Le bleu des abeilles – Laura Alcoba

Laura Alcoba - Le bleu des abeilles - Gallimard

Le bleu des abeilles est un petit roman à caractère autobiographique, qui se lit d’une traite, facilement et légèrement, et qui raconte à travers les yeux ravis d’une enfant de dix ans, son arrivée et sa découverte de Paris, de la France.

Laura Alcoba a écrit Le bleu des abeilles sur la base de ses souvenirs d’enfant, de quelques photos et surtout, sur la base de l’échange épistolaire qu’elle a entretenu avec son père, alors prisonnier politique dans son pays, en Argentine, à la fin des années 1970 et le début des années 1980.

Il est difficile de faire revivre le passé et les souvenirs, et ce n’est qu’au printemps 2012 que Laura Alcoba a réussi à reprendre et relire les lettres de son père (les siennes ayant été perdues). Elle revient sur son passé, trente ans auparavant, et raconte avec des yeux d’enfant son départ d’Argentine, sa rencontre avec la langue française, et son intégration à Paris, ou plus exactement, en région parisienne. Elle nous offre surtout avec délicatesse les souvenirs de ses échanges de correspondance avec son père lointain, échange qui se fait à travers la lecture de part et autre de l’Atlantique, d’une langue à l’autre, du livre de Maurice Maeterlick, La vie des abeilles.

A travers cet échange sur la Vie des abeilles, la censure carcérale lui permet de poser des questions à son père, de lui laisser un espace de liberté, ce père qui peut alors lui répondre en retour : Pourquoi « le bleu est la couleur préférée des abeilles » ? Cet échange pudique et sincère lui permet en même temps de garder un lien avec ce père absent, et de se battre avec l’apprentissage de la langue française, de ses pièges et difficultés, et de réussir à s’intégrer dans ce nouveau pays qui est désormais le sien.

C’est un livre très agréable à lire, où le regard de l’enfant enthousiaste communique un bonheur intangible, une joie de la découverte de Paris, de cette langue française qu’elle aime tant, c’est frais et joyeux, touchant et sensible ; ce roman de Laura Alcoba est une belle découverte.

Grand Prix des lectrices Elle
Grand Prix des Lectrices ELLE 2014
Sélection Catégorie Roman

Sélection Prix Femina 2013 et Prix Médicis 2013


Les premières lignes du roman Le bleu des abeilles :

Le point de départ de mon voyage se trouve quelque part sous mon nez.
J’étais encore en Argentine quand je me suis mise en route. Je ne sais plus si c’est mon grand-père qui m’a annoncé que j’allais bientôt prendre des cours de français – peut-être est-ce ma grand-mère ou encore l’une de mes tantes.

La présentation du roman Le bleu des abeilles par Gallimard (4e de couverture) :
Le bleu des abeilles présenté par Gallimard

La narratrice a une dizaine d’années lorsqu’elle parvient à quitter l’Argentine pour rejoindre sa mère, opposante à la dictature réfugiée en France. Son père est en prison à La Plata. Elle s’attend à découvrir Paris, la tour Eiffel et les quais de Seine qui égayaient ses cours de français. Mais Le Blanc-Mesnil, où elle atterrit, ressemble assez peu à l’image qu’elle s’était faite de son pays d’accueil.
Comme dans son premier livre, Manèges, Laura Alcoba décrit une réalité très dure avec le regard et la voix d’une enfant éblouie. La vie d’écolière, la découverte de la neige, la correspondance avec le père emprisonné, l’existence quotidienne dans la banlieue, l’apprentissage émerveillé de la langue française forment une chronique acidulée, joyeuse, profondément touchante.


Et aussi, à écouter en audio :

Laura ALCOBA
Le bleu des abeilles
Gallimard, Août 2013, 128 pages.

___________________________________
(Dernière mise à jour : 05/05/2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>