La séparation – Dan Franck

Dan FRANCK - La séparation - Points Prix Renaudot 1991

« Le roman culte d’une génération » titre la couverture de l’édition Folio. Pourquoi ? Un homme raconte la fissure de son couple avec enfants, se livre et évoque sa douleur, avec beaucoup de pudeur et de justesse.

Pour mieux comprendre, il faut se replacer à l’époque, celle du début des années 1990. Presque trente ans déjà, la preuve que les mentalités ont changé.

Dan Franck décrit l’intimité et le quotidien d’un père de famille, fouille dans les pensées, les craintes masculines sans faux semblants, avec la simplicité et la justesse des situations vécues.

Face à l’éloignement de sa femme, à l’amour qui s’étiole, le narrateur est perdu. Il veut la garder, il doute, souhaite se comporter dignement, être au-delà des cris et larmes. Un petit geste, une attente, un espoir. Maintenir le bien-être des enfants.

Teinté de douceur et de tendresse, Dan Franck décrit subtilement la sensibilité masculine et réussit avec beaucoup de franchise à raconter avec la réalité du quotidien, outre la détresse et la tristesse, la difficulté de se comprendre, de communiquer et de s’aimer. Un livre profond et intemporel.

Prix littéraire :
Prix Renaudot 1991


Les premières lignes :

Acte I, scène 1 : La Tempête, de Shakespeare, aux Bouffes-du-Nord.
Ils sont installés sur un banc en bois au milieu de la travée centrale, l’oreille tendue pour entendre un Prospero à la diction très approximative.

Dan FRANCK - La séparation - SeuilLa présentation des éditions du Seuil :

Un jour, vous ne trouvez plus sa main, ses doigts. En moto, quand vous conduisez, elle ne vous serre plus la taille comme avant. Son rire et ses sourires ne vous sont plus réservés ni même destinés. Vous aimeriez comprendre, vous devriez attendre. Mais vous ne pouvez pas, vous posez trop de questions auxquelles elle préférerait ne pas répondre. Elle y répond pourtant. Mais si, elle vous aime. Seulement elle a besoin d’une autre vie, mais sans vous. Elle vous rassure. Ce ne sera jamais complètement sans vous, puisqu’il y a les enfants.

Vous en parlez à vos amis, vous apprenez qu’ils ont tous vécu le même genre d’histoire, que certains s’en sont sortis, d’autres pas.

Vous essayez la colère, la patience, la dérision. Ca ne marche pas. Vous découvrez des nuits plus blanches, vous suivez des chemins improbables et puis vous choisissez d’écrire. Avec vos impudeurs d’enfant mais votre pudeur d’homme. Ecrire pour respirer.

Ecrire le roman de tous ceux et celles de votre génération, que seule une vraie rupture est sans doute capable de faire enfin grandir.


Dan FRANCK
La séparation
Seuil, août 1991, 216 p.
Folio, février 1998, 220 p.

2 réflexions au sujet de « La séparation – Dan Franck »

    • J’avoue que je ne connaissais pas du tout le livre. On m’a donné les références de ce roman (à choisir parmi d’autres), sur le thème des difficultés dans les relations de couple et de famille (et de la médiation familiale).
      Alors qu’a priori, ce n’est pas les sujets que je préfère, j’ai dévoré ce roman, j’ai trouvé que ce livre était très pertinent, et qu’il était en outre intéressant de découvrir qu’à l’époque – tout de même assez proche – il était rare de trouver un roman sur les pensées et les ressentis d’un homme sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>