Le jour du marché – James Sturm

James Sturm - Le jour du marché - Delcourt

Le jour du marché est une histoire très pure, très simple, d’un homme du commun, un tapissier juif qui va, comme d’habitude, vendre ses tapis tissés avec attention et patience, pour faire vivre sa femme Rachel et leur bébé de huit mois à naître. Mais aujourd’hui, le marchand ne lui prendra pas ses tapis.

Dans une ambiance douce et triste, appuyée par des dessins aux tonalités grisâtres, tendant vers le marron ou le noir, c’est le simple quotidien qui déraille d’un homme bon, travailleur et honnête, qui part le matin travailler avec sa charrette et sa mule.

Ce roman graphique est très impressionnant par l’énorme force qu’il dégage, grâce à des dessins épurés et des couleurs presque uniformes, d’une mélancolie presque insoutenable. La puissance du destin qui s’accomplit, et qui va dévaster un homme – prend le lecteur en plein coeur.

Le point fort aussi de cette BD, est la rareté des dialogues, qui s’accompagne régulièrement de grandes cases très pénétrantes sur la nature, les choses immuables de la vie, les chemins qui se poursuivent et la nuit qui tombera, malgré tout.

Un soupçon de fatalité indistinct semble toucher cette histoire, comme si ce jour de marché, ce changement d’un monde en mouvement n’était qu’un des premiers signes de la fatalité qui va frapper le peuple juif, comme un indice que certains comprennent et que d’autres ne veulent pas voir.

Cette lecture laisse une impression très étrange, un léger malaise, mais un malaise assez doux, comme un constat que le malheur peut frapper chacun au coin de la rue, mais que malgré tout, en dépit de tout, de la colère, de la haine, il reste la loyauté, il reste la vie, qui continue.

Prix du Festival Angoulême
Sélection officielle du festival d’Angoulême 2011.




Présentation de l’éditeur (4e de couverture) :

Un jour au marché, le grossiste de Mendleman refuse d’acheter ses tapis parce que son stock est, dit-il, trop important. La femme de l’artisan est sur le point d’accoucher : c’est la catastrophe. Lui qui était un artiste dans l’âme, tentant de saisir dans ses tapis brodés à la main la magie d’un lever de soleil ou d’une scène de rue, est soumis à la dure loi du marché. Dans ce remarquable roman graphique, Sturm dresse un portrait magnifique des communautés juives de l’Europe de l’Est au début du XXe siècle.

Le Jour du marché est aussi un conte moral, qui montre à quel point de nouvelles forces sociales et économiques peuvent affecter une vie.

James STURM, Le jour du marché
Parution : Octobre 2010, Delcourt

___________________________________
(Dernière mise à jour : 14/10/2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>