Le premier jour de ma mort – Philippe Sohier

Philippe Sohier - Le premier jour de ma mort - Hugo

Le premier jour de ma mort est l’histoire d’un homme qui se réveille le corps lourd, l’esprit engourdi, avec le sentiment simple et irrémédiable qu’ « il allait mourir. Mourir banalement, comme quelqu’un qui n’a pas tout dit. »

L’idée du livre emporte l’adhésion immédiatement : que se passe-t-il le jour de sa mort ? Albert revoit sa vie, ses choix, son amour pour Clara et revient sur leur rencontre.

Malgré quelques maladresses stylistiques, le début du roman est prenant, certaines phrases sont joliment tournées, et Philippe Sohier semble vouloir diriger son livre vers des questions existentielles et essentielles sur l’amitié et l’amour, sur les éléments forts qui jalonnent une vie.

Il n’en avait plus beaucoup d’amis. La vie les avait dispersés aux quatre vents, laissant derrière lui de vagues regrets.

Mais le livre prend finalement un autre virage. Albert va s’interroger, mais surtout revenir sur une vie assez banale, en centrant son histoire sur le couple, les difficultés de la vie à deux, du quotidien, de la vie de famille. D’autres événements seront également évoqués (il ne s’agit pas de tout dévoiler), mais Philippe Sohier le fait de manière assez conventionnelle et ne réussit pas vraiment à convaincre et à émouvoir, alors qu’il semble à certains moments vouloir atteindre cet objectif.

Le temps qui passe est un thème qui n’est certes pas nouveau, mais qui reste justement intemporel et toujours intéressant, d’autant plus lorsqu’il est associé comme ici à la découverte de secrets qui sont à même d’entraîner l’écroulement de toute une existence. Malheureusement, la construction du livre m’a donné le sentiment d’une mise en scène un peu trop construite et artificielle, qui ne m’a pas permise de m’attacher sur la durée aux personnages et à leur histoire.

Je suis restée en surface, en regrettant de ne pas ressentir plus de sincérité dans l’histoire racontée. C’est dommage car l’impression initiale était excellente et je me réjouissais de la découverte de ce roman.

L’avis de Caroline.

Les premières lignes :

« C’est pas vrai ! Pas moi ! Je ne vais pas crever maintenant ! J’ai encore rien dit ! » se répétait Abert qui croyait rêver. Pourtant, le chant des oiseaux qui saluait les premiers rayons de soleil, le bruit des moissonneuses qui commençaient à décapiter les épis, les cloches de l’église qui teintèrent huit fois lui prouvaient qu’il était bien éveillé.

La 4e de couverture des éditions Hugo & Cie :
(ou une présentation plus longue sur le site des éditions Hugo & Cie)

 » C’est pas vrai ! Pas moi ! Je ne vais pas crever maintenant ! J’ai encore rien dis ! » se répétait Albert qui croyait rêver. […] » Je vais crever ! » se répétait-il. Ses mots résonnaient dans son crâne et il avait infiniment peur, peur au point de se pisser dessus.

À quelques centimètres de lui, sa femme Clara dormait d’un sommeil profond. Elle était allongée sur le dos. »

Ce matin-là, Albert se réveille avec la certitude qu’il va mourir aujourd’hui.

Challenge RL 2015Challenge petit bac 2015Philippe SOHIER
Le premier jour de ma mort
Hugo & Cie, Septembre 2015, 165 pages

4 réflexions au sujet de « Le premier jour de ma mort – Philippe Sohier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>