L’adjacent – Christopher Priest

Christopher Priest - L'adjacent - Denoël

L’adjacent est un pur livre de SF, on part à la recherche d’un triangle mystérieux qui s’imprime dans le sol, on voyage à travers les époques, on partage un moment avec Churchill et la Seconde guerre mondiale, on se promène également dans le cercle de la magie, des personnes disparaissent, s’aiment … Bref, que de très bons ingrédients.

Mais j’ai eu l’impression que le gâteau n’était pas assez cuit.

Pourtant, j’ai vraiment bien aimé la première partie du roman, qui nous fait découvrir le personnage principal, Tibor Tarent, un photographe qui revient d’Anatolie, et qui part à la recherche de Mélanie, sa femme disparue là-bas. Même avec l’idée d’un futur islamique indistinct et l’annonce de théories scientifiques assez floues, jusque là, tout allait bien et j’étais bien dans l’histoire.

A partir de la deuxième partie du roman, le voyage dans le temps commence, et je me suis perdue dans les dédales temporels et de personnages de Christopher Priest. Je n’ai pas vraiment compris le chemin que je devais prendre, même si je me suis rendue compte à un moment que des événements se répondaient, et que le titre était surement un indice … mais je n’ai pas réussi à retrouver la route.

Pourtant, le livre a des bons côtés, sa lecture n’est pas désagréable, les idées sont foisonnantes, l’histoire est ambitieuse, mais peut-être justement qu’elle l’est trop pour moi et que cette complexité n’a pas réussi à me convenir, seulement à m’ennuyer. Il aurait peut-être fallu que les choses soient exprimées plus clairement pour que j’en saisisse le sens.

Il me reste donc de ce livre un brouillard de souvenirs et un regret : celui d’être passée à côté.

Les avis de Cachou et Léa.

Les premières lignes :

Tibor Tarent était en route depuis tellement longtemps, depuis une telle distance, charrié par des officiels à travers des frontières et des territoires, traité avec déférence, mais néanmoins incité à se déplacer promptement d’un endroit au suivant.

La 4e de couverture des éditions Denoël :
(ou lien direct site Denoël)

En Anatolie, l’infirmière Melanie Tarent a été victime d’un attentat singulier : totalement annihilée, elle n’a laissé au sol, comme seul vestige de son existence, qu’un impossible cratère noir et triangulaire.
De retour en République Islamique de Grande-Bretagne, son mari, le photographe free-lance Tibor Tarent, apprend qu’un attentat a eu lieu le 10 mai à Londres, qu’il a fait cent mille morts, peut-être le double. Là aussi, la vaste zone touchée était inscrite dans un triangle parfait.
Alors qu’il est emmené dans une base secrète afin d’être interrogé sur ce qu’il a observé en Anatolie (globalement rien, en dehors de l’étrange point d’impact), Tibor entend parler pour la première fois du phénomène d’adjacence. Mais à bien y réfléchir, est-ce vraiment la première fois?
Incroyable histoire d’amour à travers des époques et des espaces adjacents, synthèse des thématiques habituelles de l’auteur, L’Adjacent est le roman le plus ambitieux de Christopher Priest depuis La Séparation, un tour de force qui nous transporte de la Grande Guerre jusqu’à un futur éprouvant où des catastrophes naturelles incessantes s’ajoutent à d’innombrables tensions religieuses et ethniques.

challenge-un-pave-par-moisA year in England
Christopher PRIEST
L’adjacent
Traduit de l’anglais par Jacques Collin
Denoël, avril 2015, 560 pages

2 réflexions au sujet de « L’adjacent – Christopher Priest »

  1. Je comprends, c’est toujours pénible comme sensation de passer à côté d’un titre. Je n’ai encore rien lu de Christopher Priest mais j’espère bientôt découvrir cet auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>