Kokoro – Delphine Roux

Delphine ROUX - Kokoro - Philippe Picquier

[Kokoro] est un très joli premier roman sur le deuil et la fratrie, écrit par une auteure française, mais sur fond de culture et d’ambiance japonaises, très bien maîtrisé et très bien réussi.

Delphine Roux décrit les relations entre le petit frère Koichi et la grande soeur Seki, leurs perturbations intérieures, à travers une suite de mini-chapitres, comme des confessions personnelles et intimes, résumés à chaque fois par un simple mot en version « japonaise et française » dans tout le [hon, livre]. Une grande douceur et en même temps, une grande intensité se dégage de phrases également courtes et d’une grande simplicité sincère.

Elle amène avec une infinie tendresse et pudeur à découvrir les failles de ces deux enfants devenus aujourd’hui adultes. Elle, Seki, a évolué en une personne dure, distante et autoritaire. S’investir de manière exagérée dans le travail est la voie qu’elle a choisi pour se protéger et mettre de la distance entre elle, les autres et les propres membres de sa famille. La protection de Seki est différente. Il semble étranger au monde qui l’entoure, ne parait pas vraiment le comprendre, comme quelqu’un d’un peu simplet, alors qu’en réalité, il ressent avec une grande franchise une réelle inquiétude pour sa soeur, comme l’amour et la tendresse permanente pour sa grand-mère. Franchement, ce petit garçon qui devient grand est très touchant.

Après un premier album jeunesse, Bonne nuit Tsuki-San !, Delphine Roux se penche une nouvelle fois sur cette culture japonaise qui la fascine, et qu’indéniablement elle connaît, pour toucher au plus près des relations familiales et intimes, avec une très grande subtilité et sensibilité.

Je ne peux que m’associer à l’enthousiasme des blogs littéraires ! Merci de m’avoir convaincue à découvrir cette petite merveille.

Les avis de Eimelle, Laurie, Jostein, Jérôme, Noukette, Tiben et Leiloona.

Les premières lignes de Kokoro :
(lire un extrait plus long)

Je ne sais pas conduire. A la différence de Seki, je n’ai jamais tourné un volant de ma vie. A part peut-être celui d’une auto-tamponneuse, il y a longtemps, au parc d’attractions. Il pleuvait ce jour-là, tout timidement depuis le matin.

La 4e de couverture des éditions Picquier :

Dans ce roman se fait entendre une voix ténue et obstinée, attentive aux mouvements subtils de la nature et des âmes.
Koichi et sa soeur Seki n’avaient que douze et quinze ans lorsque leurs parents ont disparu dans un incendie. Depuis, ils ont le coeur en hiver.
Seki s’est réfugiée dans la maîtrise et la réussite professionnelle. Corset diaphane à l’abdomen, stalagmites au coeur. Le début de l’ère glaciaire.
Koichi, lui, s’est absenté du monde, qu’il regarde en proximité. Mais le jour où il apprend que sa soeur va mal, très mal, Koichi se réveille et pose enfin les actes qui permettront à chacun de renouer avec un bonheur enfoui depuis l’enfance.

Challenge RL 2015Delphine ROUX
[Kokoro]
Philippe Picquier, 21 août 2015, 128 pages

12 réflexions au sujet de « Kokoro – Delphine Roux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>