Un homme effacé – Alexandre Postel

Alexandre Postel - Un homme effacé - Folio

Un homme effacé, Prix Goncourt du premier roman 2013, contient un savoureux mélange inquiétant de cynisme et de réalisme social qui fait sourire et frémir. Ou quand un professeur de philosophie se voit accuser à tort de pédopornographie …

Le professeur, c’est Damien North, qui n’imagine pas un seul instant, en téléphonant au service informatique de la faculté, qu’il vit encore « quelques heures avant que l’émouvante et la honte ne s’abattent sur sa vie ».

Des photographies sont retrouvées sur son disque dur, mettant en scène des images illicites insoutenables de jeunes enfants dans des tenues et des positions inacceptables. Et c’est l’engrenage social qui se met en route …

Damien North n’est plus un homme que l’on écoute, le syndrome de « l’homme effacé » s’abat sur lui, il a beau affirmer qu’il est innocent, c’est sans compter sur les certitudes des uns et des autres, sur le poids social de la réaction qu’il convient d’avoir face à l’infamie.

Le roman joue avec finesse sur le thème de l’erreur judiciaire, à la manière d’un Kafka en version moderne, c’est dramatique et ironique dans un juste équilibre qui permet au lecteur de sourire, tout en admettant, en frémissant, que cette image de la réalité, des conventions et de la justice contemporaine n’est peut-être pas si loin de la version romanesque…

Alexandre Postel nous régale avec les réactions humaines des uns et des autres, de ceux qui savent, qui détiennent la vérité, du commissaire au procureur en passant par l’avocat, le frère, les voisins et, sans oublier les intellectuels, experts et docteurs en psychologie ou autres. On se délecte de ses portraits sérieusement humoristiques à la frontière de la caricature et de l’exactitude. Soupçonner, savoir, affirmer, les mots parfois se confondent.

Avouez, vous ne trouverez pas étrange, vous, quelqu’un qui ne se taille pas la moustache, qui n’achète que des sardines, et qui ne vous sourit pas, à vous le gentil voisin qui ne vous veut que du bien ?

Un roman jubilatoire.

Ma découverte d’Alexandre Postel s’est faite avec le sublime et inoubliable L’ascendant (Gallimard, 2015), et Un homme effacé, son premier roman confirme les immenses qualités de cet écrivain, né en 1982 et qui enseigne la littérature française à Paris.

Prix littéraires :
Prix Goncourt du premier roman 2013
Prix Landerneau découverte 2013

Alexandre Postel, Un homme effacé
Folio n° 5829, octobre 2014, 266 pages
Gallimard, janvier 2013, 256 pages

8 réflexions sur « Un homme effacé – Alexandre Postel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>