Mensonges – Valérie Zenatti

Valérie Zenatti - Mensonges - L'Olivier

Mensonges est un texte autobiographique très fort, très personnel et très intime, qui permet de découvrir Valérie Zenatti, de ses premiers chants d’hébreu à 8 ans, à Nice, à sa rencontre avec Aharon Appenfeld lorsqu’elle en a 34, à Jérusalem. Un voyage personnel et littéraire passionnant.

Ce petit livre fait penser à un don sincère d’un auteur à son lecteur, dans lequel Valérie Zenatti se dévoile pudiquement et doucement, de son enfance à sa vie de jeune fille, jusqu’à celle de femme et de mère.

Tout le livre est émaillé des événements forts qui l’ont marqués, son enfance à Nice en 1979 et ses premiers mots d’hébreu à travers le chant, ses premiers questionnements sur l’holocauste, ses premières lectures, Un sac de billes, Le journal d’Anne Franck, et surtout l’un de ses premiers souvenirs-apprentissage « Ainsi, être juif est encore terriblement dangereux, voire mortel ».

Nous prendrons un immense plaisir à la retrouver en 1985 à Beer-Sheva, en Israel, à voyager dans son journal, en côtoyant ses souvenirs parcellaires, ses pensées personnelles, ses questions identitaires. C’est aussi le moment où l’hébreu prend plus de place, aussi comme la culpabilité, vivre et se sentir coupable, en France comme en Israel, d’appartenir à une minorité.

Ce ne sera que plus tard, en janvier 1994, avec la visite d’Auschwitz, pour réaliser un reportage, qu’elle comprendra que se taire est aussi une sorte de langage. Et puis, en préparant l’agrégation d’Hébreu en 2002, son premier contact avec un livre d’Aharon Appelfeld, Le Temps des prodiges, sera la révélation : « je suis sous le choc de la découverte. On appelle cela une rencontre ». On le sait, elle sera sa traductrice.

Lire Valérie Zenatti est également une très belle rencontre, qui vaut vraiment le détour.

Ce magnifique petit livre, qui se termine sur un « conte » d’une grande force également, comme le reste de ce roman, confirme que Valérie Zenatti est très à l’aise dans le personnel et l’intime, comme elle l’avait démontré avec le sublime Jacob, Jacob, maniant la langue et les mots avec une grande subtilité et beaucoup de justesse.

Une grande découverte de l’année 2014.

Premières lignes de Mensonges :

J’ai vu le jour à Czernowitz, en 1932, dans une famille de la bourgeoisie juive assimilée. Mes parents étaient des humanistes européens qui souhaitaient considérer l’homme tel qu’en lui-même, détaché de ses origines et de son appartenance religieuse.

La présentation des Editions de l’Olivier (lien site) :

 » À cet instant, je suis une femme à la voix mal assurée, qui malaxe et frotte ses mains l’une contre l’autre sous la table et ne sait que dire parce que c’est la première fois qu’elle se trouve face à l’homme qui l’impressionne le plus au monde. »
Romancière, traductrice d’Aharon Appelfeld, Valérie Zenatti entretient avec ce dernier une relation faite d’admiration, de complicité et d’affection filiale. S’autorisant de ces sentiments pour mieux les dépasser, elle transforme l’écrivain en un personnage de fiction qu’elle plie à sa fantaisie.
Dans une étourdissante partie de cache-cache avec la vérité, chacun est appelé à échanger son rôle avec l’autre. Fausse confession, souvenir d’enfance, conte, tout est bon pour dérouter le lecteur et le conduire au cœur de l’illusion littéraire, au pays des mensonges.

Valérie ZENATTI, Mensonges
Parution : Avril 2011, L’Olivier, 80 pages
___________________________________
(Dernière mise à jour : 01/12/2014)

14 réflexions au sujet de « Mensonges – Valérie Zenatti »

  1. Est ce que c’est celui-là où elle raconte qu’elle se fait passer pour une ashkénaze pour se sentir plus française? Je le cherche de partout mais j’ai oublié le titre. Bon bien sûr je note celui-là, depuis Jacob Jacob, j’ai très envie de continuer à explorer son oeuvre .

    • Je l’ai lu également, donc ça doit être dans Mensonges, oui, bon, mais avec une réserve, je ne suis pas sûre à 100%, je confonds peut-être avec l’un des articles que j’ai lu sur elle …

    • Sa vie, son écriture, sa force d’écriture, quand elle s’exprime … bref, elle est fascinante et passionnante, je suis entièrement d’accord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>