Les eaux troubles du mojito – Philippe Delerm

Philippe Delerm - Les eaux troubles du mojito - Seuil

En prenant entre ses mains Les eaux troubles du mojito, dont le titre se poursuit par « et autres belles raisons d’habiter sur terre », l’attente était de lire des petites anecdotes fraîches et légères comme « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ».

C’est le cas sur la forme. Le livre est une succession de 40 petits textes d’une ou deux pages qui se succèdent et qui n’ont aucun lien les uns avec les autres. Les titres reflètent leur contenu, et ont un rapport faible finalement avec l’alcool, mise à part « les eaux troubles du mojito » bien sûr et « Guignolet ou rien! ».

Pour insister sur le côté « étonnant » de ce que le lecteur va lire, de nombreuses « nouvelanecdotes » sont accompagnées d’un point d’exclamation se voulant probablement significatif : « Attention, peinture fraîche! », « Pitié pour Assurancetourix ! », « Vive le quorum ! », « J’aime bien cet endroit ! », « Seul ! », mais cette signification m’a échappé.

Ces petits textes sont supposés apporter de la nostalgie, de la beauté, de l’amour, les titres ne s’y trompent pas, pour bien aider le lecteur à comprendre le message : « Ses lèvres bougent à peine », « Un soir d’été », « S’aimer dans le métro », « Il pleut de la lumière », « Le temps est une plage, « Il était une voix », « Tendre est la vie cruelle »…

Tout ça aurait pu très bien fonctionner, mais je suis passée à côté de la magie attendue de ce livre. Peut-être parce que c’est un peu trop estampillé « feel good book », peut-être parce que la surprise n’était plus là après « La première gorgée de bière », peut-être parce que j’étais de mauvaise humeur lors de la lecture.

Peut-être aussi parce que la simplicité de l’écriture apporte de l’ennui, parce que certains passages ressemblent à des poncifs, parce que si certains textes (rares) sont originaux, cette qualité ne s’applique pas à l’ensemble des anecdotes. Bref, je me suis dis quand même que Philippe Delerm ne s’était pas foulé … J’aurais du le lire en été, au bord de la mer, sur une chaise longue, avec un mojito dans un main, le livre dans l’autre, ce serait sûrement mieux passé.

Mais cela ne m’empêche pas de m’associer à lui pour vous souhaiter un « Joyeux Noël » (p.87).

Les avis de Caroline, Noukette, Leiloona, Keisha, Jostein, Jérôme, entre autres.

Les premières lignes :
(ou lire un extrait plus long)

Elle est trop belle. Etrange. Est-ce qu’on la boit, est-ce qu’on la mange ? Elle est comme une fausse piste du désir. Le rouge-rose de cette chair meurtrie, évanescente et gorgée d’eau, vient mourir en pâleur maladive au bord de la solide écorce vert profond.

La présentation des éditions du Seuil :

Elles sont nombreuses, les belles raisons d’habiter sur terre. On les connaît, on sait qu’elles existent. Mais elles n’apparaissent jamais aussi fortes et claires que lorsque Philippe Delerm nous les donne à lire.

Goûter aux plaisirs ambigus du mojito, se faire surprendre par une averse et aimer ça, contempler un enfant qui apprend à lire en bougeant imperceptiblement les lèvres, prolonger un après-midi sur la plage…

« Est-ce qu’on est plus heureux ? Oui, sûrement, peut-être. On a le temps de se poser la question. Sisyphe arrête de rouler sa pierre. Et puis on a le temps de la dissiper, comme ce petit nuage qui cachait le soleil et va finir par s’effacer, on aura encore une belle soirée. »

Challenge RL 2015Philippe DELERM
Les eaux troubles du mojito
Seuil, Août 2015, 128 pages

10 réflexions au sujet de « Les eaux troubles du mojito – Philippe Delerm »

  1. Comme dans La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, pour ne citer que ce titre, Philippe Delerm capte des instants et des situations. Sauf que le charme et la finesse sont absents. Pire, on ressent combien il a peiné à écrire ces courts textes qui nous laissent sur notre faim. Une déception !
    Et summum : dans les premières lignes du texte « la peinture fraîche » une énorme coquille ( de sens).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>