Le Chancellor – Jules Verne

Jules VERNE - Le Chancellor - Livre de poche IL Y A 190 ANS …

Le 8 février 1828, à Nantes, naissait Jules Verne. L’occasion de découvrir l’un de ses très réussis romans d’aventures qui ne fait pas partie des plus connus, Le Chancellor, un périple en mer inspiré de l’épisode du radeau de la Méduse

Le roman se présente sous la forme d’un journal, le « journal du passager J.-R. Kazallon » un des passagers du Chancellor, un trois- mâts, qui quitte Charleston en Caroline du Sud le 27 septembre 1869, direction l’Atlantique. Il transporte du coton qu’il va livrer au Royaume-Uni.

Les difficultés vont rapidement surgir. Le capitaine du navire est incompétent, un incendie va se déclarer, des éléments explosifs sont transportés, ils sont une petite vingtaine en pleine mer sur ce bateau qui s’abime, brûle et prend l’eau. C’est un roman d’aventure très prenant. Les images du radeau de la Méduse (1816) de Géricault plane dans l’esprit du lecteur pendant toute la lecture, auxquelles se rajoutent les sublimes illustrations de Riou, de la version d’origine des éditions Heizel. C’est un régal.

Les romans que je connais de Jules Verne sont plus légers, moins terrifiants, plus divertissants. Ici, les noirs côtés de l’homme sont très présents, le cannibalisme va flotter au dessus des têtes et des pensées, l’égoïsme s’installe, les peurs intrinsèques éclatent, les trahisons sont d’autant plus flagrantes que tout se passe dans un huis-clos qui ne laisse pas d’échappatoire. On suit cette traversée jour après jour, aux côtés de Kazallon, de ses descriptions et confessions, en se demandant si ce journal écrit au jour le jour ira jusqu’au bout…

Si vous voulez en savoir plus sur le Chancellor, les sources d’inspiration de Jules Verne, l’article développé et documenté de Wikipédia est très intéressant.


Les premières lignes :

Charleston – 27 septembre 1869 – Nous quittons le quai de la Batterie à trois heures du soir, à la pleine mer. Le jusant nous porte rapidement au large. Le capitaine Huntley a fait établir les hautes et basses voiles, et la brise du nord pousse le Chancellor à travers la baie.

La présentation des éditions Livre de poche :

Les passagers qui montent à bord du Chancellor à destination de Liverpool ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre de terribles épreuves, dont ils ne sortiront pas tous vivants : incendie, tempête, naufrage, dérive sur un radeau, cannibalisme… S’inspirant du tragique épisode de la Méduse, Jules Verne écrit ce roman sous la forme d’un journal de bord ; à travers les yeux d’un passager, le lecteur suit le destin d’hommes et de femmes luttant pour leur survie et dont la force morale ne surmontera pas toujours la sauvagerie. Sur le thème de la frontière ténue qui sépare la civilisation de la barbarie, Jules Verne écrit là, selon ses termes, un texte « d’un réalisme effrayant ».


Jules VERNE (1828 – 1905)
Le Chancellor
Edition présentée : Livre de poche, octobre 2008, 288 p.
VO : 1874 en feuilleton / 1875 Hetzel

2 réflexions au sujet de « Le Chancellor – Jules Verne »

  1. Je ne connais pas ce Verne. J’en ai lu quelques-uns et effectivement, il a l’air de trancher avec le roman type d’aventures qu’il propose habituellement. Je le lirai à l’occasion

    • Oui, tu as tout à fait raison, il tranche, il est plus dramatique, plus sombre, il se veut plus réaliste, et en plus, il choisit le journal de bord, on est au plus près des personnages, vraiment, c’est un bon Verne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>