, envoûtant et déroutant. A lire, A lire, A lire sans hésiter !

Le quatrième mur commence par la rencontre entre Georges – jeune adulte militant en colère, qui veut se battre avec des barres de fer, en découdre quitte à faire mal et blesser – avec Sam, nouvel arrivant mystérieux, réfugié grec et juif, beaucoup plus sage et réfléchi, beaucoup plus posé.

Leur différence première va les rapprocher, l’amitié entre Sam et Georges va se construire et sera par la suite indéfectible. Ils ont un intérêt commun fort : la passion du théâtre. Sam sera d’ailleurs metteur en scène, et vivra par et pour le théâtre.

Rattrapé par la maladie, il demande à Georges de poursuivre et réaliser son dernier projet : monter la pièce Antigone de Jean Anouilh au Liban, dans un ancien cinéma, qui est non seulement à moitié détruit, mais surtout, se trouve à la croisée des différences forces en présence, à la croisée des tirs de balle, à la croisée donc de la mort, mais aussi d’une hypothétique parenthèse de paix. Tout un symbole bien sûr. Car le Liban est un pays dévasté par les conflits, un pays en Guerre, où la paix semble impossible.

L’idée est belle et folle, et Georges promettra à son ami de réaliser son rêve, d’aller à Beyrouth, de rassembler tous les ennemis pendant une brève période de trêve théâtrale, et pour une seule représentation, faire cesser les tirs, offrir une parenthèse et réunir palestiniens derrière Antigone, chrétiens derrière Créon, ainsi que druzes, chaldéens, arméniens derrière les personnages secondaires.

Le lecteur, comme Georges, va tomber de son nuage, et c’est l’un des points fort de ce roman. Il va découvrir un monde inconnu, éprouver des émotions qui le surprenne et qui vont le transformer, car en parallèle de la bataille qu’il mène pour monter Antigone, rencontrer chacun et risquer sa vie à chaque démarche, ce n’est pas qu’une pièce de théâtre qui se monte, c’est une bataille personnelle et intérieure qui se joue aussi, toutes ces certitudes vont être dévastées, comme les champs de ruine qu’il piétine, comme les corps mutilés de Chatila qu’il découvre. Nous sommes au Liban, en 1982, et là, c’est une « bataille », ni personnelle, ni utopique, c’est une guerre entre des hommes.

Avec Le quatrième mur – qui correspond à cette ligne de démarcation invisible au théâtre du bord de scène, entre les acteurs et le public – Sorj Chalandon nous offre une nouvelle fois un roman d’une puissance narrative et émotive renversante, dans la lignée d’Une promesse, de La légende de nos pères, de Mon traître et de Retour à Killybegs. Ce livre est d’une beauté violente rare et d’une force qui bouleverse. Absolument sublime. Une nouvelle fois : lisez-le !

Prix Littéraires
Première et deuxième sélection du Prix Goncourt 2013
Prix Goncourt des Lycéens 2013

Les premières lignes du roman Le quatrième mur :

« Je suis tombé. Je me suis relevé. Je suis entré dans le garage, titubant entre les gravats. Les flammes, la fumée, la poussière, je recrachais le plâtre qui me brûlait la gorge. J’ai fermé les yeux, les mains sur les oreilles. J’ai heurté un muret, glissé sur des câbles. La moitié du plafond avait été arraché par l’explosion. »

Sorj Chalandon - le quatrième mur - GrassetLa présentation par Grasset (4e de couverture) du roman Le quatrième mur :

« L’idée de Sam était belle et folle : monter l’Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin sacagé.

Samuel était grec. Juif aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m’a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l’a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allée à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m’offre brutalement la sienne … »

Sorj CHALANDON, Le quatrième mur
Parution : Août 2013 – Grasset / Août 2014 chez Livre de Poche

____________________________________________________________________________
(Mise à jour : 29/08/2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>