Le palais de glace – Tarjei Vesaas

Tarjei Vesaas - le palais de glace - Cambourakis

Un roman enchanteur en forme de conte norvégien, dans le froid et la neige du grand Nord. Deux fillettes de onze ans, Siss et Unn, vont se rencontrer, devenir amies et se faire une promesse « à la vie à la mort » que rien ne semblera pouvoir briser.

Siss est la meneuse à l’école, tout le monde l’écoute et la suit. Lorsqu’une nouvelle arrive, Unn, elle s’approche d’elle et lui propose d’intégrer le groupe des enfants, mais Unn, distante et mystérieuse refuse. Siss est intriguée par Unn, et Unn est intriguée par Siss. Elles se regardent, hésitent, jusqu’au jour où, enfin, Unn invite Siss chez elle.

Le secret qu’elles vont partager, personne n’en saura rien. Siss ne dira rien, jamais. Même lorsque personne ne retrouvera Unn, même après une nuit glacée de recherches, suivie de plusieurs autres. Et Siss va se renfermer sur elle-même, s’éloigner de son groupe d’amis, devenir difficilement accessible même pour sa famille.

Ce roman dégage une aura doucereuse et inquiétante, comme celle des mystères et des secrets. Sans qu’il s’agisse vraiment d’un roman policier, le suspens est pourtant présent jusqu’à la dernière ligne autour d’un édifice quasiment légendaire, celui d’un Palais de Glace. On ne cesse de se demander ce qu’est l’indicible pour Siss, qui lui parait si important.

J’ai vraiment aimé ces multitudes de mondes parallèles qui se croisent et se côtoient, celui des parents et des enfants, celui du jour et de la nuit, des discussions et des secrets, de la glace de l’hiver avec celui de la douceur du printemps. L’histoire est envoûtante et énigmatique, tout en restant très simple, comme si elle était d’une grande pureté.

Les premières lignes :

Un front jeune et blanc s’enfonçant dans le noir. Une fillette de onze ans. Siss.
On était encore en plein après-midi, en fait. Pourtant, tout était plongé dans la nuit en cette fin d’automne figée par le gel. Des étoiles mais pas de lune, pas de neige susceptible de produire des reflets nacrés – l’obscurité n’en était que plus dense, en dépit des étoiles.

La présentation des éditions Cambourakis :
(lien direct site Cambourakis)

Dans un paysage de légende façonné par le froid et la glace, au coeur de l’interminable automne norvégien, deux fillettes se découvrent et se reconnaissent. Siss et Unn, Unn et Siss. De caractère en apparence opposé, elles s’attirent et se troublent, jusqu’au soir où, les yeux plongés dans un même miroir, elles scellent un pacte, un lien aussi indéfectible qu’inexplicable, ténu comme un cristal de givre et puissant comme le palais de glace figé au pied de la cascade – ce palais qui, à la mystérieuse disparition d’Unn, deviendra tour à tour mausolée de lumière et temple du souvenir.

Le Palais de glace, classique incontournable de la littérature norvégienne, approche avec une acuité rare l’intensité troublante des secrets et le sérieux insondable des émotions enfantines.

Challenge RL 2014Tarjei VESAAS
Le palais de glace
Traduit du néo-norvégien par Jean-Baptiste Coursaud
Cambourakis, septembre 2014, 196 pages

(1ère parution en France : Flammarion, 1975)
VO : 1963, Is-slottet

6 réflexions au sujet de « Le palais de glace – Tarjei Vesaas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>