Le chemin des âmes – Joseph Boyden

Joseph Boyden - Le chemin des âmes - Livre de poche

Le chemin des âmes est un roman envoûtant qui se déroule sur fond de première guerre mondiale, mais avec l’originalité de mêler dans ce conflit, la culture indienne de deux jeunes canadiens, partis se battre en France. Une très belle réussite.

En réalité, ce sont deux récits qui s’entrecroisent. Au lendemain de la guerre, la vieille indienne Niska vient chercher l’ami de son neveu, Elijah, de retour d’Europe et seul survivant de la première guerre mondiale. Une confusion d’information, c’est son neveu Xavier Bird qui apparait, enfin, le fantôme de Xavier, apathique, sous morphine, ailleurs, dans ses souvenirs.

Et les souvenirs de Xavier, ce sont surtout ceux des champs de bataille, des liens forts d’amitié avec son copain Elijah, des rites indiens, et surtout, la guerre, les corps, les balles, la France et la boue.

Joseph Boyden - Le chemin des âmes - Albin MichelCe qui est extraordinaire dans ce livre, c’est qu’il donne l’impression d’être un conte pour adulte, malgré les horreurs décrites liées à la guerre. En effet, grâce à un style aérien, on a l’impression de s’envoler dans une fable réelle et romancée, dure et âpre parfois, mais qui s’écoule aussi fluidement que le fleuve que Niska remonte dans son canoë, avec Xavier.

Est-ce que c’est l’effet « indien » du Fils, de Philippe Meyer ? Quoiqu’il en soit, toutes les parties relatives à Niska, à la culture indienne – Cree exactement – tous les souvenirs et anecdoctes qu’elle raconte à son neveu pour le maintenir dans un semblant de vie, sont absolument passionnants, et vraiment « envoûtants ». La magie cree de Niska semble s’échapper des pages du livre.

Le chemin des âmes est le premier roman de Joseph Boyden, et c’est un premier roman très bien maîtrisé, à la manière du grand roman américain, très bien écrit et très bien raconté, avec malgré le contexte de la guerre une histoire malgré tout pleine d’amitié et de douceur.

J’aurai préféré un peu moins de passages sur la guerre et plus sur la culture indienne, mais pour compenser, ce livre a un petit truc génial, c’est l’annonce de tous les chapitres, en « cree », histoire d’être bien dans l’ambiance indienne, avec plein de mots indiens parsemés de ci de là. Et bien, ça fonctionne, on plonge dans l’ambiance et c’est avec regret que j’ai quitté Niska, Xavier et Elijah.

Les premières lignes :

Progressant dans la neige, nous remontons notre piste jusqu’au pièges tendus sous les saules. J’ai pris la tête. je sommeille encore. L’air est vif. Pique les poumons. Elijah marche dans mes traces. Le soleil paraît.

La présentation par l’éditeur en version poche (ou lien site) :

1919. Nord de l’Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d’Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. À sa grande surprise, l’homme qui descend du train est son neveu Xavier, qu’elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l’engagement dans l’armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l’enfer des champs de bataille en France …

Joseph BOYDEN, Le chemin des âmes
Traduit de l’anglais (Canada) par Hugues Leroy
Parution : Avril 2006, Albin Michel, 400 p. / Mars 2008, Livre de poche, 476 p.
Original : 2006, Three-Day road

__________________________________
(Dernière mise à jour : 05/11/2014

14 réflexions au sujet de « Le chemin des âmes – Joseph Boyden »

    • Dans le Grand Cercle du Monde semble être le préféré de beaucoup, je note dans un petit coin de ma tête alors, merci du conseil.

    • Valérie, je me souviens très bien de ton avis, que j’avais noté d’ailleurs, mais comme j’avais celui là en poche … Mais je vais poursuivre ma lecture de Boyden très vite.

  1. J’ai très envie de découvrir l’oeuvre de Joseph Boyden depuis le festival America mais à mon grand désespoir, je n’ai toujours pas trouvé le temps. :-(

    • Je l’ai découvert cet été, lors du Festival de la Baule, et la personne qui en parlait m’avait fait vraiment envie, à raison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>