Mystère rue des Saints-Pères – Claude Izner

Claude Izner - Mystère rue des Saints-Pères - 10-18

Mystère rue des Saints-Pères est le premier tome des enquêtes de Victor Legris, et celle ci se déroule dans le Paris de la fin du XIXe siècle. Nous sommes en mai 1889, l’exposition universelle bat son plein, la Tour de M. Eiffel enchante les foules, et dans cette liesse ambiante, une femme s’écroule étrangement à la suite d’une piqûre d’abeille.

Ce premier volume met en place des personnages intrigants. Victor Legris est libraire, il tient une librairie avec son associé Kenji, qui l’a recueilli et élevé quand il était enfant, et son commis Joseph (à l’enthousiasme communicatif), qui adore la nouvelle mode du roman policier.

Son ami Marius Bonnet, a décidé de lancer un nouveau journal, le Passe-Partout, et demande à Victor Legris de tenir une rubrique littéraire. Intrigué par la dessinatrice Tasha plus que par le projet, il accepte. Mais l’étrange décès de la Tour Eiffel, suivi d’autres morts toutes aussi suspectes va emmener Victor Legris sur des pistes semblant mettre en cause des personnes proches de son entourage.

Ce qui est sympathique dans ce bouquin, ce sont surtout les promenades à travers les rues de Paris, les petites descriptions des habitudes de l’époque, et le fait de croiser des références à Edison, Gauguin, Van Gogh et pleins d’autres, même s’ils ne sont pas des personnages de l’histoire.

Le style n’est pas très recherché certes, mais la lecture est malgré tout plaisante et sans prétention. L’enquête en elle-même n’est pas exceptionnelle, certains passages sont répétitifs, outre que les relations entre les personnages sont parfois très naïves et peu crédibles. Il ne faut pas s’attendre à de la profondeur psychologique. Eh bien justement, tous ces éléments font qu’il se dégage de ce livre une bonne humeur communicative, une ambiance bon enfant relaxante. Cette naïveté donne de la légèreté et de l’humour à ce petit polar historique, qui se lit comme un passe-temps somme toute agréable.

Ce n’est pas le livre du siècle, mais malgré tout, je ne me suis pas ennuyée, et malgré mes réserves, j’ai quand même bien envie de me laisser tenter par le deuxième !

Lecture commune organisée par Bianca, avec Fanny, Céline, Le livre d’après.

Les premières lignes :

Des nuées d’orage couraient au-dessus de la steppe coincée entre les fortifications et la gare de marchandises des Batignolles. La vaste étendue d’herbe galeuse dégageait des relents d’égout. Groupés autour de tombereaux d’ordures ménagères, des chiffonniers nivelaient à coups de crochet une marée de détritus, soulevant des tourbillons de poussière.

La présentation des éditions 10/18 :
(ou lien direct site 10/18)

Paris, juin 1889 : le monde entier se presse à l’Exposition Universelle ou la Tour Eiffel, qui vient d’être achevée, accueille plus de mille visiteurs par jour. Les Français s’aperçoivent qu’ils ont un Empire colonial en découvrant les pavillons exotiques et les villages indigènes groupés au pied d’un des temples d’Angkor reconstitué. C’est dans cette ambiance de kermesse que survient une série de morts inexpliquées. Les victimes ne présentent aucune blessure apparente et, hormis le fait d’avoir été présentes à l’Exposition, rien ne les relie entre elles. Victor Legris, propriétaire d’une librairie rue des Saints-Pères, n’aurait nulle raison de se mêler de ces affaires s’il n’était intrigué par le comportement de son père adoptif et associé, Kenji Mori. Il décide d’enquêter, au risque de voir basculer toutes ses certitudes…

Challenge XIXeClaude IZNER
Mystère rue des Saints-Pères
10/18, Mars 2003, 288 pages

26 réflexions au sujet de « Mystère rue des Saints-Pères – Claude Izner »

  1. Je ne savais pas qu’on le lisait avec toi. J’ajoute ton lien à mon billet. Ce premier tome est sympa mais je pense qu’on en attend un peu plus. Affaire à suivre au second tome!

  2. Je crois que je suis forcément influencée par les lieux décrits dans ce roman, ce qui biaise un peu mon avis ;) (je travaille rue des sts pères notamment), mais j’ai bien aimé, trouvant comme toi que si ce n’est pas exceptionnel, c’est tout de même frais et divertissant.

    • Ah oui, forcément, ça doit jouer. Reconnaître les quartiers décrits – même sans les connaître très bien – c’est vraiment une des raisons pour lesquelles j’ai aimé ce livre, alors je te comprends carrément !

  3. Tes bémols sont également les miens mais comme toi j’ai trouvé cette ballade dans Paris bien plaisante et je trouve les personnages bien sympathiques, je continue aussi !

  4. J’en ai lu un d’elles avant cette série qui se passait de nos jours, j’avais bien aimé, disons que je l’avais trouvé plaisant mais je ne me suis pas lancée dans la série.

  5. J’en avais lu un d’elle(s) et j’avais été plutôt déçue. Je confirme que ça reste plaisant à lire , que j’avais apprécié les descriptions du quartier d’autant qu’il s’agissait du mien (il y a deux quartiers décrits dans celui que j’ai lu) mais trop de personnages et puis l’intrigue en elle-même ne m’avait pas convaincue (un peu alambiquée).

  6. Les polars historiques, j’ai déjà tenté plusieurs fois mais rien à faire, je n’accroche pas et celui-là ne ferait pas exception à la règle je pense.

  7. Je suis entièrement d’accord avec toi, je me retrouve dans tes bémols mais j’avais également pris beaucoup de plaisir à lire cette première aventure de Victor Legris. C’est une légère et agréable balade dans Paris !

  8. J’en ai lu plusieurs…ça ne casse pas 3 pattes à un canard pour l’intrigue, mais l’atmosphère est très plaisante, j’aime bien cette époque de la fin du XIXe siècle

    • En lisant ton commentaire, je rigole, et me dis que ça ne doit pas être gagné d’apprendre à parler français.  » Casser 3 pattes et un canard », elle est quand même exceptionnelle celle là :-)

    • C’est sur que ce n’est pas un livre profond ;-) Je vais peut-être tentée la suite quand même, car j’ai passé un moment détente sympa, et je me dis que le 1er, reste un 1er essai, qui ne peut être qu’amélioré ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>