L’homme de la montagne – Joyce Maynard

Joyce Maynard - L'homme de la montagne - Philippe Rey

- Rentrée littéraire 2014 -

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’un thriller haletant sur la traque de l’homme de la montagne, un tueur en série de jeunes filles seules. Ce n’est pas le sujet principal, ce n’est pas grave du tout, mais il vaut mieux le savoir pour ne pas être déçu dans ses éventuelles attentes (liées à la 4e de couverture).

Bien sûr, ce n’est pas faux non plus. Il existe bien un tueur en série dans la montagne, mais il ne faut surtout pas s’attendre à un policier ou à un thriller rythmé et rapide du style estampillé « catégorie polar ».

L’histoire est plus centrée autour de la vie de deux jeunes pré-adolescentes, deux soeurs inséparables, Patty et Rachel, qui vivent seules avec leur mère.

La relation forte entre ces deux soeurs est bien rendue, leur lien puissant qui semble indestructible, leur code de langage, leurs promenades dans la nature, la découverte par Rachel des garçons, la crainte de ne pas avoir ses règles, ses questions sur sa féminité, ses interrogations d’enfant plus que de jeunes filles.

L’amour du père absent pour ses deux filles, qui se trouve être l’inspecteur en charge de l’enquête liée aux meurtres des jeunes filles, qui s’inquiète pour elles est aussi très bien rendu, de façon discrète et juste. Même s’il ne vit plus là, il tente d’être un homme comme il faut, de construire une autre vie, de faire son travail, de tout gérer, il essaye, tant bien que mal, et ses filles aimantes ne l’aideront pas, malgré elles.

Joyce Maynard développe en revanche un peu maladroitement le thème de l’imagination enfantine, entre fantasme, croyance, invention ou réelles visions ? Est-ce que Rachel a des dons extrasensoriels ou surnaturels ou « juste un fort pouvoir d’observation combiné à une imagination au-dessus de la moyenne ».

Les développements sur ces « visions » de Rachel ne sont pas les plus convaincants, c’est vrai, et le livre est assez lent dans son déroulé, mais qu’importe, la magie maynardienne opère quand même, et malgré certaines incohérences, ce livre bien écrit, au rythme doux et gentil, reste un grand plaisir de lecture.

Un grand merci à Valérie qui m’a offert ce livre, mais elle est beaucoup moins enthousiaste.
=> Et aussi, l’avis de Kathel, Sandy et de Sylire.

Les premières lignes :

Il y a un peu plus de trente ans, un jour de juin au coucher du soleil – sur un versant de montagne dans le Marin County, Californie – un homme s’est approché de moi, tenant dans ses mains un bout de corde à piano, avec l’intention de mettre fin à mes jours.

La présentation par les éditions Philippe Rey (4e de couverture) :

Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa soeur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs deux mois de vacances à vagabonder comme d’habitude dans la montagne. Livrées à elles-mêmes, sous l’oeil aimant mais distant d’une mère neurasthénique depuis son divorce, assurées de la tendre indulgence d’un père, le flamboyant inspecteur de police Torricelli, amoureux de toutes les femmes – ses filles y compris – les deux gamines inséparables rêvent aussi, tout en écumant la campagne, de l’inattendu qui pimenterait leur existence.

Et l’inattendu arrive. Horrible, cauchemardesque, une succession de meurtres dont les victimes sont des jeunes femmes, tuées dans la montagne … Des drames aux rebondissements ahurissants, qui vaudront au séduisant inspecteur, chargé de l’enquête, et à ses gamines à l’imagination fervente, un humiliant échec.

Cet échec, Rachel, devenue trente ans plus tard une romancière célèbre, le raconte, ainsi que l’été qui a bouleversé leurs vies. Elle s’est donnée pour mission de retrouver le tueur, et la parution de son récit précipitera le dénouement de ce captivant roman. Superbement écrit, riche en passions de multiples sortes, L’homme de la montagne est un hymne magnifique à l’adolescence, à ses outrances et à ses rêves …

Challenge RL 2014Le Mois americain
Joyce MAYNARD
L’homme de la montagne
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par François Adelstain
Parution : Août 2014, Philippe Rey, 320 p.
Original : 2013, After her

___________________________________
(Dernière mise à jour : 11/09/2014)

24 réflexions au sujet de « L’homme de la montagne – Joyce Maynard »

    • Elle a vraiment une jolie plume en effet, et j’ai bien l’intention de retrouver celle qui est autobiographique, que je ne connais pas (encore)

  1. Je suis contente de voir qu’il t’a plu. C’est vrai que moi, j’ai été déçue, mais je lirai Long week-end car je ne désespère pas de retrouver le même plaisir que dans Les filles de l’ouragan ( et aussi un autre roman de l’auteure qui n’a pas été traduit).

    • Oui, merci encore ! Je suis curieuse de ton avis sur Long week-end, qui est le meilleur selon moi (mais peut-être parce que c’était pour moi le premier)

  2. Hum, un roman que je ne « sentais » pas trop pour moi. Depuis, ces « visions » m’ont convaincue que j’avais eu du flair. ce n’est pas comme si on n’avait rien à lire! ^_^
    (et je suis ravie de t’avoir rencontrée!)

    • Ravie aussi Keisha ! Et c’est vrai que je trouve que cette rentrée contient beaucoup de livres intéressants et très divers, on ne sait plus où donner de la tête :-)

  3. Tu n’es pas totalement séduite j’ai l’impression, même si « la magie maynardienne a opéré ». Jamais lu cette auteure en ce qui me concerne, ce n’est peut-être pas le titre idéal pour commencer.

    • Tu me cernes bien Jerome :-) J’ai vraiment passé un bon moment, mais c’est vrai que ce livre contient des maladresses, et je pense que ce n’est pas le meilleur de J. Maynard

      • j’ai déjà noté « Les filles de l’ouragan » chez Sylire ;-) mais le plus étonnant c’est que je n’avais jamais entendu parler de l’auteur avant peu de temps sur les blogs! et maintenant j’ai très envie de la découvrir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>