Les infortunes de la vertu – Sade

DAF de Sade - Les infortunes de la vertu - Folio

Attention, Les infortunes de la vertu n’est pas un livre pornographique ou obscène, c’est un joli conte dit philosophique (à connotations érotiques quand même), subtilement et agréablement écrit, pendant une des nombreuses périodes où Sade était en prison (et fantasmait un peu, oui, bien sûr).

Le deux soeurs Juliette et Justine se retrouvent seules très jeunes (leur père s’enfuit à la suite d’une banqueroute et leur mère meurt de chagrin). Elles n’ont pas d’autres choix que de s’en sortir seules, mais ne choisiront pas le même chemin. Juliette choisit la voie de l’inconduite, de la fourberie et de la séduction : elle réussit dans la vie et deviendra Madame la Comtesse de Lorsange.

Mais Sade parle très peu de Juliette, ce n’est pas le personnage qui l’intéresse ici, c’est celui de Justine, qui est persuadée d’avoir raison en choisissant la voie de la vertu. C’est bien sûr à elle qu’il arrivera mille et une aventures les plus amorales les unes que les autres.

Si on ne rencontre pas à chaque page des scènes érotiques ou sadiques, ce roman a quand même été écrit à travers les yeux libertins et dénués de tout scrupule de Sade, et on ressent de manière assez flagrante son fantasme de faire vivre à une jeune fille vierge, prude, jolie et vertueuse, des vilénies qui vont de plus en plus croissantes.

Le ton toujours naïf employé par Justine pour raconter ses déboires (car c’est à travers ses yeux et avec ses mots que son histoire est racontée) renforce le côté exagéré qui semble hors réalité de ce roman d’apprentissage (un peu à la manière du Candide de Voltaire) et qui fait que ce roman tend plus vers le conte ironique que vers le témoignage impudique.

Sade écrit très bien et c’est un vrai régal de suivre les péripéties de la pauvre Justine, de la voir s’enferrer dans les chemins les plus mauvais les uns que les autres, pour finalement rencontrer (presque) tous les vices qu’elle voulait au départ éviter, que Sade réussit à décrire avec subtilité et un pouvoir de suggestion étonnant, avec des non-dits qui restent très parlant. Un classique à lire sans hésiter.

Le petit plus de l’anecdote littéraire :

Les infortunes de la vertu pourrait appartenir à une série, une trilogie des Justine. Il a été écrit en juillet 1787 (en 16 jours) mais n’a pas été publié à l’époque. C’est un roman avec une petite histoire littéraire à lui-seul. Sade a en réalité écrit deux autres versions de ce livre, Justine ou les malheurs de la vertu (la 2e version) et La nouvelle Justine (la 3e version), qui ont elles été publiées respectivement en 1791 et 1799. Ces deux dernières versions publiées sont beaucoup moins érotiquement et moralement correctes que la première (surtout la dernière, carrément obscène, voire pornographique).

Totalement oublié, Les infortunes de la vertu de Sade a été redécouvert par Apollinaire en 1909 et a été publié par Maurice Heine en 1930.

Les premières lignes du roman Les infortunes de la vertu :

Le triomphe de la philosophie serait de jeter du jour sur l’obscurité des voies dont la providence se sert pour parvenir aux fins qu’elle se propose sur l’homme, et de tracer d’après cela quelque plan de conduite qui pût faire connaître à ce malheureux individu bipède, perpétuellement balloté par les caprices de cet être qui dit-on le dirige aussi despotiquement, de trouver, dis-je, quelques règles, qui pussent lui faire entendre la manière dont il faut qu’il interprète les décrets de cette providence sur lui, la route qu’il faut qu’il tienne pour prévenir les caprices bizarres de cette fatalité à laquelle on donne vingt noms différents sans être encore parvenu à la définir.

D.A.F. de Sade, Les infortunes de la vertu
Edition présentée :
Préface de Jean Paulhan
Folio Classique n°963

Le mélange des genres

6 réflexions au sujet de « Les infortunes de la vertu – Sade »

    • En fait, cela peut paraître étrange « onirique », mais j’imagine très bien Sade dans sa prison en train de rêver aux délices qu’il fait subir à sa Justine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>