Hôpital dans la pénombre – Igor Melamed

Oleg Pavlov - Journal d'un gardien d'hôpital - Noir sur Blanc

Ce poème russe introduit le passionnant Journal d’un gardien d’hôpital, de Oleg Pavlov, publié aux éditions Noir sur Blanc.

Quelques mots sur Igor Melamed

Igor Melamed, né à Lvov en 1961, est un traducteur, essayiste et poète russe, décédé le 16 avril 2014 à l’âge de 52 ans. Son premier poème a été publié alors qu’il avait tout juste 20 ans. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, non traduits en langue française, dont le recueil de poèmes Retribution (2010). A noter qu’il a notamment traduit William Wordsworth, Samuel Coleridge et Edgar Allan Poe.

Merci à Denis pour les informations biographiques relatives à Igor Melamed.

Hôpital dans la pénombre.
Voir l’extrait en ligne sur le site des éditions Noir sur Blanc. Le poème – a priori sans titre – est extrait du recueil intitulé Rétribution. J’ai donc choisi très arbitrairement de prendre le premier vers pour donner un nom à ce poème percutant et extrêmement touchant.


Hôpital dans la pénombre.
Infirmières sans visage.
voix soûles des brancardiers.
Sommeil, délicieuse trêve,
pas un infirme ne rêve
de vertèbres fracassés.

En fauteuil elle tourne, tourne.
Elle a chu par la fenêtre
comme dans un conte noir.
Elle fait à tous les oeillades,
mais n’a jamais connu d’homme
bien qu’assez plaisante à voir.

Les paupières gonflent, gonflent,
vont céder au flot de larmes,
pour ces gamins, c’en est trop.
Un rire atroce et bizarre :
c’est l’estropié qui rabâche
une histoire un peu porno.

Pas d’espoir, rien à attendre.
Le fauteuil, c’est confortable.
L’un s’est rendu sans combat,
l’autre continue à croire
qu’avant le dernier voyage,
miracle ! il remarchera.

La poésieDieu bon, juste et plein de gloire,
Ma prière est raisonnable,
exauce-là, je t’en prie :
donne à tous dans l’autre monde,
aux blessés, aux incurables,
l’accès à ton paradis.

Passe ta main guérisseuse
sur leurs têtes douloureuses.
Surtout, ne les juge en rien :
que tous, justes et injustes,
pieds nus dans l’herbe céleste,
puissent marcher dans ton jardin.

12 réflexions au sujet de « Hôpital dans la pénombre – Igor Melamed »

  1. Chers tous ceux qui ont commenté ce poème, contrairement à ce que vous avez la gentillesse de croire, non, hélas, ce n’est pas Igor Melamed qui l’a écrit. C’est moi. Lui écrivait en russe. Et l’âme d’un poème, quand elle se désincarne-réincarne en passant d’une langue à l’autre, change. J’ai essayé de lui donner une voix aussi proche que possible, de garder le rythme, la tonalité, mais enfin ce n’est plus son poème! Umberto Eco dit que traduire c’est « dire presque la même chose ». « Presque », c’est bien ça le problème…
    D’après vos commentaires, visiblement quelque chose « est passé », j’en suis heureuse. Lecteurs, chers lecteurs, ayez parfois une pensée, une réflexion, un petit mot aimable pour les traducteurs! Ils ont passé des centaines d’heures à vous apporter des merveilles, et n’y récoltent ni la gloire, ni l’argent!
    Anne-marie

    • Je vous remercie pour votre message, et je pense que votre traduction laisse en effet passer quelque chose, mais je pense néanmoins que l’auteur d’origine reste l’auteur d’un poème, même quand la traduction est de bonne qualité. Je ne doute pas que la vie de traduction ne soit pas toujours facile …

  2. La fin permet d’espérer un havre de paix pour ces malheureux …

    « que tous, justes et injustes,
    pieds nus dans l’herbe céleste,
    puissent marcher dans ton jardin »
    Est magnifique :-)

  3. On aime ou pas, mais en aucun cas je ne pourrais dire que c’est moche, c’est un peu comme lorsque j’étais petite je pouvais dire je n’aime pas un plat mais il m’était interdit de dire que ce n’était pas bon ;)
    Merci pour ton partage.
    Domi.

    • Merci Domi. C’est vrai que ce n’est pas le genre de poème que l’on rangerait dans la catégorie des « beaux » poèmes, le sujet étant tellement dur et réaliste.
      Bon weekend

  4. Hou il est dur et très fort ce poème ! Il me fait penser à un hôpital des années 40, une sorte de Cour des Miracles… L’âme russe n’est pas morte ! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>