Les anonymes – R.J. Ellory

ellory les anonymes

Un autre Ellory passionnant ! Ellory écrit des thrillers avec un style qui lui est très personnel et particulier. Il réussit un mélange de suspens et de construction subtile, avec une enquête policière précise sur fond de réalité historico-politique. Ici, il s’agira d’une période très récente des Etats-Unis, mêlant CIA, drogue, tueur en série, intérêts personnels, rubans et odeur de la lavande… Ce roman n’est pas qu’un thriller, il est en plus réellement passionnant, sans oublier qu’Ellory excelle dans la manipulation de ses personnages et du lecteur.

Ici, la construction en parallèle accentue l’attente et le suspens, et permet de reconstituer petit à petit le puzzle qui n’était qu’un amas informe au début du roman. Le lecteur accompagne pas à pas l’enquêteur Miller, pour reconstituer une image finale inimaginable au début de l’enquête.

Ce troisième livre traduit en France est écrit avec la même puissance de persuasion et d’intrigue que Seul le Silence et Vendetta. Ellory a également conservé le parti pris identique d’un roman épais, qui ne reste pas à la surface et ne survole pas son sujet, mais qui attaque doucement et insidieusement en profondeur.

Anonyme, Ellory lui ne l’est plus, et il le mérite à plus d’un titre.

Si vous hésitez, les premières lignes :

« Elle est debout dans la cuisine. Elle retient un instant son souffle. 17 heures passées de quelques minutes. Il fait déjà nuit dehors, et, bien qu’elle se rappelle être restée à cet endroit précis des milliers de fois – devant elle l’éviter, à sa droite le plan de travail, à sa gauche la porte du couloir -, quelque chose a changé. »

Si vous hésitez encore, la présentation éditeur :

Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu’un serial killer est à l’œuvre. Enquête presque classique pour l’inspecteur Miller. Jusqu’au moment où il découvre qu’une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente, et va conduire Miller jusqu’aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain.

Une fois encore, R. J. Ellory pousse à nouveau le thriller dans ses retranchements et lui donne une nouvelle dimension, loin de tous les stéréotypes du genre. Entre Robert Littell et James Ellroy, sur un arrière-plan historique qu’il serait criminel de divulguer ici, il mène une intrigue magistrale, jusqu’au cœur du système politique américain. Alliant un sens de la polémique à une tension digne des polars les plus captivants, l’auteur, servi par une écriture remarquable, invente le thriller du siècle nouveau.

R.J. ELLORY, Les Anonymes
Traduit de l’anglais par Clément BAUDE
Parution : Octobre 2010 – Sonatine