Un océan d’amour – Lupano et Panaccione

Lupano & Panaccione - Un océan d'amour - DelcourtCoup de coeur !

Un roman graphique sans un mot, pas un seul, pas une phrase, rien. Du roman graphique muet, on hésite … Il ne faut pas, c’est génial !

Ca commence comme un jour habituel. Un tout petit pépé se lève et met ses énormes lunettes rondes. Dans la cuisine, sa femme rondelette au sourire doux et chaleureux, portant tablier et coiffe bigoudine lui prépare une crêpe bacon/oeuf. En deux pages, c’est évident, ces deux là s’adorent et les habitudes du quotidien n’ont fait que renforcer leur amour.

Il fait encore nuit lorsque notre adorable petit pépé part travailler avec son déjeuner amoureusement préparé, et dit au revoir à sa chère et tendre avec le petit baiser matinal quotidien. Nous sommes en Bretagne, il part pêcher sur le Maria, son petit bateau brinquebalant. Mais un gros bateau de pêche va se mettre sur son chemin, et il ne rentrera pas au port. Elle, qui l’attend, ne croit pas les bigoudènes pleureuses ; elle est persuadée qu’il est encore en vie. Chacun va alors vivre de multiples aventures absolument réjouissantes.

J’ai adoré les grands yeux soucoupes de notre pêcheur tout frêle, sa fragilité, sa simplicité, et toutes les expressions par lesquelles il passe, de la peur à la joie, de la colère à l’euphorie. D’ailleurs, Madame est aussi touchante que lui avec ses bonnes joues toutes rondes, son courage et sa bienveillance.

Comme il n’y a aucun texte, toute la finesse du scénario est relayée par celle des traits, qui expriment de manière très explicite une palette d’expressions fabuleuses. C’est drôle et touchant, mais c’est aussi plein d’actions, de rebondissements, de rencontres improbables et de retournements de situations. Et puis, vous imaginez bien qu’une histoire qui commence en Bretagne avec une crêpe, va faire intervenir les éléments déchaînés de la mer, des marins et des pirates.

Bref, je n’en dis pas plus, c’est tellement chouette et le titre « Un Océan d’amour » est tellement bien trouvé, qu’à part pour les rares allergiques à la mer et à l’amour, il faut vite découvrir ce fantastique roman graphique !

Merci aux blogueurs, car à force de croiser des avis dithyrambiques, j’ai craqué, et j’ai rudement bien fait ! Les avis de Canel, Eimelle, Fanny, Jostein, Hélène, Noukette, Saxaoul

Prix Littéraires
Lauréat Prix FNAC BD 2015

La 4e de couverture des éditions Delcourt :
(ou lien direct Site Delcourt)

Ce livre ne contient que des idées pêchées au grand large par Wilfrid Lupano, selon des techniques artisanales respectueuses de l’environnement culturel, et mises en boîte à la sardinerie graphique Panaccione, Milan, Italie (Union européenne).

Ingrédients : océan (eau, sel, détritus), amour (eau de rose, baisers, mariage), sardines, mouettes, crêpes, homard, Bigoudènes endeuillées, sauce (aventure, suspense, second degré, drame sentimental, rebondissements absurdes, gags désopilants), Che Guevara (0,5 %), arôme artificiel de Vierge Marie.

Garanti sans dauphins, sans textes ni onomatopées.
Peut contenir des traces de pictogrammes.

À consommer de préférence avant que l’océan ne fasse plus rêver.

Challenge RL 2014Wilfrid LUPANO & Grégory PANACCIONE
Un océan d’amour
Delcourt, Octobre 2014, 224 pages

18 réflexions au sujet de « Un océan d’amour – Lupano et Panaccione »

    • Comment j’ai fait mon compte ? J’ai cherché ta chronique (j’étais certaine que tu l’avais déjà lu …) et je ne l’ai pas trouvé ! Contente de lire que tu l’as en effet trouvé somptueux :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>