Le Quatuor à cordes – Virginia Woolf

Virginia Woolf - Romans & nouvelles - Pochotèque Livre de poche

Le Quatuor à cordes fait partie des nouvelles très brèves de Virginia Woolf, initialement publié dans le seul recueil édité de son vivant, Lundi ou Mardi.

Dans cette mini nouvelle, les pensées, le monde et le bruit dominent dans une ensemble de phrases qui vont dans un sens, puis dans un autre, à l’image des mouvements des pensées et d’une foule dans un lieu public. Ce n’est pas immédiatement évident à la lecture du texte, mais nous sommes dans une salle de concert. Si l’impression souhaitée était de rendre compte de ce brouhaha et des sauts de puce de la pensée, c’est parfaitement réussi.

Mais côté lecteur, la perte de repères est assez rapide, voire quasiment immédiate avec le premier dialogue. Il faut sûrement lire cette nouvelle à plusieurs reprises pour tenter d’en saisir vraiment le sens exact. Et encore. Après deux lectures, il reste de nombreuses incertitudes. Sans le titre, c’est à peine si l’on comprend que l’on se trouve dans une salle de concert, avec un mélange de description de décors, de sons, de musique, de gens.

Comme l’explique les notes de l’édition Pochotèque, Virginia Woolf ébauche ici le contrepoint littéraire, à savoir la superposition de thèmes secondaires au thème principal, ce qu’elle fera 4 ans plus tard avec brio dans Mrs. Dalloway. Mais si la longueur du roman permet de reprendre pied et de retrouver ses marques dans ses digressions, dans une nouvelle aussi courte, l’impression de fouillis a tendance à dominer.

Troisième nouvelle découverte après La Duchesse et le Joaillier et Lappin et Lapinova, et une nouvelle fois, Virginia Woolf m’étonne et me donne envie d’aller plus loin dans la découverte de son oeuvre.

La prochaine nouvelle sera Mrs. Dalloway dans Bond Street.

Pour la petite histoire :

Il est possible que l’idée de cette nouvelle date de mars 1920, lorsque Virginia Woolf est allée écouter le quintette de Schubert, en vue de prendre des notes pour un récit à venir. Cette nouvelle a en effet été publiée l’année suivante, en 1921 dans Lundi ou Mardi, le seul recueil de nouvelles que Virginia Woolf publia de son vivant, et qui comprend Une maison hantée, Une société, Lundi ou mardi, Un roman qu’on n’a pas écrit, Le Quatuor à cordes, Bleu et vert, Kew Gardens et La marque sur le mur.

Les premières lignes :

Eh bien, nous y sommes, et un coup d’oeil sur la salle vous montre que métros, trams, omnibus, nombre de voitures particulières et, je le croirais volontiers, de landaus décapotables s’y sont mis, tissant des fils d’un bout à l’autre de Londres. Pourtant, je commence à avoir des doutes…

Virginia WOOLF (1882-1941)
Le Quatuor à cordes
Traduit de l’anglais par Pierre Nordon
Edition présentée :
Livre de Poche, Pochotèque, Décembre 2002, 1282 pages
VO : 1921, The String Quartet

A year in EnglandChallenge petit bac 2015Challenge un classique par mois Plan ORSEC 2015

8 réflexions au sujet de « Le Quatuor à cordes – Virginia Woolf »

  1. Je me souviens de cette nouvelle et de son mélange de sensations. Elle est typique de ce que tente de faire Virginia Woolf mais c’est vrai que dans une nouvelle le lecteur peut se sentir un peu perdu.

    • Ce n’est pas la première fois que je me dis que Virginia Woolf est parfois un peu trop difficile pour moi, et en même temps, j’ai envie d’y retourner encore et encore.

  2. Je ne vérifie pas, mais cette nouvelle doit sûrement figurer dans le recueil que je possède; je confirme : pour saisir Woolf dans ses nouvelles, deux lectures ne sont pas de trop…^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>