Le dernier homme – Margaret Atwood

Margaret Atwood - Le dernier homme - 10:18

Le dernier homme est le premier volume de la trilogie d’anticipation de Margaret Atwood, qui se termine par « Maddaddam », l’une des sorties de la rentrée littéraire 2014 ; espérons que toute la série soit aussi bonne que Le dernier homme !

Le héros, c’est Snowman, c’est en tout cas comme cela qu’il s’appelle « aujourd’hui », une période indéterminée futuriste, mais d’un futur assez proche du XXe siècle que le lecteur connaît.

Ce livre est envoûtant à plus d’un titre.

Déjà, la construction du roman, qui alterne la vie actuelle de Snowman, qui semble être le dernier « homme normal » sur terre, et ses souvenirs du monde « d’avant », lorsqu’il s’appelait encore Jimmy, permet de garder le lecteur perpétuellement en haleine. Et je peux vous dire qu’on a vraiment envie de savoir ce qu’il se passe et ce qu’il s’est passé.

Ensuite justement, la vie passée de Snowman (la vie de Jimmy) est passionnante. Margaret Atwood invente un monde qui résonne étrangement possible … La vie se déroule dans les « compounds », en dehors des « plèbezones » dans une sorte de prison encadrée par des multitudes de règles et de lois, une présence exacerbée de l’informatique, dominée par des recherches intensives, où le génétiquement modifié se développe à une vitesse folle, donnant naissance à des animaux étranges, tels que les porcons, les serprats, les rasconses …

Tout un monde de possibilité se développe, et de nombreuses questions se posent, sur la nourriture, les effets du développement, les limites éthiques de la recherche, les conséquences d’un monde où la technologie a pris toute la place au détriment des rapports humains, qui existaient cependant. Les relations entre Jimmy et ses amis, notamment Crake et Oryx (le titre original en anglais) ponctuent d’ailleurs cette histoire au fur et à mesure du fil que l’on suit, avec les enfants de Crake, jusqu’au centre de la pelote et des réponses que l’on attend depuis le début du livre.

Ce roman aux accents apocalyptiques procure un plaisir de lecture étrange, où le futurisme technologique résonne étrangement vrai dans notre tête, avec des trouvailles absolument géniales et piquantes. Il se mêle tout ce qui fait une excellente fiction : des idées originales, des personnages atypiques, un héros attachant, du suspens, des relations amicales et amoureuses, des surprises, de la peur, de la surprise, bref, une recette très réussie !

Alors que la « science-fiction » n’est pas vraiment un genre que j’affectionne particulièrement (et que je connais très mal d’ailleurs), que ma première lecture de Margaret Atwood avec Captive avait été une petite déception, là, je me suis régalée et j’en redemande !

A bientôt donc pour la suite, Le Temps du Déluge, avant le fameux Maddaddam !

Les premières lignes :

Snowman se réveille avant l’aube. Immobile, il écoute la marée montante et les vagues qui déferlent, l’une après l’autre, et franchissent divers obstacles, flish-flish, flish-flish, au rythme des battements d’un coeur. Il aimerait tant se croire encore endormi.

Margaret Atwood - Le dernier homme - Robert LaffontLa présentation de l’éditeur :

Un monde, le nôtre, dans un futur pas si lointain… Un monde dévasté à la suite d’une catastrophe écologique sans précédent, ou se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l’ensemble de l’humanité. Esseulé au coeur de cet enfer aseptisé et visionnaire, digne de 1984 et d’Orange mécanique, un homme, Snowman, est confronté à d’étranges créatures génétiquement modifiées, les Crakers, une nouvelle race d’ « humains » programmés pour n’être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux. Tel un Robinson futuriste, il doit lutter pour sa survie et celle de son espèce. Au risque d’y perdre son âme…

Margaret ATWOOD, Le dernier homme
Traduit de l’anglais (Canada) par Michèle Albaret-Maatsch
Parution : Février 2005, Robert Laffont, 400 p. / Octobre 2007, 10/18, 480 p.
Original : 2003, Oryx and Crake

Le mélange des genres
__________________________________
(Dernière mise à jour : 13/10/14)

18 réflexions au sujet de « Le dernier homme – Margaret Atwood »

  1. Le dernier homme ?
    Pourquoi pas la petite boule jaune ?
    Avec une traduction pareille pour le titre je déconseille vivement de lire la traduction française, un petit effort : lisez le en VO et profitez du coté artistique de l’oeuvre qui n’existe plus dans la traduction.

    • C’est vrai que la traduction du titre …., bon, pour moi, c’est trop tard – et je suis même en cours de lecture du deuxième – en français (aïe !) – mais j’aime quand même, alors j’imagine ce que cela doit être avec une bonne traduction !

  2. J’ai découvert le troisième tome sans avoir lu les deux premiers, et je l’ai trouvé excellent, même s’il m’a fallu un peu de temps pour m’y retrouver. Je te conseille donc de continuer la série !! Merci pour cette nouvelle participation.

    • En fait Miss Léo, c’est grâce à toi que j’ai décidé de commencer par le premier, parce que tu avais dit justement que c’était un peu difficile de s’y retrouver … alors merci, parce que je me régale !

    • Fanny, n’hésite pas !! J’ai commencé le n°2, et j’ai l’impression que c’est aussi bien que le 1er ! Je t’envoie le livre si tu veux :-)

  3. Je n’ai lu que le deuxième de la série (imagine, en VO, je suis bien malade!) , j’ai aimé, même si les néologismes, c’est difficile au début. Oui, continue la série!

    • Bravo de l’avoir lu en anglais ! Ca ne devait pas être évident, en tout cas, je sens que je vais suivre ton conseil et continuer la série jusqu’au bout !

  4. J’ai essayé plusieurs fois les romans d’anticipation et clairement, à chaque fois c’était très anxiogène. Vu ce que tu dis, celui là est dans la même veine quand même…Je crois qu’il n’est pas pour moi de Snowman/Jimmy

    • C’est vrai que ces romans apocalyptiques peuvent avoir un côté anxiogène, mais sur moi, ce n’est pas ce côté là qui se manifeste, c’est l’inverse ! J’aime bien l’aspect catastrophique de l’idée de la fin du monde, ben oui … ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>