Le pays sous le vent – Grazia Deledda

Grazia Deledda - Le pays sous le vent - Autrement

Prix Nobel de littérature 1926, Grazia Deledda (1871-1936) est une femme de lettres sarde assez peu connue en France, qui publia Le Pays sous le vent alors qu’elle avait soixante ans, en 1931, peu d’années avant sa mort. Elle nous quittait le 15 août 1936, il y a 80 ans.

Dans ce roman, Grazia Deledda raconte l’histoire d’une jeune fille très naïve, couvée et coupée du monde, qui va découvrir les tourments du sentiment amoureux. Dans la pure tradition de l’époque, ses parents vont accepter de recevoir chez eux un jeune homme qu’elle n’a jamais vu, aux seules fins de le lui présenter. Elle ne connait Gabriele que par ouï-dire, par ses frasques, et son avis n’est pas très positif.

Mais lorsqu’il vient lui rendre visite, elle est étonnée au premier coup d’oeil, sur la défensive, mais un lien fort se crée entre eux qu’elle n’identifiera que plus tard. Une fois parti, elle pensera sans cesse à lui, mais il ne reviendra pas. Sa vie se poursuivra, elle se mariera, mais lors de son voyage de noce, plusieurs années plus tard, elle le croise de nouveau. Gabriele est alors malade et transformé. Des sentiments douloureux vont se réveiller.

Le pays sous le vent n’est pas vraiment un roman d’amour, mais bien plus celui de la désillusion d’une jeune fille qui découvre le monde, les conventions et ses propres sentiments, dont celui de la nostalgie du passé et des regrets. La rédaction de ce livre à la première personne du singulier permet au lecteur d’entrer dans la tête de cette jeune fille qui ne connait pas grand chose du monde, de suivre ses points de vue réservés et timides ainsi que ses atermoiements, mais sans pour autant que cette intimité de pensées ne donne beaucoup de chaleur à ce roman.

L’écriture très classique et la narration sans réelle surprise permettent assez difficilement d’entrer dans ce livre. A sa lecture aujourd’hui, il parait un peu suranné. La retenue et la bienséance semblent tellement prendre de place qu’il manque peut-être un ton plus enlevé pour un lecteur contemporain, des pensées plus excentriques ou moins convenues. La narratrice n’est pas désagréable, mais elle n’est pas vraiment attachante et les sentiments qui manquent de profondeur ou de vigueur semblent un peu ternes.

A lire néanmoins, pour comprendre les moeurs de l’époque, plonger dans la Sardaigne de la première moitié du XXe siècle et découvrir ce prix Nobel féminin italien.

Prix NobelPrix Nobel de Littérature 1926

Les premières lignes :

Malgré toutes les précautions et les mesures que nous avions prises, notre voyage de noces fut un vrai désastre.
Nous nous mariâmes au mois de mai et nous partîmes juste après la cérémonie, à l’heure de midi, par une belle journée venteuse aux parfums de fleurs.

La présentation des éditions Autrement :

« Bien qu’un point de lumière, que seule la mort pourrait éteindre, illuminât encore le fond de ma conscience, comme l’obscurité d’une forêt touffue bouleversée par la tempête, j’eus envie de pleurer, de me laisser tomber, de me rouler par terre et de crier. Je me rappelai le jour de notre voyage de noces, le sentiment d’éloignement que j’avais éprouvé à l’égard de l’homme dont j’allais partager la vie, et la promesse que je m’étais faite, dans ma solitude intérieure, de ne vivre que par moi-même. La distance qui nous séparait à présent était infiniment plus grande, mais la force et la volonté de pouvoir vivre sans lui, d’être privée de sa foi, étaient complètement anéanties au fond de moi. Mourir : il ne me restait aucune autre alternative, et je m’apprêtais à mourir s’il ne changeait pas d’avis à l’instant. »

De l’adoration au désespoir, du calme lumineux de la mer à la violence frénétique du vent, les sentiments et la nature sardes vibrent ici avec la même exaltation, la même démesure.
Passion et pudeur farouches, jusqu’au bout.

Grazia DELEDDA
Le pays sous le vent
Traduit de l’italien par Chiara Monti et Fabienne-Andréa Costa
Autrement, Avril 2006, 115 pages
VO : 1931, Il paese del vento

6 réflexions au sujet de « Le pays sous le vent – Grazia Deledda »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>