Les évaporés – Thomas B. Reverdy

Thomas B. Reverdy - Les évaporés - Flammarion

Les évaporés, sous titré « un roman japonais », allie le japon de Fukushima avec le japon des yakuzas, la pensée occidentale et orientale, dans un quatuor de quatre destins qui s’entremêlent au réalisme frappant et à la poésie enveloppante.

Les évaporés sont les personnes au Japon qui disparaissent, pas celles qui fuguent, il existe un mot particulier pour cela, ni celles qui disparaissent dans un accident, il existe aussi un autre terme : ce sont celles qui disparaissent volontairement, qui s’éloignent de leur vie quotidienne et de leurs proches, pour fuir les charges du quotidien, les dettes qui ne peuvent plus être remboursées, la perte de l’honneur qui ne peut plus être rattrapé, le regard qui ne peut plus être affronté.

Kazehiro va s’évaporer pour redevenir Kaze, une nuit, comme s’il déménageait, en douce, à l’insu de tous, de sa femme, de ses amis, de ses collègues, de ses voisins. Yukiko, elle, est partie du Japon depuis plusieurs années et vit maintenant à San Francisco. Elle va quitter les Etats-Unis pour revenir vers ce pays d’origine qu’elle a quitté, pour partir à la recherche de Kazehiro, avec l’aide d’un détective poète, Richard B., ancien amant, toujours amoureux, toujours présent.

Akairu, lui, a quatorze ans et c’est encore un enfant. Un enfant qui n’a pas pu, qui n’a pas su rester chez lui au moment du séisme et du tsunami de mars 2011, qui n’a pas pu affronter les conséquences de cette catastrophe, et qui est parti, lui aussi ; une autre façon de s’en sortir.

Fukushima est passé par là, d’autres vies en ont été affectées. Il existe aussi des quartiers pauvres à Tokyo, des camps de réfugiés, des hommes qui veulent tous réussir à vivre. Ces destins vont se croiser, se chercher, s’aider et tenter de se comprendre. On retrouve dans ce livre tout le mystère du Japon à travers les yeux de Richard B., toute l’acceptation de cette culture à travers les yeux d’Akairu et de Kaze, toute la nostalgie à travers le regard de Yukiko.

Thomas B. Reverdy réussit dans ce roman à mêler ces différents destins avec un regard extrêmement subtile et poétique, de manière intime et délicate. Les mots expriment très bien l’enchantement d’une part, et en même temps, de manière assez paradoxale, le désenchantement de l’autre. Le lyrisme enrobe ce livre d’un bout à l’autre.

Ce n’est qu’a posteriori qu’on apprend que Thomas B. Reverdy a écrit ce livre au Japon en 2012, que ce qu’il raconte est vrai et résulte d’expériences vécues ainsi que de nombreuses recherches. Et l’on comprend mieux la poésie qui se dégage de chaque page, le personnage de Richard B, faisant référence au romancier et poète américain Richard Bratigan, une grande partie des pensées exprimées sont tirées de ses poèmes.

Prix Littéraires Lauréat du Prix Joseph Kessel 2014
Lauréat du Grand Prix Thyde Monnier de la SGDL
Grand prix du roman de l’académie française 2013 : sélection finale
Prix décembre 2013 : 1ère sélection
Prix Goncourt 2013 : 2e sélection
Prix Fnac 2013 : sélection finale

Thomas B. Reverdy - Les évaporés - Flammarion
Thomas B. REVERDY, Les évaporés
Parution : 22 août 2013 – Flammarion

La présentation par l’éditeur, c’est ici : Présentation par Flammarion

2 réflexions sur « Les évaporés – Thomas B. Reverdy »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *