Les Filles de l’ouragan – Joyce Maynard

Joyce Maynard - Les filles de l'ouragan - 10:18

Quel plaisir de lecture ! Vraiment, Les Filles de l’ouragan est un roman difficile à lâcher avant la fin.

Les Filles de l’ouragan, ce sont Ruth Plank et Dana Dickerson, qui sont nées le même jour du 4 juillet 1950. Pour la mère de Ruth, elles sont « soeurs d’anniversaire », ce qui justifie qu’elle rende une visite annuelle à la famille Dickerson.

En réalité, les deux familles n’ont rien en commun. Les Plank sont des agriculteurs depuis plusieurs générations, vivant dans la religion catholique et très chichement, alors que les Dickinson sont plus cultivés, avec une mentalité d’artiste et un peu hors la réalité quotidienne.

Avec une subtile construction en miroir, Ruth et Dana racontent respectivement leurs vies qui couvrent la seconde moitié du XXe siècle – vies qui sont aussi différentes que le sont les deux familles – avec les étapes de la jeunesse, de l’adolescence, du couple, de la sexualité, du travail, des enfants, etc.

Pourquoi ce roman du quotidien est aussi envoûtant et fonctionne si bien ?

Parce que Ruth et Dana ont toutes les deux des particularités qui les rendent différentes, qu’elles s’interrogent sur elle-même, sur leur vie, parce qu’elles ont l’ambition d’exister.

Parce que l’on sent poindre très vite des failles et mystères familiaux, et qu’on a très envie de savoir de quoi il s’agit exactement (même si on a assez vite une petite idée quand même …)

Joyce Maynard - Les filles de l'ouragan - Philippe ReySans aucun doute parce que Joyce Maynard a une plume sensationnelle, qui derrière une apparente simplicité, comporte une profondeur inattendue, une fluidité dans laquelle on se glisse avec délectation.

Parce que les personnages sont très bien dépeints, parce qu’ils ont une consistance, parce que c’est tellement bien fait, que dernière cette fiction, on a le sentiment de découvrir une histoire réelle et vécue.

Parce que c’est fort, touchant, limpide, parce qu’on se sent proche de Ruth et Dana, parce qu’on a envie de les soutenir, de les comprendre, parce qu’on se retrouve embarqué malgré soi dans cette histoire dont on n’a pas du tout envie de sortir !

Bref, parce que c’est une superbe surprise et que c’est …un pur plaisir de lecture !

A lire aussi le magnifique Long Week-end de Joyce Maynard.

Les premières lignes du roman Les Filles de l’ouragan :

Octobre 1949
Cela commence par un vent humide, qui souffle du nord-est à travers les champs, un vent étrangement chaud pour cette période de l’année. Avant même qu’il atteigne la maison, Edwin Plank le voit venir, ondulant sur l’herbe sèche et les dernières rangées de maïs dans le champ en contrebas de la grange, là où le tracteur n’est pas encore passé.

La présentation par l’éditeur Philippe Rey (ou lien site) :

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes.
Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée.
Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche.
Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir.

Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, ce récit suit les itinéraires personnels de deux « sœurs de naissance », des années 1950 à aujourd »hui. Avec la virtuosité qu’on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s »entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte – les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d’un foyer et celle d’un être aimé – et jusqu’au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

Le Mois americainJoyce MAYNARD, Les Filles de l’ouragan
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Simone Arous
Parution : Janvier 2012 – Philippe Rey / Mai 2013 – 10/18
Original : 2010, The Good Daughters

_________________________________________
(Dernière mise à jour : 01/09/2014)

15 réflexions au sujet de « Les Filles de l’ouragan – Joyce Maynard »

  1. Titine m’a déjà donné envie avec son billet mais je crois que le titre dont tu as parlé me plairait davantage encore. Je note !
    Je vais me régaler avec ce mois Américain :) Bon challenge !

    • Tu les as presque tous lu alors ! Et j’ai vu que tu venais de finir L’homme de la montagne, chanceuse :-) Mon préféré (peut-être parce que c’était mon premier) est Long week-end, mais celui-là le colle de près.

  2. J’avais hésité avec celui-ci pour la LC du blogoclub. Je note celui-ci, ça sera probablement mon prochain Joyce Maynard (ou peut être ça sera le nouveau, je vais y réfléchir !).

    • En tout ça, je suis tellement enthousiaste que j’envisage de lire les 2 : le nouveau et celui que tu as choisi, enfin, pas tous les 2 pour septembre hein :-)

    • Elle a vraiment une très agréable façon d’écrire, qui me fait penser à du « c’est tellement bien écrit que le travail ne se voit pas et que tout est hyper fluide » : Il n’existe pas un mot pour dire ça de façon plus efficace ? ;-)

    • Ah ben oui, j’ai vu ça tout à l’heure … le pathos est passé au dessus de moi, je ne l’ai pas vu, je vois ce que tu veux dire bien sûr, mais en fait, cela ne m’a pas gênée du tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>