Le diable à Westease – Vita Sackville-West

Vita Sackville-West - Le diable à Westease - Autrement

Rogger Liddiard, jeune écrivain, décide d’aller vivre dans un moulin du Devonshire, à Westease. A peine est-il installé et a-t-il fait connaissance avec ses voisins que M. Gatacre, le pasteur, est retrouvé assassiné dans son bureau …

Mais qui donc peut-être l’auteur de ce crime, qui est le Diable à Westease ?

Rogger Liddiard, qui se pose bien sûr la question, va aider la police locale – peu efficace – à retrouver le meurtrier.

Toutes les personnes qu’il a rencontrées vont passer au crible : le célèbre peintre Wyldbore Ryan, le professeur qui vit au manoir, et n’en sort presque jamais, sa gouvernante Mrs Payne, qui semble être sa seule compagnie, la fille du Pasteur, Miss Mary dont Rogger tombe amoureux.

Dans un digne roman d’énigme à la Agatha Christie, les emplois du temps des uns et des autres sont étudiés avec soin, les incohérences sont pointées du doigt, les doutes surgissent … Bien sûr, personne ne semble pouvoir être le coupable, jusqu’à ce que ….

Ce roman ne comporte pas une ambiance à suspens et tension importante, pas de violence ici, ni de crime sanglant. Cela ressemble vraiment à un petit policier que Vita Sackville-West s’est amusée à écrire, sur le modèle d’Agatha, déjà bien connue en 1947 lorsqu’elle a commencé ce roman (traduit uniquement en 2014 en français).

Certains raisonnements des personnages semblent un peu simplistes, et la relation amoureuse de Rogger très naïve, et c’est justement cette légèreté un peu moqueuse qui rend notamment ce roman intéressant et drôle d’un certain côté.

Ce roman reste en plus étonnant, car en jouant de manière affichée avec les codes du genre, Vita Sackville-West n’ennuie pas, mais réussit au contraire parfaitement bien à surprendre le lecteur du XXie siècle, pourtant rompu aux policiers désormais.

Franchement, on tombe dans le panneau, et … deux fois plutôt qu’une !
Découvrir aussi ses nouvelles dans Les Infidélités.

Les premières lignes Le diable à Westease :

J’ai la prétention d’être la personne idéale pour raconter les choses étranges qui se sont passées ) Westease. Et ce, à plus d’un titre. D’abord, j’étais sur place dès le départ ; ensuite, je me suis intimement lié (comme on va le voir) à quelques-unes des personnes concernées ; enfin, je crois pouvoir dire en toute modestie que ma profession – romancier – me donne les moyens de bâtir un récit cohérent et de réaliser un portrait abouti de tous les héros de cette histoire.

La présentation par l’éditeur Autrement :

 » Pourquoi avoir choisi Mr Gatacre comme victime ? Je suppose que vous n’avez rien à lui reprocher ? – En partie parce qu’il était petit, frêle, facile à endormir… Et je ne tenais pas à ce qu’il souffre. »
Westease, adorable village de la campagne anglaise, préservé des horreurs d’une guerre encore toute fraîche, est bien tranquille… trop, peut-être ?
Lorsque Roger Liddiard, jeune et brillant romancier, s’y arrête au volant de sa Jaguar, il en tombe amoureux et décide de s’y établir, non loin du Professeur, vieux gentleman solitaire, du peintre Wyldbore Ryan, et de Mary Gatacre, la fille du révérend.
Voici que Mr Gatacre est assassiné, sans raison ni indice évidents… Liddiard brûle de résoudre l’énigme. Sans savoir à quel point sa propre responsabilité pourrait être engagée.

Vita Sackville-West, Le Diable à Westease
Traduit de l’anglais par Micha Venaille
Parution : Février 2014 – Autrement
Original : 1947, The devil at Westease

le-mois-anglais-juin 2014

14 réflexions au sujet de « Le diable à Westease – Vita Sackville-West »

  1. Je ne savais pas qu’elle avait écrit ce type de roman qui a l’air assez éloigné de ce qu’elle écrit d’habitude…

  2. Tu es l’une des plus enthousiastes dis donc (j’ai lu 2 billets hies beaucoup moins élogieux), et vu que j’aime quand les policiers ne le sont pas trop, je pense qu’il devrait me convenir…

  3. Je suis un peu moins enthousiaste, j’ai trouvé que c’était justement plutôt une pâle copie des policiers de l’époque, je suis un peu passée à côté.

    • Oui, je suis assez d’accord sur le côté peu policier du roman, mais je l’ai lu avec un côté très léger, et puis, malgré tout le côté simple et naïf, je me suis faite avoir quand même, et j’ai aimé ça !

  4. C’est mon 5e Vita Sackville-West mais malheureusement j’ai été bien déçue contrairement à toi. J’ai trouvé que ce roman était bien en deçà de ce à quoi Vita nous avait habitués. J’aurais peut-être davantage apprécié en n’ayant pas lu d’autres titres car j’avais sans doute des attentes particulières en lisant ce livre. Je suis déçue d’avoir été déçue !

    • Je ne suis pas assez habituée à Vita pour pouvoir comparer, mais quand je vois comment j’ai aimé les deux que j’ai lus, je vais lire les autres sans faute !

  5. Celui-ci est encore dans ma liste d’attente mais ça sera mon prochain roman de Vita puisque j’ai lu tous les autres !!! Ton billet me met l’eau à la bouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>