Les contrées sauvages – Jirô Taniguchi

Jiro Taniguchi - Les contrées sauvages 1 - Casterman

Les contrées sauvages, sous titrées 1975-1986, est une anthologie animalière regroupant plusieurs mangas nouvelles de Taniguchi, qui sont assez violentes et dures, mettant surtout en scène le combat de l’homme contre la nature et les animaux sauvages.

La réelle surprise de ces deux volumes, c’est de ne pas retrouver l’univers onirique de Taniguchi, et ce n’est pas du tout une mauvaise surprise. Au contraire. Il décrit dans ces deux livres un univers très sauvage, et réussit étrangement bien à transmettre la rage des bêtes qui veulent vivre, ours, aigles, loups, leur puissance à travers des gestes de pattes, des mouvements de crocs, des regards très précis et incroyablement réels. Ce qui est dingue, c’est vraiment de ressentir l’énergie incroyable qui se dégage des dessins, enfoncée douillettement dans son canapé et ses coussins moelleux.

Les scènes qui se déroulent pendant les périodes de grand froid, dans la montagne et les forêts, ont peut-être plus de présence que les autres, comme celles de l’enfant loup sauvage par exemple ou de l’aigle montagnard. Les histoires sont assez sombres, aucune ne joue le registre de la comédie, mais plutôt du drame qui oppose l’Homme à la Nature.

Ce qui est agréable également, c’est que derrière un thème unique, vous n’aurez jamais l’impression de lire la même nouvelle, mais des récits de voyages, des scènes historiques avec des indiens, des épopées avec des chasseurs solitaires, des batailles de la conquête du grand Ouest. On voyage très facilement et agréablement de l’époque de Far West au XXe siècle.

Cette anthologie permet de constater que Taniguchi a un talent vraiment incroyable, une palette aboutie et variée d’expressions et de traits, et une facilité à décrypter des univers très divers. D’ailleurs, grâce à la dernière nouvelle qui date de 2010, Les innommmables, on observe de manière flagrante le changement et l’évolution de son style, sa narration devient plus douce et sereine, la nature moins hostile, mais tout aussi mystérieuse.

A choisir dans les dernières publications de Taniguchi, Les contrées sauvages ont bien plus de corps que Elle s’appelait Tomoji.

Jiro Taniguchi - Les contrées sauvages 2 - CastermanLa 4e de couverture des éditions Casterman :
(ou lien direct site Casterman avec une présentation légèrement différente pour le tome 2).

Véritable périples à travers les grands espaces, des montagnes japonaises aux étendues de l’Ouest américain, cette anthologie en deux tomes donne à voir une facette encore méconnue en France de l’oeuvre de Taniguchi : l’époque où, nourri de bande dessinée européenne, il s’essayait avec succès à la BD de genre en y insufflant ce qui est aujourd’hui encore sa marque de fabrique : un immense talent de raconteur d’histoires.

Challenge RL 2014Challenge rentrée d'hiver 2015Jiro TANIGUCHI
Les contrées sauvages
Traduit du japonais par Patrick Honnoré
Tome 1 : Casterman, septembre 2014, 240 pages
Tome 2 : Casterman, janvier 2015, 264 pages

6 réflexions au sujet de « Les contrées sauvages – Jirô Taniguchi »

  1. J’adore Taniguchi alors évidemment ton article me donne envie de découvrir ce titre.
    (Et je sais que Tomoji n’a pas été apprécié par tous mais je dois le lire prochainement. Je l’avais commencé mais on m’a suppliée de le prêter.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>