Le Royaume – Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrere - Le royaume - POL Coup de coeur !!

Quel livre audacieux et passionnant que Le Royaume !

Un brief rapide. Après une période de croyance en Dieu – qui le surprend aujourd’hui encore – Emmanuel Carrère s’est penché sur les évangiles et a pris des milliers de notes. Il interroge aujourd’hui les origines et l’histoire du christianisme à travers l’étude du Nouveau Testament et des Evangiles de Paul et de Luc.





La base, c’est qu’il est sceptique :

« c’est une chose étrange, quand on y pense, que des gens normaux, intelligents, puissent croire un truc aussi insensé que la religion chrétienne, un truc exactement du même genre que la mythologie grecque ou les contes de fées … C’est quand même bizarre, non ? »

On est bien d’accord, mais ceux qui ont un avis différent risquent de s’énerver …

1. Ce livre est d’abord admirable au regard du travail considérable qu’a nécessité son écriture, sa synthèse, son érudition et en même temps sa clarté. C’est un tour de force.

2. Ce livre dégage une grande force et une grande sincérité, qui résulte de la démarche personnelle de Carrère, qui fait partager au lecteur, pas à pas, ses réflexions, ses doutes, explique en détail pourquoi il raconte l’histoire de ce point de vue, et pas d’un autre.

Car ce livre est bien plus proche d’un essai que du roman, tout en incluant des pensées très personnelles, à la façon d’une discussion, ou en parlant directement de lui, comme il le fait depuis « Un roman Russe » et « D’autres vie que la mienne ».

L’originalité de ce genre hybride en fait tout son intérêt, sa puissance, et en permet une lecture assez fluide, alors que ce livre ressemble bien plus à un travail de thèse de longue haleine, précis et détaillé, qui pourrait être à la limite du rébarbatif.

Et puis franchement, à part les irréductibles, qui aujourd’hui a vraiment envie de lire la Bible en prenant un roman ? Car là, quand on y pense, contre toute attente, on est pris à son piège littéraire, et on ne fait rien d’autre que lire de manière étonnamment passionnante, merveilleusement bien vulgarisée et personnalisée à la sauce Carrère, une partie de la Bible.

Et bien pour moi, je peux vous dire que ce n’était pas gagné d’avance.

3. Ensuite, j’ai eu l’impression d’apprendre des milliers de chose, et pour les lecteurs qui manquent (comme moi) de culture religieuse, c’est un pur plaisir d’apprendre en s’amusant, oui, en s’amusant, avec des anecdotes, des clins d’oeil, des digressions … (et aussi, je l’avoue, quelques fois en s’ennuyant un peu).

Est-ce que c’est une lecture facile ? Non, c’est même parfois un peu compliqué, c’est un livre qui se veut érudit, voire intello, qui nécessite de la concentration, en tout cas lorsqu’on n’est pas familiarisé avec les notions de pharisiens ou de sadducéens, ni avec la géographie de la Judée ou de l’histoire du début du siècle.

Et c’est là qu’Emmanuel Carrère est très fort, il réussit à être didactique, en balançant la complexité de son sujet avec un style léger et facile, en restituant toujours à propos, une notion, un personnage, un lieu, ce qui permet de suivre sans lâcher prise.

4. Enfin – et peut-être surtout grâce à ça – j’ai vraiment adoré ce livre en tant qu’agnostique convaincue, qui retrouve toutes ses pensées derrière les mots et les paroles d’Emmanuel Carrère. Qui sourit aux remarques audacieuses qu’il ose exprimer et qui rigole carrément à certaines pointes d’ironie : il sait être très direct, alors que de plus en plus, la religion devient un sujet qu’on se croit obligé d’enrober de coton ou de circonvolutions.

Cette franchise, cette légèreté et liberté de ton, est l’un des gros points forts de ce livre religieusement polémique. Et oui, c’est un livre à se faire des ennemis.

Je pense sincèrement que Le Royaume peut profondément agacer, voire choquer les croyants, et je me pose la question : Est-ce qu’une personne croyante peut aimer ce livre ? Je doute …

Mais sur le livre, je ne doute pas. Un immense Bravo Emmanuel.

=> Avis de Valérie, d’Eva, de Mior, de Caroline.

Prix LittérairesDans la 1ère sélection du Prix Décembre 2014
Prix Littéraire Le Monde




La première phrase :

Ce printemps-là, j’ai participé au scénario d’une série télévisée. En voici l’argument : une nuit, dans une petite ville de montagne, des morts reviennent.

challenge-un-pave-par-moisChallenge RL 2014Emmanuel CARRERE, Le Royaume
Parution : Septembre 2014, P.O.L. (Présentation sur le site P.O.L.), 630 p.

__________________________________
(Dernière mise à jour : 04/10/2014

26 réflexions au sujet de « Le Royaume – Emmanuel Carrère »

  1. Enfin un avis avec lequel je suis franchement d’accord! C’est vrai, une telle liberté de ton, sur un tel sujet, c’est vraiment appréciable par les temps qui courent… Et puis, il faut un certain courage littéraire pour oser avancer des hypothèses personnelles sur l’écriture d’un texte aussi universel que les Evangiles! Cela change de la tiédeur ambiante, et rien que pour cela, Carrère mérite un infini respect!
    Bien à toi, et merci pour toutes ces pages, que je découvre aujourd’hui avec beaucoup de plaisir.

    • Merci beaucoup Marie-Anna pour ton gentil message, et puis, je dois dire que je suis très contente de lire que l’on partage le même avis sur le Carrère ! je suis d’accord, d’accord, d’accord avec ce que tu dis. Je vais de ce pas faire un petit tour chez toi.

  2. Je sais je n’aurais pas dû lire ton avis mais je l’ai lu quand même !
    Je te dirai s’il peut plaire aux chrétiens : ma mère, chrétienne convaincue, mais très open, se l’est acheté. Moi aussi je me demande (je le commence juste)

  3. Ce livre me fait peur en raison de son sujet et de son exigence. je le lirai peut être un jour mais à une période où j’aurai la tête reposée et du temps devant moi.

    • Je pense en effet qu’il faut du temps pour le lire, il est dense et fourmille d’informations. et il faut être prête :-)

  4. Je suis contente que ce soit un coup de cœur pour toi, même si je ne le partage pas…j ai vraiment trouvé que Carrere se laissait emporter par un sujet trop gros pour lui, et disparaissait derrière lui… Mais effectivement j ai été intéressée par ce que je lisais et ca m a donné envie d en savoir plus…

    • Comme tu dis, c’est un gros sujet, et j’ai trouvé qu’il réussissait bien à le résumer pour le rendre intéressant, en dépit des 630 pages. Ca ne m’a pas dérangée qu’il disparaisse derrière son sujet, d’ailleurs, j’ai trouvé qu’il ne disparaissait pas tant que ça, et qu’il pointait souvent la tête

  5. Je vais mettre des semaines à me remettre de cette déception.
    Je crois qu’un partie de ce qu’on ressent pour ce roman n’est pas totalement dûe à des causes rationnelles et explicables.

  6. Je partage la totalité de ton billet … mais je suis également agnostique et je pense en effet que cela joue beaucoup dans l’appréciation de ce roman, et peut-être beaucoup plus qu’on ne le pense.

    • Malika, je suis totalement d’accord avec toi, je pense que la position religieuse du lecteur a un effet très très fort sur l’appréciation que l’on peut avoir de ce livre.

  7. C’est un roman que j’ai très envie de lire et heureusement pour moi je vais le recevoir grâce aux matchs de PM, j’espère que je vais aimer autant que toi, tes copinautes de lecture l’ont aimé nettement moins apparemment !

    • Bianca, j’espère que tu seras aussi contente que moi ! C’est vrai que les autres sont moins enthousiastes, mais j’espère que leurs avis – et les 630 pages – ne te décourageront pas :-)

    • Merci Mior, en effet, pour certains chrétiens, ça donne un rejet radical. C’est le contraire qui m’aurait étonné.

  8. Ta dernière question m’interesse : un croyant peut il aimer ce livre ? Je le lirai (en partie) pour ça …sinon tu sais l’ancien testament est un roman passionnant ! Vraiment !

    • Attila, je suis allée sortir la bible en me disant que j’allais justement lire l’ancien testament, mais c’est écrit très très petit. Sans plaisanter, je pense que je vais le faire. Sinon, je suis très intéressée par ton avis de croyante.

  9. Je me sens proche de ton ressenti. Plus proche que ceux de Valérie et de Mior. Je suis très curieuse de savoir comme toi ce que peut penser un croyant de ce livre (je ne le suis pas non plus). Je trouve par ailleurs que les échanges sur cet ouvrage un peu polémique, c’est certain, sont passionnants.

    • Je pense en effet que l’avis du lecteur est indissociable de sa croyance, et j’ai du mal à imaginer un croyant adorer ce livre, vu certains propos qu’il tient … Je vais de ce pas lire ton avis (et le rajouter), car je l’ai raté.

  10. Ha ha j’ai de plus en plus envie de le lire, ce livre un poil hybride. J’ai parcouru les extraits dans Lire. Je pense (à tort sans doute) connaître un poil le sujet, rien que pour voir ce que raconte Carrère, ça m’intéresse. Pas sûr que j’arrive au bout ou que j’écrive un billet (faudrait d’abord que les lecteurs à la bibli le relâchent, et comme la bête est un pavé, ça va durer un peu, mais tant pis)
    Quand tu dis « de l’histoire de début du siècle », tu parles du 1er siècle? (après JC bien sûr) ou de notre 21ème siècle? Bon, j’arrête de t’embêter. ^_^ Merci pour ton billet, clair et argumenté.

    • Keisha, tu as raison, je parle du Ier siècle ap. JC.
      Si en plus tu connais déjà le sujet, ce sera encore plus facile pour toi de comprendre et de suivre son cheminement de pensée. Vas-y !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>