Les Evénements – Jean Rolin

Jean Rolin - Les Evénements - P.O.L.

Dans un futur apocalyptique, la guerre civile ravage Paris et toute la France. On ne comprend d’ailleurs pas très bien qui se bat contre qui, tout le monde contre tout le monde semble-t-il, sans distinction précise.

Jean Rolin est plus ambitieux que Houellebecq. Il oppose tous les partis politiques, toutes les religions, les extrémistes d’extrême gauche, d’extrême droite, les extrémistes religieux de tout bord, sans oublier bien sûr, les militaires, les rebelles et les Casques bleus.

Inutile de chercher à démêler tout ça, ni à chercher quels sont les événements à l’origine de ce cataclysme. Le lecteur restera dans le flou et s’en amusera (ou pas…).

Pour une première lecture de Jean Rolin, c’est la surprise. La traversée de la France du nord au sud semble être le fil directeur. Peut-être, mais je n’ai lu que des descriptions et des descriptions de routes, départementales, nationales, croisements, carrefours, boulevards, écoles, châteaux d’eau, dépôts, usines, bâtiments de toute sorte, sur des pages et des pages.

Tout le champ lexical topographique est utilisé et il ne doit pas manquer un seul synonyme du mot « route ». Franchement, c’est un tour de force et c’est écrit avec grand talent.

Je dois reconnaître que le style est le gros point positif de ce livre.

Ceci dit, je ne suis pas une adepte de la géographie, de la topographie encore moins. Je suis restée en plan, dans un lieu inconnu, au bord d’une route indéterminée.

La première phrase

C’était un des petits plaisirs ménagés par la guerre, à sa périphérie, que de pouvoir emprunter le boulevard de Sébastopol pied au plancher, à contresens et sur toute sa longueur.

La présentation par les éditions P.O.L. sur leur site :
(différente de la 4e de couverture, qui est le début du livre)

Les Événements est le récit d’une traversée de la France dans le contexte d’une guerre civile dont les enjeux, pas plus que les causes, ne seront précisés. Il ne s’agit aucunement, en effet, d’un ouvrage de prospective ou de politique-fiction, mais d’une tentative de description d’un pays « normal » (comme son actuel président), soudainement confronté à la violence, à la destruction, à la pénurie, et plus généralement à une perturbation massive de ses habitudes et de son mode de vie. De telles choses arrivent, y compris dans le contexte de pays européens et relativement « développés » : elles se sont produites il y a une vingtaine d’années dans l’ex-Yougoslavie, elles se produisent de nos jours en Ukraine.
C’est surtout aux traces de ces changements dans le paysage, urbain ou rural, que s’attache le récit, fait alternativement à la première personne par « le narrateur »– celui qui traverse la France, d’abord au volant d’une voiture menaçant ruine, puis, pour finir, à pied – et à la troisième personne par un commentateur non-identifié des tribulations du précédent.
Cette traversée de la France, de Paris à Port-de-Bouc via la Beauce, la Sologne et l’Auvergne, se déroule entre la fin de l’hiver et le solstice d’été : car s’il s’agit, à certains égards, d’un récit de guerre (d’ailleurs plutôt burlesque que tragique), il s’agit aussi d’une description des variations qu’entraîne dans le paysage le cycle des saisons.

Challenge rentrée d'hiver 2014Jean ROLIN
Les Evénements
Janvier 2015, P.O.L., 200 pages

12 réflexions au sujet de « Les Evénements – Jean Rolin »

  1. (je découvre ton blog, enchantée !)
    Euh, décidément, je ne suis pas pressée de le lire, même si je dois avouer qu’il m’intrigue ce roman… qui fait partie de la sélection du Prix du Roman des Etudiants France Culture Télérama cette année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>