L’Homme des bois – Pierric Bailly

Pierric BAILLY - l'Homme des bois - P.O.L

Sélection du Prix du Livre Inter 2017 – Perdre son père brutalement. Même si l’accident est immédiatement constaté, l’idée du suicide s’insère dans la tête de Pierric Bailly.

Avec un détachement pudique et objectif, l’auteur nous raconte son histoire, ce père trop tôt quitté, ce père solitaire et pourtant social, cet ouvrier qui n’a pas fait d’études et qui adorait suivre des formations, des conférences sur de multiples sujets, qui aimait les promenades dans les forêts du Jura, ramasser des champignons, tout comme la douceur des massages, du yoga et des femmes.

Pierric Bailly s’interroge, constate et découvre les événements, les êtres, le temps et la soudaineté de la perte avec fluidité. Il ne tente pas d’ajouter du mystère ou du suspens aux faits, il n’essaye pas d’enjoliver le caractère de cet Homme des bois, il ne cherche pas à émouvoir ou extrapoler. Il replace son père dans son contexte géographique et politique, celui du monde rural, des hommes trop tôt envoyés à l’usine sans éducation, des regroupements pour discuter et contester, celui de la camaraderie et de la réserve. Il tente à travers cela de comprendre, et d’accepter :

J’essaie d’accepter le trouble.

Il réussit – et c’est tout l’intérêt de ce texte – à explorer une situation encore soudaine, avec ouverture, sans colère ni cri, de la prendre comme elle vient. Cette humilité dans le portrait de ce père trop tôt disparu, qui n’aura pas eu le temps de profiter de sa retraite tant attendue, donne un récit honnête et délicat, d’une plume simple toute en discrétion et réserve, à l’image de ce témoignage et portrait.

Prix Littéraire :
Sélection du Prix du livre Inter 2017


Les premières lignes :

Tout le monde me dit que j’ai de la chance d’être seul, de n’avoir ni frères et soeurs ni une belle-mère possessive avec qui me déchirer. La plupart de mes amis me racontent : moi pour ma mère, moi pour mon père, on a bâclé l’affaire, ça m’a fendu le coeur, miné le moral, j’en souffre encore aujourd’hui.

La présentation des éditions P.O.L. :
(Lire un extrait plus long)

L’Homme des bois n’est pas seulement le récit par son fils de la mort brutale et mystérieuse d’un père. C’est aussi une évocation de la vie dans les campagnes française à notre époque, ce qui change, ce qui se transforme. C’est l’histoire d’une émancipation, d’un destin modeste, intègre et singulier. C’est enfin le portrait, en creux, d’une génération, celle des parents du narrateur, travailleurs sociaux, militants politiques et associatifs en milieu rural.


Pierric BAILLY
L’Homme des bois
P.O.L., Janvier 2017, 154 pages.

8e lecture de la Rentrée Littéraire de janvier 2017.

6 réflexions au sujet de « L’Homme des bois – Pierric Bailly »

  1. Ils ne répondent plus (à une époque ils répondaient, maintenant il y a trop de candidatures)(et; sans que ce soit une histoire de raisins trop verts, qui me pousse à non participer, je précise que leurs choix ne sont plus trop les miens)

    • Non, je n’ai pas du tout été sélectionnée, je n’ai même pas tentée de l’être. Cela me parait quasiment impossible …
      Mais j’aime beaucoup ce Prix Littéraire, les sélections conviennent en général assez bien avec mes goûts. J’ai d’ailleurs bien prévu d’en lire d’autres ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>