L’ordre du jour – Eric Vuillard

Eric VUILLARD - L'ordre du jour - Actes Sud

Prix Goncourt 2017. L’ordre du jour est pour Eric Vuillard l’occasion de nous parler de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne le 12 mars 1938, plus connu sous le nom de l’Anschluss. Un récit court qui a des allures de triste spectacle.

Le premier ordre du jour avec lequel s’ouvre le récit, est celui de la réunion qui a lieu un mois avant cet événement avec les grands industriels de l’époque, verser des fonds pour le financement des législatives du parti nazi. Eric Vuillard contient son récit sur une période qui n’occupe finalement qu’un petit mois de l’année 1938.

Le premier tiers du récit permet de poser les marques, de s’imprégner du contexte historique, mais c’est réellement à compter du chapitre « Une journée au téléphone », que le récit s’emballe et que le réel plaisir de lecture se trouve. Tous les pions sont en place et le grand jeu commence.

A partir de ce moment là, Eric Vuillard m’a emportée avec son récit vif et enlevé sur l’Anschluss. S’y ajoute la mascarade des accords de Munich et en filigrane les pièces principales de la 2eme Guerre Mondiale en devenir.

Non seulement c’est intéressant, mais surtout, Eric Vuillard choisit une prise de vue qui lui permet de l’ironie perçante, comme s’il se trouvait derrière le rideau d’une scène de théâtre grotesque, qui malheureusement est réelle et ne comporte pas un brin d’humour. Il éclaire le document historique écrit de manière joliment littéraire, avec la lumière utile du recul, la connaissance du futur, et un mordant qui lui donne une réelle originalité.

Comme il l’avait déjà fait avec 14 juillet, Eric Vuillard serre ses propos et le temps, fournit de nombreuses informations et utilise beaucoup de détails précis et concrets. Alors que je m’étais un peu perdue dans des tas de données et des listes du récit de la prise de la Bastille, dans L’ordre du jour, Eric Vuillard réussit à jouer de tous ces éléments de manière plus harmonieuse et avec plus d’habileté. Le récit est plus percutant, même s’il reste clinique et assez froid.

Il ne faut pas lire L’ordre du jour pour l’émotion, la psychologie des personnages ou leurs rapports humains (ils semblent inexistants), mais pour l’intérêt du sujet, la qualité du style, et cette plume qui raconte avec une fougue toute personnelle des tranches de vies humaines. On se rappelle qu’Eric Vuillard s’était déjà tenté à la biographie historique, avec un sujet très différent, mais de manière encore plus prenante et envoûtante dans Tristesse de la terre. Il faut dire qu’il est plus facile de s’attacher à Buffalo Bill qu’aux « héros » de l’Anschluss.

Prix Littéraire :
Prix Goncourt 2017
Sélection Prix Fémina 2017


Les premières lignes de L’ordre du jour :

Le soleil est un astre froid. Son coeur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. En février, les arbres sont morts, la rivière pétrifiée, comme si la source ne vomissait plus d’eau et que la mer ne pouvait en avaler davantage. Le temps se fige.

La présentation des éditions Actes Sud :

Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants.


Eric VUILLARD
L’ordre du jour
Actes Sud, mai 2017, 160 pages.

8 réflexions au sujet de « L’ordre du jour – Eric Vuillard »

  1. 14 juillet m’a exaspérée avec ses énumérations, je n’ai largement pas tout aimé, je ne pense pas tenter ce dernier roman. En revanche, Tristesse de la Terre me tente.

    • Dans celui là, il a évité les longues énumérations, listes et pages de détails de détails. Ici, la narration est plus fluide et moins entrecoupée, même si elle pourrait être parfois encore plus fluide me semble-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>