Le Petit Joueur d’échecs – Yôko Ogawa

Yoko Ogawa - Le petit joueur d'échecs - Babel Actes Sud

Pourquoi le garçon est-il né les lèvres soudées ? « Parce que Dieu s’est précipité, mais a installé un autre mécanisme à la place », lui dira sa grand-mère. Ce mécanisme, il le découvrira grâce à un cadavre, qui l’amènera jusqu’au maître.

Le garçon apprendra à jouer aux échecs et deviendra « Little Alekhine », du nom du célèbre joueur d’échecs. Mais lui, il choisira de jouer caché et anonyme, inexistant, en aveugle, recroquevillé sous une table de jeu, le joueur officiel étant une poupée mécanique capable de déplacer les pièces.

Yôko Ogawa est une spécialiste de romans qui dégagent une atmosphère étrangement mélancolique, pour inventer des fables surréalistes toujours étonnantes. Le Petit Joueur d’échecs n’échappe pas à la règle.

Le personnage choisi de l’automate renforce le flou existant entre le conte romanesque et le monde fabuleux du cirque. Le garçon ne grandira pas, il côtoie Miira inséparable de sa colombe, l’éléphante Indira, son maître étant un homme obèse au coeur d’or. Il est donc préférable d’être réceptif à cet univers « cirquesque ». Pour ceux et celles qui ressentent une réticence envers les nains, les poupées et les automates (allez donc savoir les traumatismes enfantins qui nous poursuivent …), il est préférable de s’abstenir.

Passé le début du roman, le reste de l’histoire est vraiment centré sur les échecs, comme le titre l’annonce. Il n’est pas nécessaire de savoir jouer pour apprécier le roman, les règles sont rappelées. Ceci étant, il faut avouer qu’à défaut d’être un joueur fervent et passionné, la narration des parties qui se succèdent, même avec leurs particularismes, donnent au rythme déjà lancinant du roman, un côté un peu trop répétitif.

Le style reste cependant très agréable, comme toujours, et Yôko Ogawa réussit à surprendre une nouvelle fois par son originalité littéraire. Une auteure que je recommande toujours vivement.

Le petit truc à savoir :

Il a réellement existé une poupée mécanique, fabriquée en 1769, vêtue à la turque avec un turban, qui était imbattable. Son surnom était d’ailleurs « Le Turc ». Pour la petite histoire, cet automate aurait même vaincu Napoléon lors d’une partie en 1809.

Les premières lignes :

Je voudrais tout d’abord commencer par une histoire qui date de longtemps avant que le petit joueur d’échecs n’en vienne à recevoir le surnom de « Little Alekhine ». C’est l’histoire d’un enfant qui à l’époque avait le nom tout à fait ordinaire que lui avaient donné ses parents.

La présentation des éditions Actes Sud :
(4e de couverture différente de la présentation du site Actes Sud)

Un gamin solitaire rencontre, dans de singulières circonstances, un être obèse installé dans un autobus immobile et magique. L’homme, passionné par les échecs, va faire de l’enfant son héritier de coeur en lui enseignant la stratégie du jeu, un art auquel le jeune garçon ajoute une spécificité : il joue tel un aveugle, sous la table de l’échiquier, sans voir ni les pions ni son adversaire. Dès lors se dessine entre eux une relation privilégiée basée sur une confiance quasi filiale.
Mais alors que le gros monsieur devenu énorme ne peut plus descendre de son bus et meurt étouffé par l’étroitesse du lieu, l’enfant surnommé « Little Alekhine » – du nom du joueur célèbre qu’on appelait aussi le « poète de l’échiquier » – décide de ne plus jamais grandir …
Retrouvant dans ce livre le motif du vieillard et de l’enfant, celui du lien issu d’une passion partagée, Yôko Ogawa interroge, tel un écho silencieux, l’attachement à ceux qu’on aime, éternel.

Yôgo OGAWA
Le Petit Joueur d’échecs
Traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle
Babel, Septembre 2015, 336 pages.

4 réflexions au sujet de « Le Petit Joueur d’échecs – Yôko Ogawa »

  1. Contrairement à Noukette, j’aime bien cet auteur mais je n’ai pas lu celui-ci. Ceci dit, je me demande si je n’avais pas lu la 4ème de couverture chez le libraire puis avais reposé le livre à cause de son sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>