Le petit Bonzi – Sorj Chalandon

Sorj Chalandon - Le petit Bonzi - Livre de poche

Le petit Bonzi est le premier roman de Sorj Chalandon, d’inspiration largement autobiographique.

1964. Nous allons faire connaissance avec Jacques Rougeron, un petit garçon de douze ans, et son copain Bonzi, quand Jacques est en train de manger différentes sortes d’herbes. La raison est simple : les herbes guérissent de tout, et pourquoi pas du bégaiement. Car Jacques est bègue, et pour lui, c’est un cauchemar au quotidien, qu’il ne réussit à partager qu’avec Bonzi, car avec lui seulement, il ne bégaie pas quand il s’exprime.

Ce roman n’a pas été envoûtant dès le départ. J’ai trouvé la mise en place et toute la première partie du livre assez longues, en gardant l’impression désagréable de rester à l’extérieur de l’histoire. Jacques répète beaucoup de choses, et se retrouve souvent dans sa tête, avec des généraux et maréchaux de son invention. En fait, ces répétitions de noms – et les répétitions en général – m’ont vite laissée.

Puis, à partir de la deuxième moitié du livre, je me suis prise d’affection pour Jacques, pour ses difficultés familiales, son désir de se taire, les astuces qu’il essaie de mettre en place avec Bonzi pour ne plus avoir à parler, et d’un seul coup, je suis enfin entrée dans ce livre, pour ne plus en sortir – en versant au passage quelques larmes d’émotion.

Ce livre au départ laborieux m’a donc touchée par surprise. Si le petit Jacques m’est devenu sympathique et touchant, j’ai particulièrement aimé le rôle du maître d’école, « Manu », qui semble être le seul adulte à comprendre Jacques. Sensible et humain, son personnage donne beaucoup de consistance à ce livre, et c’est finalement à travers lui que l’on comprend le mieux la douleur que ressent Jacques, sa difficulté à vivre et à exister au milieu des autres, et même au milieu de sa famille.

Pour les adeptes de Sorj Chalandon, à lire bien sûr, mais pour ceux qui ne le connaissent pas, je recommande plutôt de lire Mon Traître et Retour à Killybegs (traitant du même sujet avec deux regards différents) ou Le quatrième mur (Prix Goncourt des Lycéens 2013), des Chalandon’s coups de coeur !

Grande adepte, j’ai également adoré La légende de nos pères et vous dis donc à très bientôt pour vous parler de son dernier livre, Profession du père, qui sort le 19 août 2015.

Les premières lignes :

C’est en mars 1964 que Jacques a mangé de l’herbe pour la première fois. Il en avait mangé avant, bien avant, beaucoup et des jours durant, mais la première fois qu’il a mangé l’herbe et qu’il a guéri c’est en mars 1964, c’était le soir et il avait plu.

Sorj Chalandon - Le petit Bonzi - GrassetLa 4e de couverture des éditions Grasset :
(ou lien direct site Grasset avec une présentation différente)

Jacques Rougeron a douze ans. Un soir d’automne, au pied de son immeuble, il croit avoir enfin trouvé le moyen de guérir. Jacques Rougeron est bègue. Il voudrait parler aussi vite, aussi bien que Bonzi et tous les autres. Bonzi, c’est son ami, son frère, c’est lui, presque. Bonzi le soutient. Ils n’ont que quelques jours. C’est leur secret.

Challenge petit bac 2015Sorj CHALANDON
Le petit Bonzi
Grasset, août 2005, 360 pages
Livre de poche, septembre 2007, 352 pages

12 réflexions au sujet de « Le petit Bonzi – Sorj Chalandon »

    • Non mais, ce n’est pas possible ça ;-) Ce n’est pas le premier qu’il faut lire, mais je te recommande vraiment de découvrir cet auteur que j’adooooore !

  1. J’ai hâte de pouvoir lire le dernier!! Le Petit Bonzi et La légende de nos pères sont els deux titres que je n’ai pas lu de l’auteur, je ne sais pas trop pourquoi mais Le petit Bonzi ne me tente pas trop!

    • Je te conseille en effet de lire plutôt La légende de nos pères, comme Le petit Bonzi est un premier roman, il a quelques défauts qui ont disparus dans les romans suivants.

  2. J’avais commencé à lire Retour à … à une période où j’avais des tas de préoccupations, et je l’ai reposé. Mais je compte bien le reprendre, tout le monde ne dit que du bien de cet auteur ! C’est intéressant quand un livre nous demande de la patience, un effort avant de nous emporter ;-)

    • Oui, je suis d’accord, j’abandonne rarement un livre, je n’aime pas ça car il peut toujours exister un moment où le vent tourne. Sinon, tu peux recommencer Chalandon avec « Mon traître », c’est le même thème que « Retour à K. », et il est top aussi :-)

  3. J’ai lu les trois premiers que tu cites (et beaucoup aimés). J’attends ton avis sur celui qui va sortir prochainement. C’est un de mes incontournables pour la rentrée.

    • Je n’ai aucune idée du sujet du prochain Chalandon, enfin, j’ai une petite idée avec le titre, mais je ne lis rien sur ce livre, je veux le découvrir totalement ! Je suis d’accord, c’est un incontournable.

  4. Le seul qu’il me reste à lire…j’avais commencé, puis l’avais mis de côté car j’avais beaucoup de mal à accrocher…donc ça me rassure si tu dis que les débuts sont laborieux puis que cela s’arrange ^^

    • Pour tout te dire, je l’avais aussi commencé une fois et mis de côté … et puis j’ai retenté, mais j’ai été plus patiente, et j’ai atteint le moment où ce n’était plus laborieux :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>