Le complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood

Benjamin Wood - Le complexe d'Eden Bellwether - Zulma

Le Complexe d’Eden Bellwether, Prix FNAC 2014, commence très fort : deux corps et un mourant, il s’appelle Eden. Eden Bellwether. Il meurt la page suivante.

Inutile de préciser qu’avec un tel début, c’est l’harponnage du lecteur direct, comme toute la suite du roman vise à raconter ce qu’il s’est passé avant d’en arriver là, on s’y plonge les yeux grands ouverts, avec l’envie immense de la découvrir.

Mais cette suite n’a pas rempli mes attentes. Pourtant, le cadre des collèges anglais à Cambridge, avec un groupe de jeunes étudiants cultivés, intégrant un nouveau venu dans leur cercle, Oscar Lowe, débattant de sujets divers, de littérature, de phénomènes paranormaux, d’hypnose, de médecines parallèles, de la maladie et de la mort, à la façon du « Cercle des poètes disparus », est vraiment prometteur. Avec en plus, une idylle entre Oscar et Iris, la soeur d’Eden Bellwether, tous les éléments d’une sauce qui prend sont présents.

Mais voilà, j’ai trouvé la mayonnaise trop liquide. Les relations amicales ou amoureuses manquent de profondeur et de psychologie, sont un peu trop naïves tout comme la relation d’Eden avec ses parents, un peu particulière, qui n’est traitée qu’en surface, c’est dommage, car de belles idées étaient à développer. Cela donne une impression de superficialité, voire d’immaturité, qui m’a laissée un peu en dehors.

L’intrigue aussi m’a laissée sur ma faim. Tout le livre est basé sur la particularité d’Eden Bellwether, entre dons innés, folie, pouvoirs extra-naturels, narcissisme, phénomènes inexpliqués, et magie de la musique, de Mattheson, de la musicologie (le vrai point fort du roman à mon avis) au lecteur de choisir, mais quoiqu’il en soit, si l’idée est bonne, j’ai parfois ressenti des répétitions, des longueurs, avec le sentiment que cela tournait un peu en rond.

Et puis enfin, je n’ai pas réussi à vraiment entrer dans l’ambiance des colleges anglais, à sentir cette atmosphère particulière, bref, à rester dans cette histoire. Une fois entrée à pieds joints, j’ai eu l’impression d’attendre que cela démarre vraiment, c’est paradoxal car il se passe pleins de choses, mais bon, et puis la fin aussi m’a déçue.

C’est dommage, car derrière la superficialité ressentie, Benjamin Wood effleure des points intéressants, sa construction « policière »‘ est bien maîtrisée, ce n’est pas fade, mais mon ressenti final, c’est d’avoir lu un roman d’adolescents (ce sont en fait de jeunes adultes), et là, la qualité de Dieu me déteste de Hollis Seamon et de Price, de Steve Tesich, m’a sautée au visage ; la comparaison n’est pas favorable à Benjamin Wood, mais je reconnais que ce premier roman laisse présager de beaux futurs à ce jeune écrivain.

Quelques avis beaucoup plus enthousiastes de Cachou, Clara, Eva, Kathel, Séverine, Sylvie et Yves.

Prix Littéraire Prix FNAC 2014


Les premières lignes :

Il y eut soudain le hurlement des sirènes, un nuage de poussière au bout de l’allée, et bientôt la pénombre du jardin fut inondée par la lumière bleue des gyrophares. C’est seulement au moment d’indiquer aux ambulanciers où se trouvaient les corps que tout leur parut réel.

Challenge RL 2014challenge-un-pave-par-moisBenjamin WOOD
Le complexe d’Eden Bellwether

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par REnaud Morin
Parution : Août 2014, Zulma, 512 pages
Original : 2012, The Bellwether Revival

___________________________________
(Dernière mise à jour : 23/11/2014)

18 réflexions au sujet de « Le complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood »

  1. C’est drôle, je me suis laissée embarquer dans cette histoire de mon côté (et pourtant en lisant le résumé, cela ne me tentait pas du tout). La prolifération des sujets ne m’a pas gênée pour une fois, j’ai trouvé que le tout était plutôt cohérent et l’intrigue plutôt bien ficelée. Je pense que je vais peut-être être seule contre toutes dimanche ;)

    • Je suis d’accord avec toi, le livre est bien construit et le fil de l’intrigue est bien mené, mais je l’ai trouvé répétitive cette intrigue, bon, et puis, je n’ai pas été embarquée, je suis restée sur le quai, tout simplement.

    • Oui, j’ai vu que tu n’étais pas hyper emballée, mais j’ai eu l’impression qu’à part nous (et d’autres probablement, que j’ai ratés) les avis sont plutôt assez bons dans l’ensemble …

  2. Oh ben zut alors, il me tentait énormément ce roman, il a reçu beaucoup de belles critiques et depuis 15 jours, c’est un peu le retour de bâton, avec des billets plus que mitigés…bon bon bon
    Mais comme tu le dis, il a tous les ingrédients quand même, alors il est possible que je me laisse tenter malgré tout…

    • En fait Galéa, beaucoup de monde l’a adoré, ou lui a trouvé des défauts, mais au final, avec un avis très positif, alors bon, c’est peut-être moi qui ait raté quelque chose … Tu me diras !

    • Oui Kathel, je suis d’accord, je pense qu’il a beaucoup de potentiel, je n’ai pas accroché, mais je pense qu’il est capable du meilleur.

  3. Cachou avait justement bien ressenti l’atmosphère Cambridge… est-il possible que tu n’y aies pas accroché justement parce que l’ensemble t’a déplu ? Dommage en tout cas, je n’avais pas trooop envie de le lire et cela confirme mes autres priorités :)

    • C’est bien possible Perrine, mais en fait, je n’ai rien ressenti dans ce livre, ni l’atmosphère, ni le rapport entre les personnages, ni le « mystère » de l’intrigue, bref, je suis restée à côté. En effet, n’en fais pas une priorité ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>